Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 octobre 2008

Insinuation

 

En latin, insinuatio, dont est emprunté insinuation, est un terme de rhétorique qui désigne un « exorde insinuant » et un terme de droit qui désigne un « rapport » ou « une notification ». C’est comme terme juridique qu’insinuation est attesté au début du XIVe siècle : c’est une « notification » ou « l’enregistrement d’un acte ». Ce sens est relevé dans toutes les éditions anciennes du Dictionnaire de l’Académie française ; en 1694 (première édition) : « insinuation signifie aussi enregistrement d’une donation ou de quelque autre acte public », de sorte qu’existe dans tout parlement ou tribunal un greffe des insinuations ; en 1762 et 1798 (quatrième et cinquième éditions) : « enregistrement sur un registre public des dispositions qui doivent être rendues publiques » (exemples : « l’insinuation d’un acte ; le greffe des insinuations »). Les événements qui ont bouleversé la France entre 1789 et 1815 ont aussi bouleversé la langue, non seulement celle du droit, mais aussi la langue commune. Insinuation n’est plus qu’un terme de l’ancien droit, comme l’atteste l’article qui y est consacré dans la sixième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1832-35) : « Insinuation s’est dit autrefois, en termes de pratique, de l’enregistrement des actes qui doivent être rendus publics » (exemples : « l’insinuation d’un acte de donation, d’un testament ; droit d’insinuation ; le greffe des insinuations »). Les auteurs de L’Encyclopédie (1751-65) consacrent un article exhaustif et détaillé à l’insinuation (« enregistrement ou transcription qui se fait dans un registre public destiné à cet usage, des actes qui doivent être rendus publics, afin d’éviter toute surprise au préjudice de ceux qui n’auraient pas connaissance de ces actes »), à l’histoire de cette pratique (« la première origine de l’insinuation vient des Romains ; les gouverneurs des provinces avoient chacun près d’eux un scribe appelé ab actis seu actuarius, qui ressemblait beaucoup à nos greffiers des insinuations ; sa fonction était de recevoir les actes de juridiction volontaire, tels que les émancipations, adoptions, manumissions et notamment les contrats et testaments qu’on voulait insinuer et publier ») et aux différentes formes qu’elle prend : « insinuations des donations, insinuations ecclésiastiques, insinuations laïques, insinuation des substitutions », toutes pratiques, lois et jurisprudences que la Révolution a rendues caduques, en même temps que le nom qui les désigne : « ancien terme de pratique », indique Littré dans son Dictionnaire de la langue française (1863-77), et « terme de droit ancien », précisent les auteurs du Trésor de la langue française (1971-94, qui le définissent, partiellement si on rapporte leur définition à celle de L’Encyclopédie, ainsi : « inscription d’un acte privé sur un registre public ») et les académiciens : « droit ancien, inscription d’un acte sur un registre, qui lui conférait son caractère authentique » (neuvième édition du Dictionnaire de l’Académie française, en cours de publication), qui illustrent ce sens disparu de l’exemple : « l’insinuation d'une donation ».

Le sens latin propre à la rhétorique est attesté au début du XVIIe siècle, pour désigner ce qui est nommé aussi d’un terme latin captatio benevolentiae, à savoir « s’assurer la bienveillance de son auditoire » : « action par laquelle on insinue quelque chose ; en rhétorique on appelle insinuation certaine partie du discours par laquelle on s’insinue doucement dans la bienveillance des auditeurs » (Dictionnaire de l’Académie française, 1694) et « adresse dans le style, dans l’élocution, par laquelle on insinue quelque chose ; ainsi en rhétorique on appelle Insinuation ce qu’on dit dans un discours pour s’insinuer dans la bienveillance des auditeurs » (Dictionnaire de l’Académie française, quatrième, cinquième, sixième éditions, 1762, 1798, 1832-35). Dans cette sixième édition (1832-35 ; même définition en 1932-35), est relevé pour la première fois le sens que prend insinuation dans la langue des modernes : « Il se dit également de tout discours par lequel, sans énoncer positivement une chose, on la donne à entendre, ou on prépare l’esprit à la recevoir ». Les exemples qui illustrent ce sens sont tous défavorables. Ce qui est insinué, ce n’est jamais quelque chose de franc ou d’honnête, le but étant de nuire à autrui : « une insinuation adroite, légère, perfide ; il est quelquefois plus difficile de se défendre contre une insinuation maligne que contre une accusation ouverte ». C’est dans ce sens que le cardinal de Retz emploie ce nom : « adresse dans le langage, les manières par laquelle on s’insinue auprès de quelqu’un » (Mémoires, 1679). Pour Littré (1863-77), l’insinuation est une habileté : « adresse dans le langage par laquelle on insinue quelque chose » ou « adresse de manière, de langage, par laquelle on s’insinue auprès de quelqu’un, on capte sa faveur », comme dans cet extrait de Marmontel : « Le bien qu’on disait de quelqu’un était altéré par des insinuations adroites et perfides ». Chez les modernes, le mot prend un sens péjoratif pour désigner, « par métonymie », « ce que l’on donne à entendre sans l’exprimer ouvertement » (Trésor de la langue française) et « manière adroite par laquelle, sans énoncer positivement une chose, on la donne à entendre, ou on prépare l’esprit à la recevoir ; par métonymie, ce qui est ainsi suggéré, donné à entendre » (Dictionnaire de l’Académie française, neuvième édition, en cours de publication). Dans ces deux dictionnaires, l’insinuation est qualifiée de perfide, malveillante, calomnieuse, mensongère, honteuse, caressante. Ce qui était dans le droit ancien l’enregistrement public d’un acte privé et dans la rhétorique classique l’exorde bienveillant d’un discours est devenu dans la langue des modernes la réalisation d’une stratégie dissimulée ayant pour objectif de nuire à autrui ou de porter atteinte à son honneur. Si la langue est le reflet de la réalité et comme l’impensé des hommes, il y a là de quoi s’inquiéter de la nature réelle de la société qui est la nôtre.

