Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 décembre 2007

Confrontation

 

 

 

 

 

Emprunté au latin médiéval confrontatio, le nom confrontation est attesté en 1341 au sens de "partie limitrophe de deux propriétés", en 1585 dans l’expression confrontation de témoins. Furetière l’enregistre dans son Dictionnaire universel (1690) : "action par laquelle on confronte soit des choses, soit des personnes". Les personnes confrontées sont les témoins ; les choses, les écritures : "dans les inscriptions en faux, on fait la confrontation des écritures". Les académiciens y donnent le sens "d’action de confronter des témoins à l’accusé" (première édition, 1694) et "d’action de confronter des personnes les unes aux autres" (quatrième édition, 1762), ce à quoi ils ajoutent "il ne se dit qu’en matière criminelle, en parlant ou des témoins que l’on confronte à un accusé, ou des accusés que l’on confronte ensemble". L’exemple qui illustre ces deux définitions est identique d’une édition à l’autre : c’est "recollement et confrontation de témoins". Ce premier sens est distingué d’un second : "il se dit aussi de l’examen qu’on fait de deux écritures en les comparant l’une avec l’autre" (1694). La définition est plus précise dans l’édition de 1762 : "il se dit aussi de l’examen qu’on fait, ou de deux écritures en les comparant ensemble, ou de différents passages que l’on confère l’un avec l’autre".

Féraud (Dictionnaire critique de la langue française, 1788) reprend ces définitions : "confrontation est l’action de confronter, de mettre en présence, les unes des autres, deux ou plusieurs personnes, pour voir si elle conviendront de quelque fait dont il s’agit. On le dit surtout des témoins et des accusés". Il ajoute : "en parlant des choses, comme des écritures, des passages, etc. c’est les comparer ensemble". Les articles consacrés à confrontation dans les cinquième (1798), sixième (1832-35), huitième (1932-35) éditions du Dictionnaire de l’Académie française et dans le Dictionnaire de la langue française (1863-77) sont identiques à ceux de 1762.

 

 

C’est dans la langue française moderne que le nom confrontation s’étend hors du droit, à d’autres réalités que criminelles ou procédurales : personnes mises en présence l’une de l’autre ou devant affronter une difficulté, affrontements ou conflits. Les modernes aiment les mots de la guerre, même s’ils sont pacifistes, surtout s’ils se déclarent pacifistes : ils mettent combat, lutte, offensive, guerre à toutes les sauces et ils ont fini par donner à confrontation le sens de conflit, comme dans cet extrait de Valéry : "le grandissement de David est énorme. C’est la confrontation extraordinaire du pouvoir établi et du pouvoir personnel qui s’établit". Les mots étant des armes, la guerre verbale éclate partout. Confrontation s’étend aux débats au cours desquels chacun défend son point de vue, comme si cette opinion sans intérêt était un fortin ou une forteresse ou la ligne Maginot, comme dans ces exemples d’écrivains modernes : "les conversations avec Xavière dégénéraient aussitôt en confrontations haineuses" (Beauvoir, 1943) et "la mauvaise conscience aspire à l’aveu et au pardon, la conscience inquiète à la confrontation et au dialogue" (Mounier, 1946).

Dans la neuvième édition (en cours de publication) de leur Dictionnaire, les académiciens critiquent l’extension aux conflits de confrontation. Ils aimeraient que ce nom fût limité au seul droit. Ils ajoutent, en écrivant l’injonction en gras, "ne doit pas être employé pour affrontement". Ils ont beau être académiciens et âgés, ils semblent n'avoir aucune expérience du monde. Le sens guerrier et agressif de confrontation n’est pas arbitraire ; il est l’air du temps.

 

Commentaires

1 ostension ( du Saint Suaire de Turin)
de reliques

ostensible, ostentatoire

2 reliques :
-- de Saint

- du PS , de l'UMP etc...


3 actuel actualité

actuel : utilisation à sens "" positif ""exemple

"" femme actuelle"" ( versus vielle coxxxx non libérée ,non avortée ,non " équipée" en électro-ménager ,non "" féminine , non xxxx)
qui "" positive """ à l'hyper-super-méga-marché , avec son chariot

Écrit par : amédée | 10 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.