Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 juin 2007

Crucial

 

 

 

 

Encore un mot de la modernité, non pas de la modernité moderne ou hyper moderne ou début de troisième millénaire, mais de la première ou seconde modernité, celle du début du XXe siècle, celle qui, à peine le siècle moderne achevé, sent déjà le renfermé, le moisi, le rance.

Cet adjectif, hybride ou métissé, comme on doit dire aujourd’hui (métissé de latin et de français), dérive du mot latin crux, crucis, "croix", auquel a été ajouté le suffixe français – al. C’est le chirurgien Ambroise Paré qui l’a fabriqué en 1561 : "il faut faire la section triangulaire ou cruciale, de grandeur qu’il sera besoin". La section consiste à inciser la peau ou les chairs "en forme de croix". Elle est donc, selon Paré, cruciale. C’est dans ce seul sens que, pendant trois siècles, les auteurs de dictionnaires vont définir crucial : "fait en croix" (Dictionnaire de l’Académie française, éditions de 1740 et 1832-35), "qui est en forme de croix" (idem, huitième édition, 1932-35), "qui est fait en croix" (Littré, Dictionnaire de la Langue française, 1863-77). Dans les éditions de 1740, 1762, 1798, les Académiciens précisent que crucial "n’a guère d’usage que dans cette phrase incision cruciale" et en 1832-35 qu’il "n’est guère usité que dans cette locution, incision cruciale". Cette remarque disparaît dans la huitième édition (1932-35), mais crucial est toujours illustré par le même exemple incision cruciale. Littré se contente de mentionner que cet adjectif est "un terme technique". L’exemple qu’il cite, ferrements cruciaux, est emprunté à la construction et les extraits tirés de Crispin médecin et de Candide contiennent incision cruciale : "ah ! quel plaisir je vais prendre à faire sur ce corps à disséquer une incision cruciale et à lui ouvrir le ventre depuis le cartilage xiphoïde jusqu’aux os pubis !" et "le chirurgien me fit d’abord une incision cruciale".

 

Le sens moderne, à savoir "décisif", "important", est attesté en 1911. Il est emprunté à l’anglais crucial ("decisive, critical ; the crucial test, the crucial question, at the crucial moment", in Oxford Advanced Learner’s Dictionary of Current English, édition de 1974). C’est Bacon qui, en 1620, a recouru à cette nouvelle métaphore de la croix, dans l’expression latine instantia crucis, "expérience de la croix", pour désigner une expérience qui écarte une des explications également plausibles. Le choix entre des hypothèses possibles est assimilé à une bifurcation de routes. La métaphore est encore en usage dans la langue des philosophes : "philosophie, expérience cruciale, expérience, décisive selon Francis Bacon, qui permettrait, devant deux hypothèses susceptibles d’expliquer un phénomène, d’écarter l’une comme contraire aux faits et de retenir l’autre, a contrario, comme indiscutable" (Trésor de la Langue française, 1972-94) et "la psychologie comprend les faits (…) et crée des notions capables de coordonner les faits. C’est pourquoi aucune induction en psychologie ne peut se prévaloir d’une expérience cruciale. Puisque l’explication n’est pas découverte mais inventée, elle n’est jamais donnée avec le fait, elle est toujours une interprétation probable" (Phénoménologie de la perception, 1945).

De la science, le sens moderne est étendu à la vie de tous les jours. D’ailleurs, s’il n’avait pas été étendu au social, il n’aurait pas été moderne. C’est "qui est situé à un croisement, à un point de l’espace ou du temps où une décision s’impose ou est possible", comme dans cet extrait : "je m’installe dans ce point de l’espace que j’occupe, dans ce moment précis de la durée. Je n’admets point qu’il ne soit point crucial. J’étends mes bras de toute leur longueur. Je dis, voici le sud, le nord..." (Gide, Les Nouvelles Nourritures, 1935). A force de s’étendre à de nouvelles réalités : moments de la vie, problèmes de société, questions intellectuelles ou à l’importance qu’elles prennent dans les media, cas de société, dates, etc. crucial prend le sens d’important. Est crucial ce dont traitent media et sociologues. Ce sens est hyperbolique. Il ne frise pas le ridicule, il est en plein dedans. L’effacement du christianisme et son remplacement par la nouvelle religion sociale et humanitaire l’ont rendu possible. L’expérience de la croix n’ayant plus de sens, n’importe quoi devient crucial : même les faibles chutes de neige en montagne qui rendent aléatoire le fonctionnement des remontées mécaniques.

En 2001, un professeur de littérature de La Sorbonne, jospinien bon teint et bourdivin à tout crin, devenu président, grâce à ses accointances et allégeances, de la CNP (Commission Nationale des Programmes), a publié dans le journal Le Monde un long papier qu’il a intitulé Le français, discipline cruciale. N’importe quel amoureux de la langue a pu y relever une bonne vingtaine de tératologies verbales (incorrections, impropriétés, métaphores à l’emporte-pièce), dont voici un échantillon : "le français est à conquérir", "désastres imparables", "vingt ans, le rythme d’une kermesse", "croissance à proportion de l’échec scolaire", "leur conséquence est claire", emplois abusifs et impropres de la préposition "pour" au lieu de à ou de ("un choix pour la collectivité", "les programmes pour le collège", "il faut un effort pour l’école", etc.) et, en guise de conclusion, cette perle : "la difficulté majeure niche (sic) dans les routines de pensée et quelques fantasmes". Le français, sous la plume de cette éminence grise du ça, n’est pas crucial, mais crucifié. Il n’est pas en forme de croix, il est sur la croix. Comme disent les Académiciens, dans la neuvième édition (en cours de publication) de leur Dictionnaire, "nous voici au point crucial du débat". Le français, tel qu'il est enseigné, est crucial, au sens où Bacon entendait ce mot en 1620. Face à un carrefour d'hypothèses, il en infirme une et en confirme une autre. L'hypothèse infirmée est la volonté de réforme; celle qu'il confirme est le désastre. Ce que prônent, dans leurs consignes ubuesques, les notoires labellisés sociologie de la diversité, IUFM, didactique transversale ou autre construction de l'esprit nihiliste, c'est la table rase ("du français, faisons table rase"), le néant, l'abandon de tout enseignement de la langue et la renonciation à une langue qui exprime toutes les expériences humaines, qu'elles soient communes, banales, spirituelles ou intellectuelles.

 

 

Les commentaires sont fermés.