Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 juillet 2008

Forge

 

 

        Issu du latin fabrica « atelier, forge », le nom forge est attesté au milieu du XIIe siècle au sens « d’atelier où l’on travaille les métaux ». A la fin du XVIIIe siècle, quand apparaissent les premiers embryons d’une sidérurgie industrielle, il désigne, non plus un atelier, mais une usine où la fonte (de fer) est transformée en acier. Dans le Dictionnaire de l’Académie française, de la première à la sixième édition (1694, 1762, 1798, 1832-35), le sens exposé est le sens qui est historiquement le premier : « atelier où l’on travaille les métaux » - l’atelier « où l’on fond le fer quand il est tiré de la mine et où on le met en barre » (exemples : « forge de fer, faire aller une forge, entretenir une forge, le fourneau d’une forge, les soufflets d’une forge, les forges sont d’une grande dépense, les amas d’une forge » ; ou bien « la boutique d’un maréchal », que l’on nomme aujourd’hui maréchal-ferrant (exemples : « mener un cheval à la forge, un cheval qui revient de la forge ; et, on dit la forge d’un maréchal, d’un serrurier, d’un armurier, etc. pour marquer l’endroit où ces sortes d’artisans travaillent en fer, chacun selon son métier » - 1694 – ou « pour marquer le fourneau où ces sortes d’artisans chauffent leur fer et l’enclume où ils le battent » - 1762, etc.), sens que Féraud (Dictionnaire critique de la langue française, 1788) résume ainsi : « forge se dit du lieu où l’on forge le fer et de la boutique d’un maréchal, d’un serrurier, d’un armurier ». Dans la sixième édition (1832-35) du Dictionnaire de l’Académie française, le maréchal est un maréchal ferrant.

        Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77) est le premier à citer les emplois figurés de forge : « cet ouvrage sort de la forge ou est encore tout chaud de la forge : il a été achevé tout récemment, il sort des mains de l’auteur » ; et dans le Supplément de 1877 : « figuré, création, fabrique », comme dans ces extraits de Malherbe (« cet argument n’est pas avoué des stoïques, il est de la forge des péripatétiques » : « que sont-ce ces contrats, ces papiers de compte, sinon des maux volontaires partis de notre forge ? » ou de Bayle : « il n’y a point de meilleure forge de nouveaux mots que la comédie ». Littré est aussi le premier lexicographe à définir le sens « d’usine dans laquelle la fonte de fer est transformée en métal », l’illustrant d’un extrait de Buffon, qui possédait les forges de Montbard : « toute forge qui ne produirait pas trois cents milliers de fer par an ne vaudrait pas la peine d’être établie ni maintenue ». Il est le premier à citer la fameuse expression maître de forge. Il tente aussi de distinguer les emplois de haut fourneau de ceux de forge : « le haut fourneau est l’usine où le minerai est réduit en fonte ; la forge est l’usine où la fonte est transformée en fer », illustrée par cet extrait : « si dans une même usine on réduit le minerai en fonte, et celle-ci en métal, cette usine prend le nom de forge, quoique sa partie appelée forge soit exclusivement réservée à forger la fonte, c’est-à-dire à la battre avec un marteau pour la transformer en métal ».   Ce sens moderne est amplement défini dans la huitième édition (1932-35) du Dictionnaire de l’Académie française : « forge s’emploie souvent au pluriel pour désigner les établissements industriels, les usines où l’on transforme la fonte en fer » et « par extension, il se dit d’un haut fourneau où le minerai est réduit en fonte ». Sont cités les deux exemples célèbres de l’histoire sociale de la France, jusqu’en 1950 : « un maître de forges », « le Comité des Forges de France ».

            Attesté pour la première fois en 1770, ce sens moderne est mentionné dans le Trésor de la langue française (1971-94) comme vieilli : le mot forge désigne un « établissement se consacrant à la fabrication du fer à partir du minerai ou de la fonte » ou une « entreprise industrielle de fabrication d’acier ». La révolution industrielle, qui, à partir du fer et du charbon, a chamboulé la France traditionnelle et y a forgé, du moins en Lorraine, dans le Nord, en Saône et Loire et dans les Cévennes, cet aspect industrieux, aujourd’hui à l’agonie ou disparu, a duré moins de deux siècles. Au bout de deux siècles, ce qui semblait moderne est désuet, le mot et la chose, au point de sortir de l’histoire de France (et d’Angleterre) pour ne plus exister qu’en Chine, en Inde, au Brésil. Voilà qui, plus que tout discours, en dit long sur les vanités modernes. Ce que Maupassant écrit en 1887 : « et près de là les grandes forges soufflent leur haleine ronflante, pareille à des mugissements de lion apocalyptique ; les hautes cheminées jettent au vent leurs panaches de flammes, et l’on entend des bruits de métal qui roule, de métal qui sonne, de marteaux énormes qui retombent », tout cela est mort à jamais et n’est pas près de renaître en France. Ces vieux textes font prendre conscience que tout un monde a disparu. Il est vrai aussi que les forges de maréchal ferrant ont fermé, depuis près d’un demi-siècle, de quasiment tous les villages de France.

