Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 avril 2006

Caricature

 

 

 

A propos des dessins

 

Dans le Dictionnaire de la langue française, Littré précise que le nom caricature est un "terme de peinture", dont la définition est : "représentation grotesque de personnes, d’événements qu’on veut ridiculiser". Il est défini à peu près de la même manière dans le Dictionnaire de l’Académie française (4e éd, 1762) : "terme de peinture emprunté de l’italien : c’est la même chose que charge en peinture". A l’article charge, les Académiciens écrivent ceci : "on dit charger un portrait pour dire représenter avec exagération les traits qui rendent le visage d’un homme difforme et ridicule, quoiqu’il soit reconnaissable. En termes de peinture, un portrait chargé est un portrait peint en charge".

La caricature, terme "d’arts plastiques", est, dans le Trésor de la langue française, "en parlant d’une personne ou d’un groupe, rarement en parlant d’un animal ou d’une chose, le portrait en charge, le plus souvent schématique, dessiné ou peint, mettant exagérément l’accent, dans une intention plaisante ou satirique, sur un trait jugé caractéristique du sujet". Pour illustrer cette définition, est cité un extrait de l’Encyclopaedia universalis (p. 955) : "la caricature utilise la déformation physique comme métaphore d’une idée".

Le nom caricature est calqué sur l’italien caricatura qui, depuis le XVIIe siècle, signifie au figuré "portrait ridicule en raison de l’exagération des traits". En français, ce mot est relativement récent. Il est attesté pour la première fois en 1740 dans les Mémoires d’Argenson au sens de "reproduction grotesque par le dessin ou la peinture". C’est pourquoi les Goncourt se sentent autorisés à mettre en relation ce mot (et la chose qu’il désigne) avec les changements sociaux qui ont affecté la France au XIXe siècle : "l’avènement de la bourgeoisie est l’avènement de la caricature. Ce plaisir bas de la dérision plastique, cette récréation de la laideur, cet art qui est à l’art ce que la gaudriole est à l’amour, est un plaisir de famille bourgeoise ; elle y prend tant de joie qu’elle a ri même de Daumier".

Il suffit d’examiner sans passion les dessins représentant Mahomet qui ont été publiés par un journal danois en septembre 2005 pour se convaincre qu’ils ne sont pas des caricatures, quoi qu’on en dise partout étourdiment. Le dessin qui a servi de prétexte à des attaques de bâtiments diplomatiques, à des meurtres de chrétiens en Turquie, au Nigéria, en Egypte, à des menaces racistes de mort proférées à l’encontre d’Européens sur le sol même de l’Europe, à des pogroms et des ratonnades, représente un homme barbu qu’on suppose être, grâce à la légende, Mahomet. Il est coiffé d’un turban noir. Le visage est serein ; il n’est ni difforme, ni ridicule. Il n’y a pas le moindre trait qui soit déformé. Rien n’est forcé ni chargé. C’est un dessin, ce n’est pas une caricature. Le turban est orné non pas d’un bijou ou d’un diamant, mais d’une bombe près d’exploser. Cela ne suffit pas à faire de ce dessin une caricature. Sous quelque aspect qu’on les examine, les douze dessins incriminés n’ont rien de caricatural. L’éventuelle hostilité à l’islam qui les nourrit n’en fait pas pour autant des caricatures. C’en serait peut-être, si la personne dessinée, Mahomet, n’avait pas été un chef de guerre ou un chef d’Etat. Si Mahomet avait été, tel Gandhi, un apôtre de la non-violence, l’intention de caricature aurait peut-être été avérée. Certes, Mahomet n’a jamais fait exploser de bombes (et pour cause : si la poudre avait été en usage, il l’aurait fait), mais il a abusé du sabre pour tuer. Le drapeau du pays qu’il a fondé, l’Arabie, contient la profession de foi islamique et les deux sabres croisés de l’islam.

Autrement dit, ce qui a provoqué ces actes de guerre que sont les attaques d’ambassades et les destructions de bâtiments publics dans les pays musulmans, ce qui a incité les musulmans à tuer des dizaines de chrétiens, ce qui a fait éclater leur haine sans borne, ce ne sont que des dessins. Faut-il que ces gens-là soient dérangés pour que des riens provoquent ces extrémités ? Faut-il qu’ils soient animés d’une haine sans borne pour en arriver à vouloir exterminer tous ceux qui ne sont pas musulmans ? Faut-il que les dirigeants de l’Europe soient lâches pour avoir cédé à de tels extrémistes ? Dans les années 1930, ils avaient obtempéré à Hitler. Faut-il qu’ils n’aient rien retenu de l’histoire ? Faut-il que les leçons du passé soient déjà oubliées ?

