Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 janvier 2008

Drogman

 

 

 

 

Ce mot est enregistré dans le Dictionnaire de l’Académie française depuis 1762 (quatrième édition) et dans d’autres dictionnaires (Féraud, Littré, Trésor de la langue française, etc.). La forme la plus courante est drogman ; mais le mot apparaît sous d’autres formes : dragoman ou même drogoman. Le mot est ancien. Il est attesté au début du XIIIe siècle sous la forme drogeman, puis droguement, au sens "d’interprète". Ainsi chez Villehardouin : "l’empereur entra en une chambre, et n’i mena fors (sauf) l’impératrice, sa femme, et son drughemant et son chancelier, et les quatre messagers", et Joinville : "il y avait des gens là qui savaient le sarrazinois et le français, que l’on appelle drugemens qui enromançaient (mettaient en langue romane) le sarrazinois au comte Perron". Le mot existe en ancien provençal (drogoman) et en italien (dragomanno). Il est emprunté du grec de Byzance, lui-même emprunté de l’arabe d’Égypte. Il a la même origine que truchement.

Il est relevé dans ce sens dans le Dictionnaire de l’Académie française : "c’est le nom qu’on donne aux interprètes et aux truchements dans les échelles du Levant" (1762, 1798, 1832-35, 1932-35, neuvième édition), dans le Dictionnaire critique de la langue française (1788, Féraud : "nom qu’on donne aux interprètes et aux truchements, dans les échelles du Levant et qui parait souvent dans les relations de ce pays"), chez Littré (1863-77 : "interprète dans les échelles du Levant" ; Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, "je me rendis chez le drogman de Son Excellence"), dans le Trésor de la langue française (1971-94 : "dans l’Empire ottoman, interprète en fonction dans les ambassades et consulats européens"). D’un dictionnaire à l’autre, la définition s’affine. Féraud (1788) critique les auteurs du Dictionnaire de Trévoux qui relèvent "dragoman, qui est aujourd’hui un barbarisme" (pour ce lexicographe, est barbare ce qui est du passé). Les académiciens, en 1798, notent que "quelques-uns écrivent drogueman" ; en 1832-35, ils ajoutent ces exemples : "les drogmans d’un ambassadeur ; premier drogman ; les drogmans de la Porte", qui circonscrivent l’emploi de ce mot dans les relations internationales, en particulier avec l’empire ottoman, comme l’affirment, un siècle et demi plus tard, les auteurs du Trésor de la langue française. Littré (1863-77) rappelle que "Voltaire a dit drogoman (c’est la forme provençale ou italienne) : c’est quelquefois un drogoman, c’est-à-dire un interprète du divan qui obtient cette place". Dans la huitième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1932-35), l’allusion à la Porte disparaît ("les drogmans d’un ambassadeur, premier drogman"), l’empire ottoman ayant été démantelé quelques années auparavant (en 1920). Peu à peu le mot sort de l’usage. Vieilli ou histoire, précisent les auteurs du Trésor de la langue française. "Anciennement, dans l’Empire ottoman et les pays du Levant, employé chargé de diverses tâches, et, principalement, de la fonction d’interprète; voir aussi truchement", écrivent les académiciens dans la neuvième édition (en cours de publication) de leur Dictionnaire.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.