            Dans la neuvième édition, en cours de publication, de leur Dictionnaire, les académiciens continuent à relever ces sens, bien qu’ils soient sortis de l’usage : « anciennement, précisent-ils, usine de traitement du minerai de fer ou de la fonte ; maître de forges, propriétaire d’une telle entreprise, qui en assurait personnellement la direction et en recueillait les bénéfices ; le Comité des forges, organisme regroupant naguère les principaux maîtres de forges ». Les adverbes anciennement et naguère, l’emploi de l’imparfait, tout cela atteste dans les définitions la fin d’un monde, qui, en fin de compte, ne subsiste que dans quelques noms propres, comme les académiciens le remarquent : « le mot forges, au pluriel, figure encore dans la raison sociale de certaines entreprises sidérurgiques : les Forges et Aciéries du Nord et de l’Est ; les Forges et Chantiers de la Méditerranée ». En revanche, ces mots survivent en partie dans la mythologie syndicale : s’ils disparaissaient, ils risqueraient de faire disparaître aussi la raison d’être des syndicats.

 

 

Commentaires

il y avait aussi les BAS-FOURNEAUX , avant le développement des hauts .

j 'ai parcouru récemment ( mais non fini , car il m'était prêté et le manque de temps !! ) un livre sur les maitres de Forges de Lorraine , bassin de Briey , qui fût le principal bassin du Fer , proche de Hayange , et autres anges ...

Briey quasi inconnue actuellement pour cet historique ( sauf localement ) , histoire non enseignée
Livre de très haute qualité d'écriture .Français parfait .

pour les petites forges , je revois souvent mon grand-père , Forgeron ET maréchal-ferrant ( entre autre ) , paysan , forestier ,
j'ai encore pensé à lui plusieurs fois cette semaine

Je la revois souvent cette scène , cet homme bourru , sec ,résistant , faisant avancer son mulet à coup de baton ( mais il le fallait ) ,

descendant les foins sur le dos , la tête , dans les fortes pentes de notre haute vallée alpine , française depuis peu ( et à tort probablement , par un référendum truqué à la coco )

descendant l ' hiver les billots de bois , sur la luge énorme tirée par le mulet , freinant à l 'arrière

Un jour , un abcès , panari ? sur la main .

Ce vieux de 14 , de Verdun ( artillerie de montagne ) , des combats des Vosges ,

rechauffe sa forge

prend son Opinel , indispensable à tous

le porte au rouge sur les braises brulantes

puis se l 'applique à vif , sur l'abcès !

Vieilles recttes , depuis Paré !
qui épargnaient le budget de la "" Sécu "

et jamais de médecin , jusqu ' à 90 ans !

pas des décadents , ces forgerons
( Fabre, Favre , Faber, Schmitt ! )

Écrit par : Amédée | 12 juillet 2008

1

http://www.amazon.fr/barons-fer-Lorraine-Histoire-sid%C3%A9rurgique/dp/2876926067/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=books&qid=1215892784&sr=1-1

je joins le référence de ce très bon livre
LES BARONS DU FER

2 Féron

Écrit par : Amédée | 12 juillet 2008

Et que venaient faire Mars et Vénus dans les Forges de Vulcain ?
En chinois, forgeron se dit 铁匠, soit littéralement: artisan du fer. Ce qui est un peu sec. M. de Maupassant aurait dû passer par là pour prêter un souffle poétique à l'industrieux Empire du Milieu.

