Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 septembre 2008

Sainte Croix

 

 

Il est fait interdiction aux speakers de France 2 et 3 de prononcer le mot saint, quand, après avoir annoncé le temps qu’il fait ou qu’il fera, ils lisent, dans l’éphéméride qui s’inscrit sur l’écran, l’heure du lever et du coucher du soleil et la fête du jour. L’interdiction de prononcer ce mot sur les chaînes du service public serait récente. Hier soir, sur la 2, la speakeuse s’est contentée de dire « bonne fête à tous les Roland ».

Consacrer un jour de l’année à célébrer les milliers ou les centaines de milliers de Français qui portent le prénom de Roland ou, suivant les jours de l’année, de Michèle ou Michel, Dominique, Monique, etc. n'a aucun sens, ni historique, ni existentiel, ni laïque, ni social. Dans l’ancienne France, la fête du saint dont vous portiez le nom (et qui devenait de fait votre patron) était plus importante que l’anniversaire de votre naissance. La première se célébrait ; le second non. Dans quelques lieux, la coutume perdure. Il y a encore des Français qui ont pour repère non pas le quantième du mois, mais la fête des saints : foires de la Saint Guillaume ou Nicolas ou Barthélemy de tel ou tel village ou jours de fête votive des paroisses : Saint Antoine de Padoue, Saint Roch, Saint Jean-Baptiste... Ce calendrier est celui de l’ancienne France. Refuser de prononcer le nom saint, c’est nier un millénaire et demi d’histoire, de culture, de coutumes, de façons de parler. Mais c’est dans l’air du temps : on laisse croire à des centaines de milliers de petits egos qu’en haut lieu, on se préoccupe d’eux.

La loi de 1905 ne prohibe pas les références à l’histoire, au passé, à la culture. Cette interdiction est proprement anti-laïque. Elle est censée se plier aux oukases laïques ; en fait c’est l’énième génuflexion devant les musulmans qui pourraient s’offusquer d’entendre prononcer un mot qui ne suinte pas l’islam. Les couteaux à égorger sont aiguisés. C’est un large pan de notre histoire qui est jeté aux oubliettes et, tout compte fait, les interdicteurs auraient été plus conséquents, s’ils avaient supprimé aussi le mot saint des noms de lieux et des patronymes. Pourquoi continuent-ils à dire Saint-Etienne ou Saint-Nazaire ? Pourquoi ne nomment-ils pas Philippe Saint-André ou le duc de Saint-Simon Philippe André et le duc de Simon ? Pourquoi disent-ils encore dimanche, qui signifie « le jour du Seigneur », et ne l’ont-ils pas remplacé par septidi, par le septième (traduction de l’arabe es-sabt) ou par panthéondi ?

Pourtant, ce samedi 13 septembre, les speakers du service public ont dû faire dans leur froc. Le lendemain, c’était la Sainte Croix. Il leur a fallu l’annoncer. Le mot saint est donc sorti de leur bouche, mais aucun n’a osé souhaiter une bonne fête à tous ou à toutes les Saintes Croix ! Devant cet Himalaya de bêtise, on se console, en pensant qu’il sera fait table rase un jour de ce présent stupide et que tous les tableraseurs qui l’ont édifié seront jetés eux aussi dans les poubelles de l’histoire.

 

 

 

Commentaires

Déjà que Raffarin et Dati venait L'ACCUEILLIR aux Invalides, et que BOUTIN venait pour ce moment de "spiritualité". Seul notre premier ministre surnommé couilles molles par le gouvernement Sarko's mates a clairement parlé de Benoit XVI ... etc ... VIVE LES COUILLES MOLLES !

Écrit par : Tritonear | 15 septembre 2008

Le moment le plus choquant, c'est celui où l'on constate l'absence. Mais je ne dramatiserais pas sur ce récent changement de position de l'Etat français, en sachant que la religion chrétienne à été volontairement et totalement éloignée des textes fondateurs de la République américaine, pour revenir s'imposer progressivement dans la société civile et de façon souvent marquée.

Écrit par : P.A.R. | 15 septembre 2008

1 en supprimant Sainte ( de Sainte Croix ) , il resterait
Croix à annoncer !
aujourd'hui nous fêtons = croix ??? n'est-il pas ?

2 patience pour les communes ( ou plutôt PAROISSES = mot en disparition aussi ) ça va venir .
la disparition des communes en Saint s'effectue certainement ; il faudrait une étude statistique
ce serait instructif

-lors des fusions , regroupements , en général dispation de la commune en saint

- combien de """ villes nouvelles " ont été nommées
en saint ???

- VOIRE MAINTENANT les dénominations sont plus en
Land disneyland bientôt McLand ...


3 beaucoups de musulmans ne sont pas hostiles aux Saints , voire les vénèrent
les """ services publics "" font plus de zèles qu 'il ne leur est demandé !!


4 le Saint Patron , en disparition en France , reste assez utilisé en anglais PATRON SAINT


5 ET UN BON COUP BIENTOT LA SAINT VINCENT !!


PAROISSE

FUSION

Écrit par : amédée | 15 septembre 2008

Croix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfer.
Ca donne quoi en novlangue ?
Il me semble qu'en néerlandais et en allemand on a l'habitude d'appeler les saints directement par leur prénom:"Antonius lieve vriend...". C'est plus dans leur style convivial.

Écrit par : P.A.R. | 16 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.