Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 avril 2006

Chouhada

 

 

 

Profession de foi islamique 

 

 

La chouhada est la profession de foi dans l’islam. Elle est très simple. Elle se dit en arabe en deux phrases : la première est la allah ila allah, la seconde "Mahomet est le messager d’Allah". La seconde phrase n’est pas difficile à interpréter, la première soulève de nombreuses difficultés comme le révèlent les diverses traductions qui en sont faites. Elle est souvent traduite par "il n’y a de dieu que dieu" ou "il n’y a pas de dieu sauf dieu", ce qui tient de la tautologie (type "la loi est la loi"), du truisme (type "Dieu est Dieu, nom de Dieu"), de la lapalissade (type "cinq minutes avant sa mort, il était encore en vie"). La traduction la moins ambiguë pourrait être, à condition de conserver le nom Allah et de ne pas le traduire, "il n’y a pas d’allah sauf Allah" ou "il n’y a pas d’autre allah qu’Allah", en utilisant la majuscule, signe graphique qui n’existe pas en arabe, pour signaler qu’allah, avec une minuscule, est un nom commun désignant une classe de réalités diverses nommées "allah" ou dieu(x) et qu’Allah, avec une majuscule, est un nom propre qui désigne une réalité unique. En effet, la traduction d’Allah par Dieu est source de confusions. Allah, Dieu, Yahvé réfèrent à trois conceptions différentes de la transcendance. Traduire, c’est trahir, dit le proverbe ; c’est aussi réduire ou ramener quelque chose d’inconnu à quelque chose sinon de connu, du moins de familier. Les différences théologiques entre la conception que le christianisme se fait de la transcendance et celle de l’islam ou celle du judaïsme sont effacées quand le même mot Dieu est utilisé pour désigner Allah, Yahvé, Dieu. Dieu pour les Juifs est un groupe de quatre lettres ou tétragramme : YHWH, que l’on dit en français Yahvé ou Jéhovah. Comme dans Allah akbar, ce qu’affirme la chouhada, certes c’est le monothéisme (Allah est unique), mais c’est aussi un absolu. La relativité, qui sous-tend la pensée humaine, est rendue impossible ou bien elle est niée. Parmi les nombreux dieux qui étaient adorés dans La Mecque païenne, Allah était un dieu anodin et sans importance. Ce nom, fait de deux particules de genre et de personne, qui équivalent en français à un article (le) et à un pronom personnel (lui), de genre masculin évidemment, est le contraire d’un nom propre, c’est-à-dire d’un nom spécifique ou propre à la réalité du monde qu’il désigne. Ce qui est affirmé dans la chouhada, c’est aussi le nom et l’identité du seul dieu qui ait une valeur, s’il est comparé aux autres Dieux auxquels croient les hommes. Une traduction assez juste serait "il n’y a de dieu qu’Allah". De tous les Dieux qui existent dans le monde, que le monde se borne à la péninsule arabique ou qu’il englobe les pays de la terre, un seul mérite d’être invoqué ou adoré : c’est Allah, le dieu dont Mahomet est le messager. Ce que dit la chouhada, c’est, comme dans Allah akbar - "Allah est le plus grand" (ce qui peut sous entendre "des Dieux") -, la supériorité de l’islam sur les autres croyances, islam signifiant "soumission", sous-entendu : "à Allah". Tous les hommes, à leur naissance, seraient musulmans. C’est leur famille, leur pays et l’histoire qui ont falsifié le message originel et qui les obligent, malgré eux et sans qu’ils en soient conscients, à renoncer à la soumission à Allah – donc à l’islam.

 

 

 

 

Commentaires

Petit rectificatif qui n'enlève rien à la pertinence de la note :
chahada (= témoignage) et non chouhada.
Chouhada est un pluriel qui désignent ceux qui témoignent, qui accomplissent donc la chahada et, par extension, dans le langage religieux ou militant, ceux qui meurent ou acceptent de mourir en témoignant.

Écrit par : arabisant | 24 avril 2006

deux erreurs :
la première signalé par arabisant,
la deuxième vous confondez "allah" et "ilah", le premier désigne l'équivalent de "YHV" le deuxième peut se traduire par "divinité",

comme d'habitude, vous ignorez la diversité des courants auquels a donné lieu l'islam,
la "chahada" a été l'objet de diverses interprétations parfois contradictoires, le point de vue des soufis, celui des philosophes, celui des mou'tazilites, celui des salafistes, celui des ismaeliens,...etc
vous n'en tenez pas compte, est-ce un parti pris ?

Écrit par : précision | 24 avril 2006

Les commentaires sont fermés.