Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 mai 2006

Allah akbar

 

 

 

 

 

Le mot akbar est la forme que prend l’adjectif kebir quand il est mis au degré comparatif : kebir signifie "grand", akbar "plus grand". Dans la phrase "ana akbar menak" (en français : je suis plus grand que toi), deux individus, je et tu, se comparent. La comparaison est relative : elle porte sur la taille. Dans ce cas, akbar est suivi d’un complément introduit par préposition men et qui désigne le second individu, ak (tu). Dans Allah akbar, akbar n’est pas suivi de complément. Ce n’est pas un comparatif, puisqu’il n’y a qu’une seule réalité nommée, mais ce que l’on nomme en grammaire un superlatif absolu. Allah ne peut être mis en relation avec quoi que ce soit d’autre, il est incomparable. De fait, la phrase devrait être traduite, non par "Dieu est grand", ni "Allah est grand", mais par "Allah est le plus grand". Mais le plus grand de quoi ou par rapport à quoi ? Aux hommes ? Pas seulement. Ce qui est sous-entendu ou implicite, c’est qu’il est le plus "grand" de tous les dieux, tous tant qu’ils sont. Parce qu’il est absolu, irréductible à tout autre, sans pareil, Allah est le seul qui mérite le qualificatif akbar. Ce qui est affirmé haut et fort, c’est la supériorité d’Allah. Aucun autre dieu, qu’il soit unique et qu’il se nomme Jéhovah, Yahvé, le Christ, ou qu’il soit un parmi d’autres et qu’il se nomme Mithra, Zeus, Cérès, etc. ne peut lui être comparé, ni opposé. On comprend dès lors pourquoi Allah akbar est le cri de ralliement de tous ceux qui veulent que l’islam domine le monde. C’est leur Deutschland über alles.

 

 

 

Commentaires

On revient sur l'éternel débat : le Allah des musulmans est-il le Dieu des juifs et des chrétiens sous un nom arabe, ou un autre Dieu dont la singularité du nom le distingue justement de Jéhovah ? Autrement dit, d'un point de vue islamique, les juifs et les chrétiens n'ont-ils falsifié que la parole divine et les rites d'adoration d'un Dieu commun aux trois religions, ou se sont-ils peu à peu livrés à l'idolâtrie d'un dieu certes unique et invisible, mais qui n'est pas la divinité véritable, c'est-à-dire Allah ? (Encore que dans le cas des chrétiens, il semblerait que l'ami Mahom ait rencontré quelque difficulté dans la compréhension des concepts de trinité et de consubstantialité.)
Remarque incidente : "tous tant qu'ils sont", n'est-ce pas une forme un peu désuète pour le plus moderne (mais peut-être incorrect, c'est ce que vous allez me dire) "tous autant qu'ils sont" ?

Écrit par : FDH | 15 mai 2006

Merci.
..."tous tant que nous sommes", "tous tant qu'ils sont", etc. étaient courants dans la langue classique. Il ne semble pas qu'ils soient sortis de l'usage. Dans le Trésor de la Langue française, ils sont relevés sans être suivis de la mention "vieilli" ou "littéraire".

Écrit par : Arouet Le Jeune | 15 mai 2006

je ne suis pasb tout à fait d'accord.. il fo justement traduire allahou akbar par "Allah est plus grand".. plutôt que "Allah est le plus grand"..

Il ne fo pas oublier que cette expression nous vient, même à nous, musulmans arabes, de l'arabie d'il y a un peu plus que 14 siècles.. Les chrétiens arabes, disent de Dieu: "allah aussi.. de même pour les juifs tunisiens ou maghrébins.. puisque ce sont eux que je connais plutôt que les autres..
Donc Allah, en arabe, désignait le Dieu des juifs, des chrétiens .. Dieu tout court..
les versets comparatifs, dans le coran, visent certes la distinction entre Dieu, celui des croyants monothéistes en général, et les autres dieux de l'époque.. ceux des peuplades arabes de l'époque..

