Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 février 2008

Dichotomie

 

 

 

 

Emprunté du grec dikhotomia au sens de "division en deux parties égales", le nom dichotomie est relativement récent. Il est attesté en 1750 dans un ouvrage d’astronomie et il est enregistré immédiatement après, en 1762, dans le Dictionnaire de l’Académie française (quatrième édition). Au XVIIIe siècle, rien n’effarouchait les académiciens, ni les changements d’orthographe, ni les mots jeunes et récents. A peine fabriqués, ceux-ci trouvaient une place dans le Dictionnaire. Au XIXe siècle, à partir de la sixième édition (1832-35), cette générosité s’est évanouie. Les académiciens se sont mis à l’heure bourgeoise.

De 1762 à 1832-35 (quatrième, cinquième, sixième éditions), l’unique définition reste identique. Dichotomie est un terme d’astronomie : c’est "l’état de la lune quand on n’en voit que la moitié" (1762, 1798) et "l’état de la lune quand la moitié seulement de son disque est éclairée par le soleil" (1832-35).

Ce n’est qu’au début du XIXe siècle que le mot entre dans le vocabulaire des botanistes. Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77) le définit ainsi : "terme de botanique ; mode de division par deux des rameaux et des pédoncules sur la tige". Le mot sort alors de la science et s’étend à tout ce qui est classification ou raisonnement. De fait, par métaphore, il désigne un "raisonnement qui procède par dichotomie, c’est-à-dire en divisant chaque chose, chaque proposition en deux, dont on prend l’une, et divise aussi l’autre en deux, et ainsi de suite". Le sens de dichotomie en astronomie n’est défini qu’en seconde position : "terme d’astronomie ; phase de la lune où elle ne montre que la moitié de son disque".

Le cas de figure est connu des lecteurs de la Nouvelle langue française : un terme scientifique, propre à l’astronomie et à la botanique, est étendu hors de ces sciences pour désigner des réalités intellectuelles ou sociales, comme l’atteste l’article dichotomie de la huitième édition (1932-35) du Dictionnaire de l’Académie française. Le sens en est "état de ce qui est coupé en deux" ; le terme s’emploie spécialement en astronomie et en botanique, et "par extension", il abandonne la science pour s’établir dans la société : "il signifie méthode de division et subdivision binaire" et "il se dit encore, par dénigrement, du partage que fait un chirurgien de ses honoraires d’opération avec le médecin qui l’a appelé en consultation".

Dans le Trésor de la langue française (1971-94) comme dans la neuvième édition (en cours de publication) du Dictionnaire de l’Académie française, l’extension de dichotomie hors de la science se confirme. En droit pénal, c’est le "partage illicite d’honoraires entre médecins ou entre médecins et pharmaciens" et dans le domaine intellectuel, c’est la "méthode de division, de subdivision binaire" ; en logique, c’est "la division d’un concept en deux autres concepts qui sont généralement contraires et qui recouvrent toute l’extension du premier".

 

 

Les commentaires sont fermés.