Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 mars 2006

Signes 1

 

Arabe jusque dans les dessins

 

L’administration française fait diffuser dans les mairies une fiche de format 13 x 18, imprimée recto verso sur du papier glacé et en couleurs. La fiche a pour titre (en arabe) "dans nos maisons anciennes". Il est conseillé aux mères de famille ceci : si tes enfants ont porté à la bouche de la peinture écaillée, va vite chez le médecin, ou : si ta maison a plus de 50 ans, informes-en ton médecin. Le but est de prévenir les familles étrangères des périls que courent les enfants s’ils ingèrent des éclats de peinture ancienne contenant du plomb. En soi, l’information est fondée : il est de la responsabilité de l’Etat d’enrayer le développement du saturnisme.

Oublions la dimension symbolique (ou politique) de cette affaire : depuis 1992, la République a pour langue officielle le français (article 2 de la Constitution). Les lois Bas Lauriol de 1975 et Toubon de 1994 rendent obligatoire l’usage du français dans les entreprises publiques et privées, dans les activités économiques, la publicité, les modes d’emploi, etc. Depuis l’An II de la République (1794), une loi, qui n’a jamais été abrogée, fait obligation aux fonctionnaires et aux officiers ministériels de ne pas utiliser d’autre langue que le français dans les actes publics ou sous seing privé. La sanction prévue en cas d’infraction est la destitution et l’emprisonnement. Il est clair que, si l’on envisage cette affaire de ce seul point de vue, la loi est violée et que l’arabe jouit d’un privilège exorbitant et que rien ne justifie : que je sache, cette langue n’est supérieure en rien aux autres langues en usage en France ou dans le monde. Efforçons-nous pourtant de ne prendre en considération que l’efficacité pratique.

Le texte est illustré de cinq dessins sommaires et de la photo d’un village ancien, dont on devine, aux enduits clairs des façades et aux tuiles romaines des toits, qu’il se trouve en Provence. Or, les cloisons et les murs intérieurs, dans les vieilles maisons de Provence, ne sont pas peints, mais couverts d’un enduit chaulé qui ne contient pas de plomb. De fait, le document est trompeur.

Sachant que 1° les populations étrangères touchées par le saturnisme sont pour la plupart d’entre elles originaires d’Afrique noire et ne parlent pas l’arabe, 2° 70 % ou plus des soi-disant Arabes installés en France sont kabyles ou berbères et ne lisent pas l’arabe, 3° les primo-arrivantes venant de pays arabes, à la suite du regroupement familial) sont, pour une bonne partie d’entre elles, analphabètes, les messages contre le saturnisme, qu’ils soient écrits en arabe, en turc, en mongol, seront, pour la plupart des étrangers auxquels ils sont destinés, du chinois. D’un seul point de vue pratique, si ces documents avaient été écrits en français, ils auraient été, sans aucun doute, compris par un plus grand nombre d’étrangers.

Il n’y a pas que le texte qui soit arabe, il y a aussi les dessins.

Le graphisme, fruste et sommaire, des cinq dessins est celui des affiches ou des dépliants que les administrations des pays arabes diffusent dans les centres de santé, les écoles, les services publics pour prévenir les populations des dangers des poux, de la tuberculose, des baignades dans les eaux croupies. Même en utilisant l’arabe, les graphistes et les rédacteurs de ces fiches auraient pu adopter la mise en pages et le graphisme courants en France. S’ils ne l’ont pas fait, c’est par idéologie : ce sont des instruits, fiers de ce qu’ils sont ou croient être de toute éternité, arborant leur identité comme un maréchal soviétique ses décorations, qui ont conçu et réalisé ce dépliant, qui n’est pas anodin, ne serait-ce que parce qu’il n’est pas unique (il en existe d’autres, diffusés dans les bureaux de l’ANPE en particulier). C’est leur arab pride. Ils ont trouvé un filon : c’est la communication ethnique, et ethnique jusque dans les formes. Ils en ont l’exclusivité : ça rapporte. Ainsi, toute concurrence est éliminée Ils s’assurent un marché, des emplois, des revenus à vie. Il est évident que, s'adressant à des femmes, ils sont imprégnés des habitudes paternalistes et machistes des pouvoirs arabes. Jamais un Français de souche ne s’abaisserait à parler à des femmes avec tant de morgue et ne s'humilierait à imiter avec tant de servilité le graphisme infantile ou puéril (en un mot, nul) en usage dans les pays arabes.

