Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 janvier 2008

Agglomération

 

 

 

 

Dans la langue latine en usage au Moyen Age, agglomeratio (attesté à la fin du VIIIe siècle) a pour sens "accumulation". Le nom agglomération, dont il est emprunté, est récent. Il est enregistré dans la dernière édition publiée du Dictionnaire universel, dit de Trévoux (1771), comme un "terme didactique" désignant un "assemblage par pelotons" (le nom groupe était au XVIIIe siècle propre à la peinture ou à la sculpture). C’est dans ce sens qu’il est relevé dans le Dictionnaire de l’Académie française, de la cinquième édition (1798) à la septième édition (1878), ainsi que dans le Dictionnaire de la langue française de Littré (1863-77) : "action d’agglomérer ou état de ce qui est aggloméré". L’exemple qui l’illustre est didactique : "l’agglomération des neiges, des sables". Après les grains de sable, les êtres humains. Dans la sixième édition, l’action d’agglomérer est étendue aux hommes : "une grande agglomération d’hommes sur un territoire peu étendu" (1832-35) ; de même chez Littré : "l’agglomération des hommes dans les grandes villes".

 

Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que le nom, en parlant d’êtres humains, prend, par métonymie, le sens de "groupement d’habitants", sens illustré dans la huitième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1932-35) : "l’agglomération lyonnaise". Les XIXe et XXe siècles sont l’âge du didactisme. Il est dans l’ordre des choses que le nom agglomération y connaisse une extension sans pareille, comme l’atteste le très ample article que le Trésor de la langue française y consacre. Entendu dans le sens propre ou technique "action d’agglomérer" (les choses), agglomération s’étend à la chimie, à la technologie ("technique qui consiste à traiter certains minerais, etc. sous forme pulvérulente, résiduelle, etc. pour les réduire en masse compacte"), à la métallurgie, aux langues et à la linguistique, etc. En parlant d’êtres animés, l’agglomération est un "rassemblement plus ou moins compact d’individus" formant des groupes, des peuples, des Etats ou un "rassemblement d’hommes ou de maisons n’ayant pas accédé au rang de ville ou de nation". Les académiciens, dans la neuvième édition (en cours de publication) de leur Dictionnaire, distinguent nettement les trois sens : "action d’agglomérer ; résultat de cette action" (sens technique : "reconstitution d’un minerai ou d’un autre matériau à partir de ses éléments") ; "entassement, groupement" ("une grande agglomération d’hommes") ; "groupement d’habitations constituant une ville, un bourg, un village, etc.", et par extension, "ensemble formé par une ville principale et les communes périphériques".

 

A partir de la fin du XXe siècle, l'âge industriel triomphant, les êtres humains ont été désignés avec les mots qui étaient réservés jusque là à la sciure, aux grains de sable ou à la poussière de charbon. S’ils sont agglomérés ou ils s’agglomèrent dans la langue, c’est que, dans la réalité, ils sont traités comme des choses ou des numéros. Il n’est nul besoin de longs et grands discours pour attester la réification du monde et des hommes : la langue le dit clairement.

 

 

Les commentaires sont fermés.