Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 février 2006

Nazi

 

Nazi

(note corrigée grâce à ceux qui lisent ce blog et qui relèvent les erreurs qu'ils y lisent)

 

Dans toutes les langues du monde, il est courant que l’on raccourcisse les mots trop longs. Naguère, les savants rendaient compte de ces phénomènes par la loi du "moindre effort". Cela se fait en français ; en allemand aussi. En allemand, la partie supprimée est remplacée par le son - i. Le pilote automobile Schumacher est nommé par ses fans Schumi ; la joueuse de tennis Stéphanie Graff Steffie. Les habitants de l’ancienne Allemagne de l’Est sont des Ossies. Le mot obtenu par ce raccourcissement est un diminutif. Le plus souvent, il est dû à l’affection vouée à celui ou à ce dont on parle. Les grammairiens disent qu’il a une valeur "hypocoristique", ce qui, en clair, signifie qu’il "exprime une intention caressante, affectueuse, notamment dans le langage des enfants ou ses imitations" (in Trésor de la Langue française). Celui qui en use, qu’il l’ait ou non fabriqué, exprime une vive sympathie pour celui ou ce que ce diminutif désigne.

Il n'en est pas ainsi de nazi. Certes, c'est un diminutif, par lequel ont été désignés les membres du NSDAP ou parti socialiste national des travailleurs allemands, mais le procédé qui l'a formé est différent : il est plus proche de l'acronyme que de l'apocope. Deux syllabes ont été retenues : la première syllabe de "national" et la deuxième syllabe de "sozialismus". Nazi, adjectif ou nom, est devenu une insulte. Il ne signifie plus que le mépris ou la haine. Pourtant, alors que Schumi marque la bienveillance et nazi la haine, les deux mots se ressemblent, dans la mesure où c’est toujours le point de vue (haineux ou bienveillant) ou les pulsions de celui qui parle qu'ils expriment. "Subjectifs", ils ne disent rien de pertinent des réalités du monde. Ils n’éclairent pas. Nazi est un mot écran qui, quand il est employé pour désigner d'autres personnes que les sectateurs d’Hitler ou l’idéologie qui les faisait agir, gomme la réalité objective du socialisme national.

Il est étrange qu’en français, cet adjectif ou ce nom devenu une injure aussi banale que salaud ou beauf ou facho, insulte qui n’exprime que la haine de celui qui parle, soit en usage pour humilier des adversaires, des opposants, de simples citoyens assimilés malhonnêtement au Mal (il suffit d’être en désaccord avec les trotskistes ou les communistes pour être qualifié de nazifacho ayant la même fonction) ou, plus rarement, pour désigner ce qui est considéré à juste titre comme le Mal. Il est même étrange que l’on ait dérivé de cet adjectif qui ne veut rien dire, sauf la haine, le nom nazisme, derrière lequel est cachée la nature véritable du socialisme national. Est-ce dû à l’ignorance, à la haine, à la sottise ? Quelle qu’en soit la cause, le danger vient moins de ceux qui sont ainsi désignés ou injuriés que de ceux qui, bien intentionnés (aux dires de ces tartuffes, du moins), usent d’une injure fourre-tout pour ne pas avoir à regarder le Mal en face ou pour détourner sur autrui tout examen de ce qu’ils pensent, disent, croient, font, ont approuvé dans le passé récent.

 

Commentaires

Très intéressant et très courageux.

Je pensais que le diminutif "Aussies" ne s'appliquait qu'aux Australiens.

Ca ne me donne quand même pas envie d'avoir de la sympathie pour les nazis de la seconde guerre mondiale :-)

Je ne comprends pas bien "gomme la réalité objective du socialisme national" dans la dernière phrase de l'avant-dernier paragraphe. C'est quoi la réalité objective du socialisme national?

Écrit par : Marie | 20 février 2006

Je vous remercie de votre commentaire. Mea culpa. En effet, "Aussies" est bien le nom donné aux Australiens; les anciens Allemands de l'Est sont dénommés, si je me souviens (mais il faudrait le vérifier), "ossies" ou "osties".
Ma thèse est simple : pour être "bonne" (c'est un jugement de valeur), une dénomination (tout nom) doit être "juste" ou adaptée à la chose du monde qu'elle désigne : ajustée comme une pièce de métal s'ajuste à un mécanisme. C'est le principe de "justesse des noms" que défend Socrate (ou Platon) dans le "Cratyle" - texte si souvent cité, à tort et à travers, et presque toujours incompris. Désigner une idéologie épouvantable par une injure, c'est exprimer son dégoût (ce qui est très bien et aussi à la portée de n'importe quelle belle âme), mais cette dénomination injurieuse cache la réalité de l'objet désigné. Elle "gomme la réalité objective" de ce qu'a été le socialisme national, exactement comme le fait de traiter de "gros con" son voisin (même si c'est vrai) empêche de le saisir en tant qu'individu. Se contenter de dire que le "nazisme" est immonde (ce qui est vrai), c'est aussi s'interdire de comprendre ce qu'il a été, pourquoi il a été ainsi et comment un peuple aussi cultivé que le peuple allemand (objectivement accueillant) a pu se suicider pendant 13 ans en se faisant le complice d'Hitler et de ses sectateurs.

Écrit par : Arouet Le Jeune | 20 février 2006

Bonjour !

Pour les allemands de l'est, c'est bien "Ossies" dérivés de "Osten" (qui désigne l'est).
Et "Nazi" désigne effectivement NAtional-SoZIalismus. Quant à traduire ses connotations, cela nécessite en effet un petit voyage dans le temps...

En tous les cas, il est important de ne pas abuser du terme dans l'invective, au risque de lui faire perdre sa spécificité. Si n'importe quel chef de l'extrême-droite des actuels pays européeens est taxé de "nazi", cela ramène Adolf Hitler à être un chef populiste raciste comme un autre, sans plus. Dangeureux !



PS : mon blog est aussi basé sur les mots, si tu veux qu'on créé un lien réciproque.... ;-)

Écrit par : maradani | 20 février 2006

Ce que vous avez écrit sur le maniement de l'invective "nazi" n'était absolument pas en cause et j'y adhère tout à fait.
J'ai jeté un oeil rapide dans le journal de Klemperer : il utilise le plus souvent le sigle NS.

Écrit par : Marcel Meyer | 20 février 2006

Les commentaires sont fermés.