Dans cette affaire, ce qui laisse pantois, c’est la décision de l’administration française. User d’une langue qui est sans doute plus étrangère aux populations visées que le français a amoindri l’efficacité de la campagne de prévention contre les dangers du plomb. Si elle avait voulu saborder la lutte contre le saturnisme, l’administration ne s’y serait pas prise différemment, sauf à rédiger ses conseils en quechua ou en swahili. Autrement dit, ce qui sous-tend sa décision, ce n’est pas le pragmatisme, mais la reconnaissance de communautés autonomes qui échappent à la loi commune. Ou l’administration encourage sciemment la communication ethnique : auquel cas, elle viole les lois qu’elle est censée appliquer ; ou bien elle cède à des groupes de pression et au chantage qu’ils imposent (accusations délirantes de racisme et éloge du multiculturel) : auquel cas, elle est indigne. Dans les deux cas, elle capitule.

 

 

07:10 Publié dans Signes | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

Il est évidemment grand temps pour la France de se remettre en question. Nous ne sommes plus à l'époque de la révolution. Il y a eu depuis la colonisation et les guerres (sanglantes) d'indépendance des colonies. La France n'est pas un pays blanc catho. Être français, ce n'est pas être blanc, catho ou gaulois. Il est clair, qu'il serait bien plus honnête de regarder la réalité multiculturelle de ce pays en face. Non seulement il y a des Français qui parlent français ou arabe, mais il y en beaucoup qui parlent espagnol, portuguais, chinois...D'autres pays prennent en compte leurs diversités, tout en restant au moins aussi démocratiques que la France. Le Républicanisme (à la française) n'a pas le monopôle de la démocratie.

Écrit par : jez | 09 mars 2006

Pour Jez, je ne comprends pas bien votre message.
Je savais que la langue et la religion étaient deux éléments communément adoptées pour définir une culture.
En revanche, je m'avoue surpris de voir que vous utilisez un référent biologique- pour étayer vos propos sur le bien fondé d'une "réalité multiculturelle ?" (dixit"LaFrance n'est pas un pays blanc catho. Être français, ce n'est pas être blanc, catho ou gaulois. Il est clair, qu'il serait bien plus honnête de regarder la réalité multiculturelle de ce pays en face.)


Archétype des nouveaux glissements sémantiques ou confusion de concepts ?

Pour Arouet le Jeune :

Je vous conseille un excellent livre :
"L'europe nouvelle " de hitler, une illusion des intellectuels de la France de Vichy par Philippe Bruneteau

L'introduction est précédée du citation tirée des "Cahier politiques":

"La libération du territoire est en vue. La France combattante est les nations unies approchent. A une date qu'on ne saurait d'ores et déjà prévoir, mais qui peut se dessiner inopinément, les conditions matérielles et morales de notre existence sont susceptibles de changer. Or, nos esprits ont été intoxiqués des années durant par une propagande unilatèrale contre laquelle nous ne possédions pas d'antidote. Des idées fausses, sans que nous nous en rendions compte, ont acquis droit de cité auprès de nous. Je voudrais pourfendre ici un de ces monstres . Il se présente pourtant à nous sous des dehors séduisants, avec l'apparent appui de cautions fort bourgeoises. C'est de l'Europe que j'entends parler."
Les cahiers politiques, N°1, avril 1943

Écrit par : Ripolin | 10 mars 2006

arouet, comparaison soit malhonnête soit ignorant. laquelle?
ripolin, apparemment vous êtes confu. je suppose que l'observation n'est pas votre point fort.Apparemment,Arouet, lui ça le gène que la france ne soit pas blanche, vu qu'il voit le multiculturalisme comme équivalent au nazisme.

Écrit par : jez | 12 mars 2006

Je comprends que je puisse être confus à vos yeux. L'objet de mon analyse était l'une de vos phrases(citation entre guillemets ci-dessus).
Malgré vous, je crois que vous avez répondu à mon interrogation principale par votre phrase :


"Apparemment,Arouet, lui ça le gène que la france ne soit pas blanche, vu qu'il voit le multiculturalisme comme équivalent au nazisme"


Si l'on suit votre raisonnement un référent biologique(dans votre exemple la couleur de l'épiderme) déterminerait une culture..... En gros, prenons un blanc, un jaune, un noir, etc et vous aurez une société multiculturelle..... raisonnement que je trouve complètement grotesque.



Vous devriez vous interesser aux origines du concept de multiculturalité. Ainsi, les remarques d'Arouet vous sembleront un peu moins étranges.

Écrit par : ripolin | 14 mars 2006

J'ai trouvé cette note très intéressante. Je vous soumets tout de même la question suivante : que penser des mairies éditant des documents en anglais pour une population nouvelle, certes d'un autre standing, rachetant le patrimoine immobilier de nos provinces ?

Écrit par : ahahah | 26 mars 2006

Je n'ai pas eu entre les mains de tels documents. Les mairies ne sont pas l'Etat, certes, mais elles devraient publier des documents bilingues. Ne serait-ce que pour inciter ces populations à apprendre le français.

Écrit par : Arouet Le Jeune | 26 mars 2006

Les commentaires sont fermés.