mais aussi, cette expression, désigne la suprématie de Dieu, dans toutes situation, par rapport aux autres dieux.. parmi les dieux dont le coran appelle au délaissement, y a l'avarice, l'orgueil etc.. il suffit de se rappeler que Allah a 99 autres noms.. selon la tradition islamique, et qu'on retrouve dans le coran.. ces noms, sont sous formes d'adjectifs, superlatifs.. entre autres.. et qui signfie.. par eux même Dieu.. "Arrahman": "le plus" miséricodieux (par excellence).. al ghafour: "le pardonneur (par excellence) etc.. comme il y a des adjectifs simples, comme al hakim: le sage, al mousawwer "le dessinateur".. al kader "le capable"..

d'où les noms de personnes en arabe: "abd el hakim", abd el ghafour, abdel rahman: ki signifie littéralement "serviteur du du sage, serviteur du pardonneur, serviteur du miséricordieux, etc..

en principe, une personne ne peut s'appeler par un des noms de Dieu..
ah, autre chose, de taille, même si, Allah est devenu le nom le plus connu de Dieu, il n'est qu'un des 99 noms.. exactement comme alghafour, al rahman, alalim, al hakim.. etc..


malheureusement, les gens jugent, et osent entrer dans des critiques, alors qu'ils ne connaissent à peine que trés peu de choses sur le sujet qu'il discute.. une langue,et ce blog traiterait de langues et de langage, est une vaste champ de savoir.. et là tu t'es aventuré, en balançant une remarque légère, d'une manière anodine, alors que cela renforce, sous l'habit d'un discours raffiné et connaisseur, la faille de l'ignorance et du mépris..

Écrit par : marmar | 21 mai 2006

Une simple question : p ourquoi ces campagnes et ces manifestations en occident et aux Etats Unis contre le film de Canne (Davincci Code) avec des slogans comme :NE TOUCHEZ PAS AU CHRIST) etc.... N est ce pas c est de la libre expression ? les films sont une des branches de l art exactement comme la caricature ou pas???????

Écrit par : SUZANNE | 21 mai 2006

Il faudrait que vous vous reportiez à un manuel de grammaire arabe et à un manuel de grammaire française dignes de ce nom pour comprendre la distinction que l'on établit (dans toutes les langues du monde) entre le comparatif (deux réalités sont comparées : je et tu : je suis plus grand que toi : l'adjectif est alors suivi d'un complément) et le superlatif absolu (il y a une seule réalité : cette réalité ne peut être comparée à aucune autre : elle est posée comme supérieure à toutes les autres : c'est le cas dans Allah akbar, qui équivaut en français à un superlatif absolu (sans complément) : il est le plus grand.
Les chrétiens du Proche Orient, à l'exception d'une partie de ceux qui vivent en Jordanie, ne sont pas arabes : ni du point de vue linguistique, ni du point de vue ethnique. Les langues qu'ils ont longtemps parlées sont l'araméen - et sa version savante et liturgique : le syriaque - et l'égyptien - le copte dans sa version liturgique, parlé en Egypte jusqu'à la fin du XVIIIe s. Ce qui aurait un sens, c'est de retrouver le mot, syriaque ou copte, par lequel ces chrétiens désignent la divinité : ce n'est pas Allah. Si ces chrétiens désignent aujourd'hui leur divinité par le nom d'Allah, c'est qu'ils ont été vaincus, soumis, arabisés, obligés d'adopter la langue de leurs vainqueurs, qu'ils sont déculturés depuis 14 siècles qu'ils vivent en sous-hommes.

Écrit par : Arouet Le Jeune | 22 mai 2006

Le film "Da Vinci Code" est l'objet de critiques. C'est la règle démocratique. Certains lui reprochent d'être nul comme film (ce qui est vraisemblable), d'autres de diffuser, en matière de religion, une thèse qui n'est pas conforme à la vérité historique. Jamais les auteurs du film n'ont été menacés d'égorgement (comme les dessinateurs danois); jamais les ambassades des Etats-Unis d'Amérique (pays qui a produit le film) n'ont été attaquées ou brûlées (comme l'ont été les Ambassades européennes à Damas ou en Palestine ou ailleurs); jamais les croyants qui se sont sentis offensés n'ont usé de violence envers des innocents (comme au Nigéria ou en Turquie). Vous tenez là ce qui distingue la civilisation de la barbarie.