Écrit par : Pierre-André Rosset | 14 juillet 2008

DEVOIRS DE VACANCES



Abolition abolitionniste , me Acte Addiction Aléas aléatoire Alternative , alternatif ( homme, courant élec .. solution )Anachronisme Anticipation Apparatchikcratie Augmentation Auto-suffisance de lui-même Avenir ( disparition de la forme du Verbe ) voir aussi Plaisir , Loisir ? Mécanisme de cette évolution ? SensBeau-parleur Biens ( les biens , the Whealthes )Bi/Trans et toutes les fiertés Blackout Bonimenteur Brimade ( des djeuns ) Catégorie , catégoriel (le ) Christ = Che Guevara Circonvolution ( technocratique ) ClientélisteCohésion ( sociale ) Compassion Congrès Congressiste Consultation Court-terme Correct Correction CréditDéjection ( canine = M....) Dématérialisation ( économie ) , en fait totalement Faux . n 'existe pas.Démiurge Déshonneur ( sarko ) Désillusion Discrimination DissidenceDithyrambe éfficacité élite élitisme élu EndettementEntropie égo égotiste épuisement ( puiser ) Famille ( ne pas associer à travail & Patrie ) Faux-semblants Féron Flagorneur Flagornerie Flatteur Flatteries ( disque de Bruni )Garant Garantie Garantir Gratuit , Gratis ( on rase ) Les " gratuits " ( presse) Gasconnade ( programme électoral Sarko 2007)Gréviste Hausser Hausse ( permanente )Haussier ( bourse )Histrion Homéopathie Idéologisation Illusion Immigrationniste , nisme .Immobilisme Imprévision ( voir aussi Court-terme , Chirac & co ... )Incivisme ( général ) Inculquer Indemnisation Indulgences ( papales ) ( tu peux tuer , si t'es puissant , verse du fric , c'est bon , Dieu te pardonne ) Industrialisme Jet (djette ) ( à réaction ) ( verbe jeter ! )Jet-Set ( peoples ) ( surconsommation )Jet-Setter , Jet-setteur , jet-setteuse Journal , journaux Journalier Laxisme Loisir ( disparition du Verbe ) MagazineMagaziner ( Québec ) Minette - 1 femme - 2 minerai Fe++ , Lorraine Mine 1 puit 2 milit 2 figuré , miner ...Nullité Obsolescence ( monde d' )Opportunisme , Opportuniste , Opportunité ( voir Lang , Tapie , Séguéla , Kouche-toi-là ..)ParticratieParvenu Pénitence ( disparition ) ,indulgences papales de blanchiment .People ; les people(s ) Pilori ( mise au.. )Plaisir ( disprition du Verbe )Pornocrate , cratieProgessisme Promesse , promesseS ( turquie , sarko .. ) Prosternation Protection Rafles ( de " sans-papiers" )Réalisme Real Politik ( grand dirigeant sarko ) Beaucoup de mots en ré....Reféodalisation Répartition ( revenus .. )Retranchement ( dernier ) Revenu Révolutionnariste Revue ( presse / des troupes )Sadisme = évoquer la Princesse de Clèves à un concours administratif !Sécuritaire Septuagésime Statuquo Status-ad-quo ( english )StochastiqueSyllogisme Systémique = crise systémique globale 2008-2012 Tertiaire ( secteur ) , Tertiarisation =mythe , faux en réalité Trafic ( s ) TranssexualitéTravesti Universitaire ( mazette , le mec !! ) Mythologies intellotes ( ou non )Freud 14 Juillet ( El Assad ) Prise de la Bastille , mythe enseigné ou plutôt inculquéLégion d'horreur ( bétancourt ) Tertiaire , tertiarisation = faux Les 30 Glorieuses ( 28 ans ) , en fait les 30 merd...... , les 30 salop...Saint Jack Lang ( sauveteur livre & disque français , Kultur , Fête Music , Tags = art ) vu sur C dans l 'air Mr Abélès = """" anthropologue des Institutions """ !!!!!

Écrit par : Amédée | 23 juillet 2008

Belle démarche citoyenne & durable que la vôtre.

Écrit par : Pierre-André Rosset | 01 août 2008

BULLECOURT 62 CH'TI

ANZAC DIGGER

MERCI
http://decadence-europa.over-blog.com/article-18689574.html

Écrit par : Amédée | 01 août 2008

J'y suis allé au début des années 70. On aurait pu s'y rencontrer dans un restaurant macrobiotique ou sur les remparts à fumer des végétaux une nuit de pleine lune. Pas vrai M. Amédée ?

Écrit par : Pierre-André Rosset | 06 août 2008

SIMILAIRE

SIMILARITé

# SIMILITUDE

- SIMILITUDE ENTRE LA LACHETé ET DOUBLE 5 TRIPLE / QUADRUPLE ... ) DISCOURS d'un lamentable sarkozy
aux JO de PEKIN / BEIJING 2008

{ que je ne regarde d'ailleurs pas]

-et les DALADIER-CHAMBERLAIN-& co DE 1936 -1938

???????????

Écrit par : Amédée | 09 août 2008

Je sais déjà l'allemand: de ce côté je suis paré à toute éventualité.
Dans le même but je me mets au mandarin, mais malheureusement 这 挺 难弄 的 ! (c'est pas de la tarte !).

Écrit par : Pierre-André Rosset | 13 août 2008

Les commentaires sont fermés.