Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 octobre 2006

Pratique

 

 

 

 

Le succès de ce nom est l’un des plus étonnants qui soit. Attesté pour la première fois en 1256, il est emprunté à practice, mot du latin d’Eglise désignant la vie quotidienne opposée à la contemplation. Ce mot est lui-même emprunté à praktiké, mot grec qui signifie chez Platon "savoir faire" par opposition à la science "spéculative". A l’origine, c’est un terme philosophique employé par les théologiens et qui, sous la forme practica, est devenu usuel dans la langue latine de la scolastique et du droit au Moyen Age (cf. Bloch et Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, P.U.F.). Terme de l’école et de la basoche, il est alors passé dans la langue commune, où il a pris des sens divers : "savoir-faire", "expérience qu’une personne a dans un métier", "façon d’agir", "actes extérieurs relatifs au culte", "clientèle", "fréquentation habituelle".

C’est dans la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1762) que la variété de ces sens anciens apparaît le plus clairement. Pour les Académiciens, c’est d’abord un terme didactique (celui de la scolastique) "qui n’est en usage qu’en parlant de ce qui se réduit en acte, dans un art, dans une science" et qui, entendu ainsi, est opposé à théorie, comme dans l’exemple "la pratique ne répond pas toujours à la théorie". Ainsi, on dit "mettre en pratique" pour dire "mettre en exécution des préceptes, des projets, des idées, etc.". Ce sens est illustré par la phrase : "il ne suffit pas de savoir les commandements de Dieu, il faut les mettre en pratique". Pratique a aussi une acception ordinaire. Il signifie "usage, coutume, manière, façon d’agir reçue dans quelque pays". Il désigne aussi l’expérience des choses du monde, comme dans "la pratique des affaires forme le jugement". Au pluriel, le nom se dit "des menées et des intelligences secrètes avec des personnes d’un parti contraire". Terme de commerce, il désigne la clientèle d'un boutiquier : "la chalandise que toute sorte de marchands, d’artisans et d’ouvriers ont pour le débit de leurs marchandises et pour le fait de leur négoce" ou "l’exercice et l’emploi que les procureurs et les médecins ont dans leur profession". Littré, dans son Dictionnaire de la Langue française (seconde moitié du XIXe s.), distingue dix-huit acceptions différentes, dont celle-ci : "il s’est dit de l’argent que les comédiens se procuraient par leurs représentations". Ce sens est illustré par ces vers de Corneille : "Ainsi tous les acteurs d’une troupe comique, / Leur poème récité, partagent leur pratique" (Illusion comique). 

Le nom pratique évolue comme d’autres noms étudiés dans ce Dictionnaire de la Nouvelle Langue française, tels manifestation, militant, création, créateur, propagande, stigmatisation. La théologie et la philosophie y donnent un sens que les sciences sociales et le marxisme diffusent dans la langue moderne. Les marxistes tiennent la pratique pour sacrée. C'est leur absolu que cette activité militante qui est censée transformer un jour la réalité sociale et économique. "La pratique ne s’identifie pas à la seule activité productrice. (...) Althusser a généralisé à toutes les formes de la pratique la structure formelle du mode de production, mais on peut discuter cette généralisation", est-il écrit en 1982 dans un ouvrage savant consacré au marxisme : 1982, c’était encore l’époque où d’innombrables savants et politiciens affirmaient sans rire que le marxisme était l’avenir de la France. Il est vrai que, quand il est employé au pluriel, pratiques a pour sens "actes extérieurs de la piété, de la dévotion" et que, entre les idées dévotes et les croyances marxistes, la différence est mince.

Le marxisme ayant sanctifié pratique, la sociologie l’a adoubé. Elle étudie les pratiques sociales et les pratiques culturelles. La pratique sociale, c’est le "comportement habituel d’un individu ou d’un groupe" ; et si ce comportement tient au divertissement (acheter un disque, assister à un concert des Rolling Stones, regarder la télévision ou un film), la pratique est dite culturelle. Pour illustrer ce sens, les auteurs du Trésor de la Langue française citent un sociologue qui étale sa Bêtise, tel un bobo ses fesses sur un canapé de Starck : "Analyser sociologiquement une pratique sociale quelconque revient à expliquer cette situation apparemment contradictoire où l’on peut dire que toute pratique sociale est le produit de régularités objectives, alors que chaque pratique sociale présente des caractéristiques différentes d’un individu à l’autre".

Si Flaubert lisait cette phrase dévote, il aurait de quoi rire pendant au moins un siècle.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.