Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 mars 2008

Dévisager

 

 

 

Dans les Essais (fin du XVIe siècle), Montaigne écrit : "j’eus la fièvre quarte, quatre ou cinq mois, qui m’avait tout dévisagé". La fièvre ne l’a pas longuement regardé, mais elle l’a défiguré. Attesté en 1538 et de formation française (il est dérivé du nom visage auquel ont été ajoutés le préfixe dé(s), qui désigne une action négative, et la désinence verbale – er), le verbe dévisager est défini de la même manière dans les éditions du Dictionnaire de l’Académie française publiées entre 1694 et 1878 : "défigurer, gâter le visage" (1694), "défigurer, gâter le visage en égratignant" (1762), "défigurer, déchirer le visage" (1798, 1832-35), et ce sens unique est illustré des mêmes exemples, dans lesquels celui ou celle qui défigure est un chat ou une femme : "ce chat est enragé, il vous dévisagera", "quand cette femme-là est en furie, elle dévisagerait un homme". Dans la sixième édition (1832-35), il est noté en outre que ce verbe "s’emploie aussi avec le pronom personnel, surtout comme verbe réciproque" ; auquel cas, dans les exemples, les auteurs et les victimes des coups de griffe sont des femmes : "si on ne les eût retenues, ces deux femmes se seraient dévisagées".

Le premier à relever le sens moderne est Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77), qui précise cependant que ce sens n’appartient pas au registre standard : "populairement, dévisager quelqu’un, faire effort pour reconnaître les traits de quelqu’un". L’exemple cité ne laisse pas de doute sur le sens nouveau : "il était à me dévisager, j’étais pourtant bien sûr de ne le pas connaître". Dans la huitième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1932-35), le sens moderne n’est plus mentionné comme populaire et le sens ancien ou historique de "défigurer le visage" n’est même plus exposé, indice qui atteste sans aucun doute que le changement de sens est devenu effectif dans la langue : "regarder quelqu’un avec une attention curieuse et impertinente" ("avez-vous fini de me dévisager ?" ; "ils restèrent longtemps à se dévisager") et "se dévisager signifie quelquefois chercher à se reconnaître mutuellement" ("ils se dévisagèrent longtemps sans pouvoir se reconnaître").

 

Les auteurs du Trésor de la langue française ont si une vive conscience de l’hétérogénéité des deux sens qu’ils distinguent, à tort de toute évidence, deux homonymes. Dans le premier, jugé vieux, "le préfixe - exprime une idée d’altération" et le verbe a pour sens "défigurer, déchirer le visage" ou "meurtrir le visage, le détériorer". Dans le second, qualifié d’usuel, "le préfixe - exprime une idée d’aboutissement ou d’insistance" : c’est "regarder avec insistance" ("dévisager les passants, longuement, en silence"), sans nuance péjorative (avec curiosité, avec sympathie) ou avec une nuance péjorative (effrontément, avec impertinence). Le verbe s’applique surtout aux personnes, mais aussi aux choses, qui, pourtant, n’ont pas de visage : il signifie alors "regarder attentivement" ("dévisager les rideaux, la campagne, le réveille-matin").

Dans la neuvième édition (en cours de publication) de leur Dictionnaire, les académiciens restent fidèles aux choix de leurs prédécesseurs : ils ne relèvent pas les sens ou les emplois sortis de l’usage. Pour eux, dévisager n’a qu’un seul sens : c’est "regarder quelqu’un en plein visage avec attention, avec insistance". Les exemples qui l’illustrent sont : "on dévisageait curieusement le nouveau venu, il se sentait dévisagé de manière indiscrète, impertinente, ils se dévisagèrent". L’étonnant est la rapidité (moins d’un demi siècle) avec laquelle le sens ancien de dévisager, sens premier, historique et longtemps le seul, a disparu du Dictionnaire de l’Académie française et a été remplacé par un sens que Littré jugeait populaire. L’usage qui est l’horizon des académiciens est souvent cruel : en sortir, c’est mourir.

 

 

Commentaires

http://decadence-europa.over-blog.com/article-17759041.html

NOUVELLE LISTE DE NLS

Écrit par : Amédée | 16 mars 2008

Les commentaires sont fermés.