 

 

Commentaires

Non seulement, ainsi que vous le démontrez magistralement, ces dessins ne sont pas des caricatures, mais encore, la branche sunnite de l'islam interdit l'idolâtrie. Or la réaction des musulmans face à ces dessins a révélé aux yeux du monde entier des idolâtres patentés, de pauvres hères tellement assujettis à l'image de leur prophète que toute représentation un tant soit peu "déviante" déclenche au mieux une haine indignée et au pire une réponse conditionnée de violence.

Écrit par : L'amphisbène | 04 avril 2006

De toute façon, même si ce ne sont que des dessins, ils n'en veulent pas !

On peut caricaturer avec des mots, aussi, n'est-ce pas ? Et là ça passe mieux dans la mesure où tout le monde ne comprend pas l'ironie ou l'humour acerbe :-)

Écrit par : Marie | 04 avril 2006

Ces deux commentaires me paraissent justes. Mahomet est un homme. Il n'y a rien d'anormal à le dessiner.
Effectivement, exagérer avec les mots, déformer les traits ou les réalités par l'humour, rendre ridicule en usant d'ironie - tous faits de discours auxquels la caricature peut être comparée - passent mieux ou semblent mieux passer : mais aujourd'hui seulement. Il arrivait jadis que l'on se batte en duel pour un mot de trop ou une insulte ou que l'on soit embastillé pour quelques mots déplaisants.

Écrit par : Arouet Le Jeune | 04 avril 2006

Excusez moi .Vos 2 commentaires ne me semblent pas justes. il est vrai que Mohamad est une personne tres simple mais pour nous ,il est le symbole ,l essence meme de notre religion .C EST POURQUOI ON REFUSE TOUTE TENTATIVE DE LE REPRESENTER SOIT BON OU MECHANT..... JE SUIS CONVAINCU QUE CETTE IDEE VOUS SEMBLE BIZARRE ;MAIS C EST NORMAL PUISQUE VOUS SEPAREZ ENTRE LA FOI ET LA VIE ;POUR NOUS LA LAICITE EST TRES LIMITEE

Écrit par : suzanne | 22 avril 2006

Dans le Coran, il est dit que le messager d'Allah est un homme - en aucun cas un dieu ; ses biographes précisent qu'il a été chef de guerre, chef d'Etat, mari de x femmes, père de famille. Apparemment, vous n'avez pas lu Le Coran, ni les biographies de Mahomet.
Il existe dans les manuscrits turcs et iraniens des dizaines de miniatures qui représentent Mahomet. Apparemment, vous ignorez tout de l'histoire et des traditions de la foi dont vous vous réclamez.
Une des hérésies théologiques les plus horribles qui soient, suivant le Coran, c'est l'association : le fait d'associer à Allah d'autres dieux. Interdire que Mahomet soit dessiné, c'est le considérer comme un dieu - c'est donc du paganisme ou de l'idolâtrie. Apparemment, vous ignorez tout des fondements islamiques du monothéisme absolu.
La "laïcité" pose que l'Etat et les institutions publiques sont séparées de la religion. Elle n'a strictement rien à voir avec ces dessins, ni même avec la liberté d'expression. Apparemment, vous ne comprenez rien non plus à la laïcité .
Des musulmans ont profité de cette affaire des dessins pour assassiner des dizaines de chrétiens, femmes, enfants, vieillards au Nigéria, des prêtres au Nigéria et en Turquie, pour brûler des églises, pour appeler au meurtre à Londres même contre les Occidentaux, les chrétiens, les Européens, pour attaquer des ambassades - ce qui est une déclaration de guerre. Les meurtres d'enfants, les attaques d'ambassades, l'incendie d'églises, si c'est ça votre foi, alors pour vous, l'islam est du nazisme pur et dur et le racisme le plus épouvantable que l'humanité ait connu.
Maintenant, personne ne vous empêche d'aller vivre en Arabie saoudite, où vous aurez tout loisir de justifier meurtres, racisme, déclarations de guerre par la foi.

Écrit par : Arouet Le Jeune | 22 avril 2006

l islam est base sur les principes de la paix et de la tolerence.le dialogue semble inutile avec une telle ironie.etudiez d abord la religion avant de juger les autres gens et les autres pays qui sont loin de ces conceptions fanatiques

Écrit par : suzanne | 24 avril 2006

"islam est base sur les principes de la paix et de la tolerence"

étudions ensemble :


Muhammad a dit:
« Sachez que le paradis est sous l'ombre des épées. »[ sahih bukhari Vol. 4 n°73 ]

Écrit par : ripolin | 01 mai 2006

Les commentaires sont fermés.