Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 septembre 2008

Symposium

 

 

Emprunté du nom grec signifiant « banquet » et qui sert de titre à un dialogue de Platon, ce mot est attesté au XVIe siècle sous la forme sympose (« banquet ») et au XIXe siècle sous la forme symposie (« festin ») ; en 1857 sous la forme symposium (« banquet, festin »). Le sens moderne de « colloque » n’apparaît qu’en 1957, sans doute sous l’influence de l’anglais, où symposium a le sens de « colloque, échange d’idées » depuis 1784, comme dans Le Banquet de Platon. Au XVIIe siècle, Furetière, dans son Dictionnaire universel (1690), relève le nom symposiaque : « entetien de philosophes dans un banquet ».

Il n’est enregistré dans aucune des éditions publiées du Dictionnaire de l’Académie française, non plus que dans le Dictionnaire de la langue française de Littré (1863-77). En revanche, l’article consacré à symposium dans le Trésor de la langue française (1971-94) est relativement long et complet. Le sens de « banquet », propre à l’antiquité grecque, est clairement exposé : « par référence au Banquet de Platon, seconde partie d’un repas, correspondant aujourd’hui au dessert, pendant laquelle un groupe restreint de convives buvaient et discouraient sur un sujet ». Les synonymes en sont symposie et même symposion. Dans le monde savant actuel, il désigne une « réunion de spécialistes (philosophes, scientifiques, etc.) consacrée à des échanges sur un sujet particulier ». Les synonymes en sont carrefour, colloque, congrès, séminaire, table ronde. En 1983, le grammairien Hanse remarque que « le mot, critiqué par les puristes, peut être avantageusement remplacé par colloque, congrès, rencontre, etc. » Symposium est même attesté dans le sens de « publication philosophique dans laquelle une même question est successivement traitée par plusieurs auteurs ». Le Trésor de la langue française étant un dictionnaire savant, les diverses formes qu’a prises le nom symposium y sont relevées : symposiaques, terme d’antiquité grecque, « entretiens dans un banquet, propos de table » ; symposiarque, terme d’antiquité grecque, « à Athènes, convive désigné, au moyen des dés, pour être le roi du banquet » ; symposie, terme d’antiquité grecque, « festin, banquet qui était ordinairement une réunion de plusieurs philosophes qui traitaient quelque question de philosophie » et terme savant et rare désignant une « réunion restreinte de philosophes, de lettrés qui, à l’occasion d’un repas, traitent de questions posées à l’avance ; symposion, synonyme de symposium.

Dans le dialogue de Platon intitulé Le Banquet, les convives traitent, avec Socrate, d’amour. Il faut vraiment que cette question ait fasciné les Européens pour qu’ils aient fait du titre un mot aux sens aussi riches.

Commentaires

La version anglaise de Wiki est plus copieuse au sujet du rituel grec du symposium, dont la survivance actuelle pourrait se retrouver dans l'apéro et, pourquoi pas, la communion chrétienne (et le banquet ou agapê des origines).

Écrit par : P.A.R. | 08 septembre 2008

Merci. Oui, vous avez raison. Les premiers chrétiens ont traduit le mot grec agapé par caritas, puis ils ont introduit agapes en français, mais ce mot a pris un sens si défavorable que le premier sens a été effacé.

Écrit par : Arouet Le Jeune | 08 septembre 2008

Comme pour "correspondance", on prend le français en flagrant délit de paresse avec son pauvre "amour*, puisque les Grecs avaient: Agapē, Eros, Storgê et Philia.

Écrit par : P.A.R. | 08 septembre 2008

JE SIGNALE CE LIEN
WHONAMEDIT
SITE NORVEGIEN
LISTE DES SYNDROMES MEDICAUX PAR PAYS
DESCRIPTION HISTORIQUE IDENTIFICATION

SITE NEUTRE DONNE UN APERçu quantitatif
de la """ science médicale islamique """

1 USA 819 découvreurs identificateurs descripteurs

beaucoup en fait européens d'origine

2 GERMANY 639

3 FRANCE 429

4 UK 340

http://www.whonamedit.com/biocountries.cfm


http://www.whonamedit.com/biocountries.cfm



-

Écrit par : amédée | 09 septembre 2008

Oui, Monsieur Amédée, ceci prouve que, par rapport à un nb d'habitants constant, la recherche médicale est 17'000 fois plus efficace en Suisse qu'en Chine (France seulement 8'250 fois). C'est ce que vous attendiez ?

Écrit par : P.A.R. | 09 septembre 2008

NON je transmet simplement des documents QUANTITATIFS

pour la BATRACHOMYOMACHIE

beau résultat suisse effectivement

bien sur la liste est un cumul sur plusieurs générations

traduit une zone culturelle très ciblée ( géographiquement & historiquement )

donc chifres à rapporter au nombre total d'habitants sur
X générations ( environ 2 siècles )

Écrit par : Amédée | 10 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.