Écrit par : Arouet Le Jeune | 22 mai 2006

"Vous tenez là ce qui distingue la civilisation de la barbarie."

donc brûler une salle de cinéma qui projetait le film "la dernière tentation du Christ" est un act de barbarie,

Torturer, jeter au bûcher, décapiter toute personne soupçonnée d'hérésie, lors de la période d'inquisition étaient des actes de barbarie,

Ces actes n'étaient pas commis par des musulmans ni au nom de l'islam,

Aucun peuple, aucune culture n'es immunisé contre la barbarie, le nier c'est avoir un pas dans labarbarie, externaliser la barbarie c'est le début de la barbarie

Écrit par : précision | 22 mai 2006

Brûler une salle de cinéma où était projetée "La dernière tenation du Christ" est évidemment un acte de barbarie.
L'inquistion, c'est plus compliqué. Il y a eu trois inquisitions. 1. L'inquisition au moment de la répression des Albigeois (du catharisme) est un acte de barbarie. En France, c'est la seule qui ait existé, elle a duré dix ans, guère plus. 2. L'inquisttion espagnole, mise en place après 1492, pour effacer 7 siècles de colonisation islamique : elle a été barbare à n'en pas douter. Elle a duré aussi trop longtemps. 3. L'inquisition interne menée par l'Eglise contre ses propres hérétiques, à l'intérieur du clergé, n'a jamais été barbare. Inquistion signifie "enquête" : le but était d'établir la vérité. Elle débouchait sur un procès. L'accusé avait la possibilité de se défendre. Jamais l'inquisition n'a donné l'ordre aux fous furieux de brûler des gens ou de les tuer dans les rues. Enfin, il ne faut pas confondre justice civile et jsutice religieuse. La justice civile était expéditive. Elle soumettait à la question, elle brûlait les condamnés à mort. La décapitation était réservée aux nobles.
;

Écrit par : Arouet Le Jeune | 22 mai 2006

Merci PRECISION enfin une personne FAIR dans ce monde plein de barbaries .C EST de la barbarie de bruler et de tuer les innocents c est vrai ... mais tuer un enfant comme MOHAMED EL DORRA entre les bras de son pere ..occuper les autres pays au xx1 siecle ( au nom de la democratie ) c est l apogee de la justice ....n est ce pas ???????

Écrit par : suzanne | 22 mai 2006

L'occupation par un pays, quel qu'il soit, d'un territoire qui appartient à un autre pays ou à un autre peuple est évidemment contraire aux lois internationales. De fait, Israël, puisque c'est de ce pays qu'il s'agit, a tort d'occuper la Cisjordanie : c'est une injustice dont souffrent les Palestiniens et qui explique que soient commis des actes de barbarie (dans l'un et l'autre camp). Si j'avais un conseil à donner aux Israéliens, c'est de retirer le plus vite possible ses troupes des territoires occupés et de rendre aux Palestiniens une totale souveraineté. Ce qui est vrai pour les Israéliens l'est aussi pour tous les autres pays et peuples : la Syrie, qui a cccupé le Liban pendant 30 ans et qui continue à le faire par groupes interposés; le Maroc, qui occupe indument un territoire qui appartient aux Sahraouis; l'Algérie, qui s'est appropriée indument un territoire marocain (autour de Tindouf); la Turquie, qui occupe, en violation du traité de Sèvres (1920), les territoires dévolus aux Kurdes, aux Arméniens et aux Grecs et qui n'est pas près de le leur restituer; la Russie, qui occupe indument la Tchétchénie; la Chine, qui occupe le Tibet et le Sinkiang; etc. En comparaison de toutes ces occupations, celle dont Israël se rend coupable n'est pas plus (ni moins) injuste : mais elle est la seule qui fasse l'objet de critiques virulentes, lesquelles seraient recevables en totalité, si certaines d'entre elles n'émanaient pas de pays qui occupent, de façon plus brutale encore et depuis plus longtemps, les territoires de peuples faibles.
Quant à l'affaire Al Doura, elle n'est pas aussi simple que vous le dîtes. La télévision publique France 2 a diffusé en effet des images horribles d'un enfant atteint d'une balle et mourant dans les bras de son père. L'un et l'autre se trouvaient entre deux groupes de soldats, Israéliens d'un côté, Palestiniens de l'autre, qui tiraient les uns sur les autres. Les images ne montrent pas de quel camp venaient les balles. Certes, les Israéliens peuvent être considérés comme responsables de ce qui s'est passé, puisque cet affrontement s'est produit dans un territoire placé sous leur autorité; mais il n'est pas sûr que la balle qui a tué l'enfant ait été tirée par leurs soldats. Une enquête a montré qu'il s'agissait d'une balle perdue, tirée des positions palestiniennes. France 2 qui a pris ces images et les a diffusées a été mise en demeure de publier les résultats de l'enquête - ce que cette chaaîne publique rechigne à faire. Autrement dit, ce fait est effectivement une tragédie; Israël, en tant que puissance d'occupation, en est responsable; mais, vraisemblablement, la balle qui a tué l'enfant venait d'un autre camp.

