Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 mai 2006

Climats

 

 

 

Les auteurs du Dictionnaire Quillet de la Langue française, 1948, 3 volumes, indiquent à l’entrée climat que ce nom est un calque du mot grec klima, qui a pour sens "inclinaison". Climat signifie "état général de l’atmosphère particulière à une région" (climat chaud, froid), " pays, région " (avoir visité tous les climats) et, dans un sens figuré, "atmosphère spirituelle, milieu". Aucune explication n’est fournie sur les raisons pour lesquelles le mot klima au sens d’"inclinaison" a été emprunté au grec pour signifier "l’atmosphère particulière à une région". Quel rapport entre l’atmosphère et l’inclinaison ? Il faut être devin ou doué d’une intelligence exceptionnelle pour saisir la parenté sémantique entre ces deux notions.

En fait, klima ne signifie pas seulement "inclinaison", mais il indique très précisément, car les Grecs savaient que la terre était ronde, Eratosthène l’ayant démontré, "l’inclinaison de la terre, de l’équateur au pôle". C’est aussi dans ce sens que le nom climat était entendu dans la langue française des siècles classiques. Avant de désigner l’état de l’atmosphère dans une région, il a signifié "l’espace compris, sur la mappemonde et les cartes géographiques, entre deux cercles parallèles à l’équateur terrestre" (Dictionnaire de la langue française, Emile Littré). Ce n’est que plus tard que le nom a pris le sens moderne, propre (climat chaud, climat tempéré, climat glacial) ou figuré : état d’esprit qui règne dans une famille ou dans un groupe (climat bienveillant, ardent, convivial). L’inclinaison que signifie klima est celle du globe. La proximité ou l’éloignement de l’équateur a ainsi une influence sur l’atmosphère et la température moyenne.

Quand on connaît le sens premier de climat, on comprend mieux ce qu’était au XVIIIe siècle la théorie dite des climats. Elle a pour point de départ l’observation suivant laquelle les mœurs, les coutumes, la foi, les croyances des hommes ne sont pas absolues, toujours semblables ou identiques, dans quelque lieu que l’on se trouve, mais qu’elles varient d’un lieu à l’autre et que le critère déterminant de la variation est la position du lieu sur la carte du monde, plus ou moins proche de l’équateur, plus ou moins proche des pôles. On dirait aujourd’hui que les mœurs, les coutumes, les croyances changent en fonction de la latitude (et de la longitude) ou même, tant les variations sont importantes, en fonction des individus.

 

 

Les commentaires sont fermés.