Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 août 2008

Draconien et drastique

 

 

L'adjectif draconien, dérivé de Dracon, nom du législateur athénien du VIIe siècle avant notre ère, lequel préconisait de mettre à mort l’auteur d’un délit, même mineur, est attesté en 1796, pendant la Révolution française, au cours de laquelle, comme sous Dracon, qu’un exil a empêché d’appliquer ses belles idées, un certain nombre de terroristes ont coupé en deux des innocents, dont le seul crime a été de prononcer à voix basse un mot tabou.

Il est enregistré par Littré dans son Dictionnaire de la langue française (1863-77) au sens de « d’une excessive sévérité, en parlant de lois », comme dans les exemples : « code draconien, lois draconiennes ». Littré en explique le sens en se référant à « Dracon, législateur d’Athènes, qui avait prononcé la peine de mort pour tous les délits ». Dans le Dictionnaire de l’Académie française (septième et huitième éditions, 1878 et 1932-35), il est défini de la même manière (« qui est d’une excessive sévérité, par allusion à l’ancien législateur athénien Dracon ») et illustré par les mêmes exemples : « un code draconien, des mesures, des conditions draconiennes ». Les auteurs du Trésor de la langue française (1971-94) distinguent deux emplois : « à valeur déterminative » (« de Dracon, législateur athénien célèbre pour sa rigueur ») et « à valeur caractérisante » : « d’une sévérité excessive, d’une rigueur extrême », comme dans « règlement draconien, limites, lois, mesures, conditions draconiennes ». Les synonymes en sont inexorable, implacable, sévère. Dans la neuvième édition, en cours de publication, de leur Dictionnaire, les académiciens précisent, à juste titre, que cet adjectif « ne se dit pas des personnes, mais seulement de leur attitude ou de leurs décisions ».

L’adjectif draconien est en concurrence, dans quelques-uns de ses emplois, avec drastique, emprunté de l’adjectif grec drastikos, terme de médecine, ayant pour sens « actif, énergique ». En français aussi, c’est en 1741, année où il est attesté, un terme de médecine, qui est employé à partir de 1875 hors de la médecine dans le sens « d’énergique ». Dans le Dictionnaire de l’Académie française (quatrième et cinquième éditions, 1762 et 1798), il est défini ainsi : « il se dit des remèdes dont l’action est prompte et vive » (1762) ou « des remèdes qui agissent avec violence » (1798). Dans la sixième édition (1832-35), les remèdes dont il est question en 1762 et 1798 sont précisés : « il se dit des purgatifs qui agissent avec violence ». Les académiciens précisent qu’il s’emploie « aussi comme substantif masculin » : « La résine de jalap est un drastique ». Pour Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77), ce « terme de médecine » a le sens de « qui purge énergiquement » (« les drastiques, les purgatifs énergiques, tels que le jalap, la bryone, le nerprun, la coloquinte »), ce qui n'explique pas qu’il ait pu qualifier des réalités qui n’étaient pas des remèdes, mais qui étaient censées être aussi "efficaces" qu’un purgatif, telles des mesures, des changements, des conditions, ou même, comme dans cet extrait de la Revue des Deux-Mondes que Littré relève dans le Supplément de 1877, des scènes de tragédie : « ce qu’il y a de pire dans le Faust de M. Gounod, c’est de se substituer dans la mémoire du public au Faust de Goethe, et de vulgariser des notions fausses sur les personnages et sur quelques scènes drastiques de la tragédie ». L’auteur de cette perle voulait-il signifier que la tragédie de Goethe tient du purgatif ? Quoi qu’il en soit, Littré précise que « cet emploi du grec, emprunté aux Allemands (en fait aux Anglais), n’est pas à encourager » : on y opine, surtout à propos du théâtre. Pourtant, ce qu'il y a d'éloquent dans cette extension de sens, c'est qu'un terme de médecine ait pu qualifier des réalités politiques, juridiques, administratives, comme si le "corps social" pouvait faire l'objet des mêmes traitements que le corps humain ou comme si la médecine, la "science" vénérée des scientistes du XIXe siècle, devait servir de modèle au gouvernement des hommes...  Dans la huitième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1932-35), ce sens figuré n’est pas relevé : pour les académiciens, drastique est un « terme de médecine » qui « se dit d’un remède très agissant, énergique, spécialement de certains purgatifs ». En revanche, dans la neuvième édition, en cours de publication, comme dans le Trésor de la langue française (1971-94), les deux sens, relevés par Littré, sont définis : « médecine, en parlant d’un remède, d’un purgatif, qui a un effet très énergique » et « au figuré, en parlant d’une situation, d’une disposition » (mesures, règlement, réduction), drastique a pour synonymes draconien, rigoureux, sévère et est glosé par « rigoureux, très contraignant » dans la neuvième édition du Dictionnaire de l’Académie française.

