Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 janvier 2008

Pression

 

 

 

En latin, le nom pressio est employé assez rarement. C’est un terme technique qui a pour sens "pesanteur, poids", "point d’appui (d’un levier)", "treuil" (cf. Gaffiot, Dictionnaire latin français, 1934). En français, pression, emprunté de pressio, est attesté en 1649 chez Pascal, où il désigne la pesanteur et la pression de l’air. C’est dans ce sens qu’il est défini dans le Dictionnaire de l’Académie française à compter de 1718 (deuxième édition) : "terme de physique, action de presser ; la pression de l’air" (1740, 1762, 1798). Dans la sixième édition, la définition identique s’enrichit de nouveaux exemples : "la pression de l’air ; la pression que l’air exerce ; la pression que ce corps reçoit, éprouve ; ce corps a cédé à la trop grande pression qu’il éprouvait ; machine à vapeur à haute, à moyenne pression".

Dans l’Encyclopédie (1751-65), d’Alembert montre que la pression est un principe général propre à tous les corps : "physique, c’est proprement l’action d’un corps qui fait effort pour en mouvoir un autre ; telle est l’action d’un corps pesant appuyé sur une table horizontale". Entre autres corps, les fluides et l’air ont une pression propre et mesurable, mais aussi, selon les cartésiens, la lumière, ces philosophes étant persuadés "que la différence des couleurs vient des différentes modifications que reçoit cette pression par la surface des corps sur lesquels le milieu agit". A cela, Newton objecte que, "si la lumière ne consistait que dans une simple pression sans mouvement réel, elle ne pourrait agiter et échauffer comme elle fait les corps qui la renvoient et la rompent". D’Alembert rappelle aussi que "beaucoup d’effets que les anciens attribuaient à l’horreur du vide sont aujourd’hui unanimement attribués à la pression et au poids de l’air".

 

En 1789 est attesté pour la première fois le sens social de pression : "influence, action sur" (Le Moniteur). La date est éloquente : la nouvelle religion sociale et solidaire commence à supplanter l’ancienne religion transcendante. Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77) est le premier à relever le nouveau sens social : "figuré, contrainte exercée sur quelqu’un". Le seul exemple qui l’illustre est "la pression des circonstances". Ce sens est glosé ainsi dans le Dictionnaire de l’Académie française (huitième édition, 1932-35) : "pression se dit figurément d’une sorte de contrainte morale exercée sur les personnes" (exemples : "exercer une pression sur quelqu’un pour en obtenir quelque chose, la pression des circonstances, il céda sous la pression de l’opinion publique").

Ce qu’atteste le Trésor de la langue française (1971-94), c’est le triomphe de ce sens social dans la seconde moitié du XXe siècle : "au figuré, force s’exerçant sur une personne ou un groupe et influençant d’une manière ou d’une autre le comportement individuel ou groupal soit dans le sens où s’exerce la pression, soit en suscitant des réactions à la pression ou des réactions négatives". La définition est du philosophe mâtiné de sociologue Mucchieli, dont les manuels ont détourné des millions de potaches de toute réflexion. Les syntagmes dans lesquels s’emploie pression sont "céder, résister, se soustraire à la pression, exercer une pression, sentir la pression, pression intérieure, morale, nerveuse, sociale, de la concurrence, de l’histoire, etc.". Le succès de ce sens social est tel qu’il suscite des expressions telles que moyen(s) de pression, faire pression sur, sous la pression de, avoir la pression ("les journalistes sportifs emploient de plus en plus souvent cette expression qui signifie que le public attend le maximum de l’athlète et que cette exigence exerce une pression sur lui"), pression démographique, pression fiscale, parafiscale, groupe de pression, c’est-à-dire un "groupement de personnes ayant soit des intérêts économiques communs soit des convictions politiques, philosophiques ou religieuses communes et qui, disposant en général de moyens importants, engage une action sur l’opinion publique, les partis politiques, le parlement ou le gouvernement pour faire triompher ses intérêts ou ses points de vue". Dans groupe de pression se condense ce qu’est la société, quand elle est sous-tendue par la religion sociale et solidaire moderne : l’idéal de solidarité y est si fort que certains sont plus solidaires que d’autres et usent d’innombrables biais pour imposer leur propre solidarité à tous.

 

Encore une fois, un terme scientifique, employé dans de nombreux domaines (physique, météorologie, physiologie, etc.) avec un sens technique précis, a été extrait de son champ originel et déplacé vers le social pour désigner l’essence même de la société moderne. On comprend que ce soit les sociologues qui aient procédé à ce transfert. Comme dans les cas de cannibalisme, ils ont ingéré les vertus dont ils étaient dépourvus, celles des sciences exactes.

Ou comment se barbouiller de science sans s’aventurer à en faire.

 

Les commentaires sont fermés.