Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 septembre 2008

Différencier

 

 

Emprunté du verbe du latin scolastique differentiare en usage dans les universités du Moyen Age, différencier est attesté au XIVe siècle dans le sens que définit Furetière dans son Dictionnaire universel (1690) : « distinguer par la différence », sens que reprennent les académiciens dans la première édition (1694) de leur Dictionnaire. L’orthographe avec un t est attestée dans L’Encyclopédie de d’Alembert et Diderot (1751-65). C’est un terme mathématique : « différentier une quantité dans la géométrie transcendante, c’est en rendre la différence suivant les règles du calcul différentiel ». Ces sens sont exposés dans le même article de la quatrième édition (1762) du Dictionnaire de l’Académie française. Il est vrai que la définition mathématique n’est pas très claire : « distinguer, mettre de la différence » (« cela sert à les différencier ») et « on dit en mathématique différencier une quantité pour dire en prendre la partie infiniment petite ». Dans les sixième et septième éditions (1832-35, 1878), les académiciens relèvent les deux sens dans deux articles consécutifs dont l’entrée est distinguée par l’orthographe de la dernière syllabe : c ou t. Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77) distingue aussi deux homonymes : « il ne faut pas confondre différencier, mettre une différence, et différentier, prendre la différentielle, terme de mathématique. Ces deux mots sont les mêmes ; mais l’orthographe les différencie ». Il ajoute ceci qui exprime son scepticisme : « cette différence d’ailleurs ne s’appuie sur aucune bonne raison ». Pour lui, différencier, c’est « séparer par la différence » (différencier des propositions, deux personnes, des mots par l’accent grave, des peuples, les jours de fête (des autres jours), les êtres, etc.) et, à la forme pronominale, se différencier, c’est « être distingué, caractérisé », comme dans cet exemple sous-tendu par le positivisme qui nourrit Littré : « Fontenelle se différencie des écrivains de son temps par une connaissance profonde des sciences positives jointe à l’esprit le plus fin et le plus discret ». Pour définir différentier, Littré, comme s’il écrivait une notice encyclopédique, se réfère aux règles du calcul différentiel : c’est « calculer certaines propriétés d’une courbe, etc. d’après les différences infiniment petites qui existent entre deux positions successives et fort rapprochées de ses coordonnées » et c’est « pratiquer les opérations qui constituent le calcul différentiel ou prendre la différentielle ».

Dans la huitième édition (1932-35) de leur Dictionnaire, les académiciens consacrent une seule entrée à ce verbe et renoncent à les différencier par l’orthographe : « distinguer par telle ou telle différence (« cela sert à les différencier ; une bonne définition doit différencier les diverses espèces d’un même genre » et « en termes de mathématiques, différencier une quantité variable, en prendre l’accroissement infiniment petit »), leçon que suivent les auteurs du Trésor de la langue française (1971-94), lesquels, à la différence des académiciens en 1932-35, signalent les deux orthographes en mots vedette : différencier, différentier. Ceux-ci, à la différence de Littré et des académiciens, distinguent, non pas le sens courant du sens mathématique, mais les emplois spécifiques en biologie et psychologie (« constituer dans sa différence un être ou une chose ») ou en mathématiques (« calculer la différentielle », comme dans cet extrait de Poincaré, 1911 : « étudions les variations (...) et pour cela différentions la dernière équation ») des emplois étendus : « distinguer en faisant ressortir les différences » (différencier le cliché du lieu commun, une personne, etc.), dont l’emploi à valeur réflexive : se différencier (des autres) et « devenir (de plus en plus) différent, acquérir ou renforcer des différences » (synonyme se distinguer) ou « être caractérisé, constitué par une différence » (synonyme se démarquer, s'opposer). A l’opposé, dans la neuvième édition, en cours de publication, de leur Dictionnaire, les académiciens reviennent à la distinction des deux verbes par l’orthographe - avec un c : « constituer une différence distinctive entre deux êtres, entre deux choses » et « établir une différence entre deux êtres, entre deux choses » (se différencier : « se distinguer de quelqu’un, de quelque chose par telle ou telle différence » ou « acquérir des caractères spécifiques » ; avec un t, variante orthographique de différencier : en mathématiques, « calculer la différentielle », « différentier une fonction »).

Les idéologues « modernes » et dominants qui chantent sur tous les toits du monde la différence (et la différance, cf. Derrida) ou les différences ne font jamais usage du verbe différencier, qu’il soit écrit avec un c ou avec un t. Pourtant, s’il est un verbe qui, en théorie, concentre la croyance dans la différence, c’est différencier. Ils prônent, prétendent-ils, le brassage des différences, le métissage, le mélange de tout dans tout, et, bien sûr, le respect des prétendues différences, à condition qu’elles soient de l’Autre ou des autres, jamais de soi ou des semblables, et ils prohibent de différencier : car, différencier, c’est distinguer, discriminer, séparer et aussi « constituer dans sa différence un être ou une chose », c’est-à-dire le singulariser. Ils n’aiment la différence que fondue dans le grand melting-pot du sans (frontières, papiers, famille, nations, réalité, etc.), métissée aux différences venues d’ailleurs, lesquelles sont supérieures en tout évidemment à la différence indigène, broyée dans ce chaudron de sorcières et dans cette boîte de Pandore, lesquels exploseront un jour. Ce sera alors l’Hiroshima du monde réel.

 

 

Commentaires

Tout doux, cher Maître, vous allez vous faire péter une artère et nous avons comme jamais besoin de votre prose acérée et de sa vindicte.

Cela dit, je poursuivais ce matin, dans le train, la lecture de "La généalogie de la morale", de qui vous savez, et cela donne un effet stéréo surprenant avec ce que je viens de découvrir supra.

Écrit par : P.A.R. | 02 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.