 

Commentaires

En somme, ce qui est draconien est funeste, ce qui est drastique est salutaire. Si j'ai bien compris.

Écrit par : fromageplus | 29 août 2008

C'est plus compliqué qu'il n'y paraît; mais en cette matière une prudence drastique s'impose pour éviter le recours à une solution draconienne. Et ce n'est pas notre hôte qui me contredira...

Écrit par : P.A.R. | 29 août 2008

Arouet le Jeune ne porte pas de jugement de valeur sur les mots et encore moins sur les choses du monde que ces mots désignent ou sur les sens qui y sont donnés. Il s'en amuse seulement.

Écrit par : Arouet Le Jeune | 30 août 2008

Monsieur de Ferney serait donc taoïste ou nietzschéen ?
Voilà une nouvelle qui va déchaîner la presse pipole...

Écrit par : P.A.R. | 30 août 2008

- ALORS DOIS-JE LIRE LE

FAUST DE GOETHE

TRADUCTION G DE NERVAL
j'ai prévu de le commencer ces jours-ci !!

il est déjà acheté !!

çà va être drastique ???

je vais finit Peter Pan à midi !!

Écrit par : amédée | 03 septembre 2008

Goethe et Nerval sont des valeurs sûres: vous allez faire le plein de super (à ce propos, j'ai entendu dire que dans 2 mois nous allions retrouver un baril à 100 $ ?).
Par contre, Kierkegaard dit que Don Juan et Faust sont deux prédateurs du genre féminin, chacun à sa manière.
Mais on parle aussi du syndrome de Peter Pan, qui nous aurait tous un jour menacé; on est à l'abri de rien.
Je pense que même la lecture de l'annuaire téléphonique peut être nocive si on ne sait pas se dominer.
Si ça vous intéresse, j'ai retrouvé des Bob Morane des années 50: les histoires sont toujours les mêmes, mai j'ai noté que l'écriture (Henri Vernes) est très soignée, ce que je ne pouvais faire à l'âge de 10 ans.

Écrit par : P.A.R. | 03 septembre 2008

à PAR
1 OUI très bon finalement jai commencè FAUST
16 pages au café à Midi très bien .

pas si drastique


2 DRASTIQUE
même sens en anglais ??

Comme par hasard en lisant aussi ce jour les 18 excellentes pages de James LEIGH voici que je tombe encore à midi sur Drastic !!!
[ Oil in a DRASTIC undersupply , could b used as a
powerful lethal international economic weapon ]

3 possible que le barrel de 142 litres repasse temporairement , par des petits écarts , vers des baisses temporaires .
ceci est bien décrit puisque l 'évolution INEXORABLE
de la courbe ascendante de son prix s'éffectue en
DENTS DE SCIE sur une droite ascendante .
ce qui est logique

le résultat à plus long terme ( et même moyen ) est bien vers les 300 , puis 400 , puis 500 $ US .

LES LOIS DE BASE de la physique de l'Univers
( thermodynamique , mathématiques
2+ 2 =4 ) géologie , biologie ..
sont néanmoins inexorables .
( sauf "" multiplication des pains à Tibériade "" )

4 le syndrome de PETER PAN a d'ailleurs bien touché les baby-boomers , qui ont ainsi été de bien piètres parents .
leur fin sera triste .
sa statue à Hyde Park , Kensington Gardens
m 'avait bien plu

5 oui , moi aussi j'ai bien aimé l 'Ombre jaune


cordialement

Écrit par : amédée | 03 septembre 2008

Ah, la statue de Peter Pan: tout près de la Serpentine, si j'ai bonne mémoire (car c'était en 1953). Et j'ai encore des photos de moi au pied du squelette d'un dinosaure au BM. Il y avait aussi Battersea Park. Et la Télé en n/b avec Sooty. J'avais trouvé que Londres était une ville créée pour les enfants.

Pensez-vous que le pain puisse également devenir a lethal weapon ? Dois-je avancer mon départ pour la Chine ?

Écrit par : P.A.R. | 03 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.