Écrit par : Arouet Le Jeune | 23 mai 2006

Quand vous parlez d'inquisition vous faites référence à l'inquisition islamique ? ( hisba dont les principes sont affirmées dans le coran cf.[Coran 3:110] "Vous êtes la meilleure communauté qu'on ait fait surgir pour les hommes, vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre (Chrétiens et Juifs) croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d'entre eux sont des pervers. "
) ou à son clone chrétien ?

Nb : Mahomet ne s'embarrassait pas de procès pour mettre à mort des individus ne correspondant pas à" l'islamiquement correct". L'apotre de "paix et de tolérance" pratiquait une justice assez expéditive.(ex : le meurtre des poètes, des prophètes concurrents ou l'incendie d'une mosquée dissidente et de ses occupants)
Par la suite, au contact des grands centres culturels, l'inquisition islamique adopta une partie de la procèdure judiciaires romaine.


De plus, il serait intéressant de faire une analyse des influences islamiques sur le concile de Latran IV.(évolution des obligations et gratifications liées aux croisades, procédure inquisitoriale, discrimination sur les juifs notamment par la reprise du "code couleur" etc)



"Torturer, jeter au bûcher, décapiter toute personne soupçonnée d'hérésie,"

Affirmatif surtout lorsqu'on arrive à faire les trois à la suite :


"On amena auprès du Prophète Kinâna ibn rabî, le mari de Cafiyya, qui détenait le trésor des Banû Nadîr[ l'une des tribus juive de Médine]. Le prophète lui demanda de révéler où était le trésor. Kinâna affirma n’en rien savoir. Un juif[prisonnier] s’approcha et le dénonça au Prophète.
-J’ai vu Kinâna rôder tous les matins autour de cette maison en ruine
-Vois-tu, Kinâna, lui dit le prophète, si nous trouvions le trésor chez toi, je te tuerai
-Tu me tueras, mais je n’en sais rien
Puis le prophète ordonna de creuser la terre dans la maison en ruine. On y trouva une partie du trésor.
-Où est le reste du trésor ?demanda le Prophète.
-Je ne sais pas, répondit Kinâna
Le prophète ordonna alors à Zubayr ibn al-awwâm de le torturer jusqu’à ce qu’il livre son secret. Zubayr lui brûlait sans cesse la poitrine avec la mèche d’un briquet, mais en vain. Voyant qu’il était à bout de souffle, le Prophète livra Kinâna à Muhammad ibn Maslama, qui lui trancha la tête.


Référence : (Sirâ II, 336-337 ) Ibn Ichâm La biographie du prophète Mahomet texte traduit et annoté par Wahib Atallah p.317(nb :ce livre -d'où la version ci-dessus est tirée -est une version abrégée et souvent incomplète)
voir aussi pour des versions intégrales (Tabari VIII: 122)Tabari La chronique Histoires des prophètes et des rois Vol. 2, Mohammed, sceau des prophètes Actes Sud Sindbad p.256(épisode de l'expédition de Khaïbar)
ou Alfred Guillaume The life of Muhammad,Oxford University Press p.515

Écrit par : ripolin | 23 mai 2006

d accrod on ne sait de quel camp venait la balle qui a tue l innocent ...La chaine France2 n a pas diffuse la (SOLDAT) AMERICAINE qui traite les prisonniers iraquiens avec bassesse a abou ghareb????? allons plus loin qui a commis les massacres de SABRA ET DE SHATELLA // L ECOLE DE BAHR EL BAKAR et les enfants tues sans crimes ....
Je prefere ne pas citer d autres exemples ..ca me degoute parlez politique c est se salir jusqu au coude

Écrit par : suzanne | 24 mai 2006

Les commentaires sont fermés.