Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 août 2006

Avancée

 

Le nom avancée est la forme substantivée du participe passé du verbe avancer. Il est attesté pour la première fois en 1782 dans une œuvre de Jean-Jacques Rousseau. Il n’est pas relevé dans le Dictionnaire Quillet de la Langue française, 3 volumes, 1948. Littré, dans son Dictionnaire de la Langue française, y donne deux sens seulement : comme terme de guerre, c’est un "petit poste en avant d’une place forte" (1782) et c’est aussi une "marche en avant", comme dans le Journal officiel du 27 avril 1874 : "Le retour dans la mer glacée étant aussi pénible que l’avancée, il fallut renoncer à l’entreprise".

Aujourd’hui, avancée a si bien avancé dans la logorrhée idéologique qu’il est ce à quoi se reconnaît le bougisme. On dit qu'on avance pour cacher qu'on recule. Un syndicat de fonctionnaires ou assimilés n’ouvre des négociations avec l’Etat que pour obtenir des avancées significatives sur la hausse des salaires et sur la diminution du temps de travail. Les groupuscules gauchistes trompettent que l’adoption d’enfants par les homosexuels est une avancée décisive dans la lutte contre les discriminations et pour la suppression de tous les tabous sexuels, familiaux, politiques et autres. Avancée empeste la modernité. La vague qui porte ce mot aux sommets est la domination sans partage des idéologies du progrès infini.

Or, ces usages modernes ne sont pas enregistrés dans les dictionnaires. Les Académiciens, dans la 9e édition (en cours de publication) de leur Dictionnaire, relèvent avancée, avec deux sens, mais dont aucun n’éclaire les emplois actuels : c’est ce qui forme saillie", comme l’avancée d’un toit ou l’avancée d’un balcon sur la façade ; et, comme terme de fortifications, dans le sens qu’a glosé Littré : "petit ouvrage placé en avant de la porte d’une place forte". Dans le Trésor de la Langue française, les sens donnés à avancée sont ceux des autres dictionnaires : "ce qui fait saillie", terme de fortification ou même "action d’avancer ou son résultat", "marche en avant" ou "mouvement en avant". Dans les exemples cités, la marche en avant se fait à pied et dans un espace réel, elle n’a rien de métaphorique ni d'un progrès infini.

Pour comprendre le sens moderne d’avancée, à savoir la marche en avant de l’humanité ou d’un syndicat vers le stade ultime du bonheur (obtention de nouveaux avantages par la lutte contre l’Etat) ou les progrès infinis dans l’ordre des mœurs (c’est-à-dire la fin des mœurs), il faut se reporter à l’article avancé, ée, adjectif, de la neuvième édition du Dictionnaire de l’Académie française. Les sens relevés sont "en avance par rapport à la moyenne" (la végétation est avancée pour la saison : id est précoce) ou "qui dénote un stade de développement supérieur" (un pays avancé, une technique avancée, une civilisation avancée) ou "qui est, ou prétend être, à l’avant-garde" (des idées avancées). Les avancées d'un syndicat dénotent, à n’en pas douter, un stade de développement supérieur ou une civilisation supérieure, comme le clamaient jadis les thuriféraires des colonies, quand ils comparaient leur pays avancé aux pays reculés dans lesquels ils extirpaient les mauvaises herbes de la barbarie.

L’imposture idéologique est dévoilée dans le Dictionnaire de l’Académie française. Un des sens d’avancé, ée, est "qui commence à se corrompre". Un poisson déjà avancé est près d’être pourri, une viande avancée est de celles qu’il vaut mieux ne pas consommer pour rester en bonne santé. Les idées avancées ont été mastiquées dans de si nombreuses bouches qu’elles sont presque toujours avariées ou cariées comme de vieilles dents qui ont trop servi. Il en va de même des pays qui sont ou qui croient être à l’avancée du progrès en matière de mœurs et du développement technique. Ils ne sentent pas très bon. Le Capitole qu’ils se targuent d’abriter n’est pas loin de la Roche Tarpéienne.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.