Commentaires

l 'article sur récession ( récession technique /
""""""""""""croissance [ négative] """""""""""

est un peu blanc sur ma page ???

Merci

Écrit par : Amédée | 05 octobre 2008

NATIONALISATION VERSUS ETATISATION


RECUSATION

Écrit par : Amédée | 05 octobre 2008

PLOUTOCRATIE PLOUTOCRATE

RENFLOUEMENT

BACCHANALE

http://anonymouse.org/cgi-bin/anon-www.cgi/http://www.les4verites.com/Les-neoliberaux-contre-les-contribuables-2073.html

Écrit par : Amédée | 05 octobre 2008

"Blanc", c'est-à-dire ?
Merci

Écrit par : Arouet Le Jeune | 06 octobre 2008

c.a.d page blanche

rien juste le titre !

récession


STAGFLATION !

""""""""" croissance négative """""""

Écrit par : amédée | 06 octobre 2008

Réparé ?

Écrit par : Arouet Le Jeune | 06 octobre 2008

Et pour faire plaisir à Monsieur Amédée, une citation de Balzac en rapport avec la situation économique:
"La plus belle ambition s'éteint dans le livre de dépense du ménage".

Écrit par : P.A.R. | 08 octobre 2008

merci mr PAR

j ai fini THE LONG EMERGENCY depuis plusieurs semaines

actuellement lecture de

COLLAPSE de Jared DIAMOND

très intéressant aussi

Écrit par : Amédée | 08 octobre 2008

Je me suis penché sur le sort des Mayas récemment et je crois savoir qu'il a une hypothèse différente de celle qui consiste à dire qu'ils se sont ruinés dans leurs guerres incessantes entre cités.
A vous de nous dire ce que vous en pensez.
Bye.

Écrit par : P.A.R. | 08 octobre 2008

comme pour la plupart des effondrements
4 causes principales pour les Mayas

1 Damage to environment
- deforestation
- soils erosion
- overpopulation for carrying capacity

2 Climate change ( related with item 1 )
Altough in a subtropical area, severe droughts
in big part , from human action
in a climate with

- fluctuating rainfalls

- on a karst terrain

3 hostilities between several little kingdoms
( nether united )
the Mayas had a very big cruelty
very horrific tortures & sacrifices
4 political factors
- wars competition between kings & nobles
- erecting monuments rather than solving day-to-day
for populace

Écrit par : amédée | 10 octobre 2008

MOTS
NON VERIFIES CELA DEVIENT DIFFICILE NOMBRE
1 UNANIMITE

2 cacophonie ( ex : gouvernementale : propos opposés de chaque ministrard )

3 UNIFOrMITé

Unanimité versus uniformité

4 VERSUS

5 VOLONTARISME / ISTE POLITIQUE VOLONTARISTE ( de N.Sar... )


6 GOUROU ( guaino : guéant etc... )

7 VOYANT

8 COMMUNE ( politique / LA Commune )

9 communalité

10 CONSTERNATION

11 CONSTELLATION

12 HEGEMONIE ( HEGEMON in english )

13 EXPEDITION

14 Réel / LE Réel / """"""" économie réelle """""""""

15 JURIDICTION ( jurisdiction eng )

16 LEXICOGRAPHE

17 DEFRICHER

18 ACADEMICIEN

19 FALOT

20 INVESTIR INVESTI INVESTISSEMENT

21 " rapatrié """"""""""

ex la plupart des rapatriés n'étaient JAMAIS partis de LA patrie France

la plupart étant
MAGREBINS JUIFS ( décret du coreligionnaire Crémieux )
ESPAGNOLS
ITALIENS
MALTAIS !!!

il était bien sûr TABOU de discuter ce terme

22 CONTRACTIONNISTE !!!! contraction

Écrit par : Amédée | 11 octobre 2008

Donc, nous sommes très bien partis pour subir le même sort que les Mayas:

pts 1 et 2: par rapport à la théorie à la mode concernant le climat,
pt 3: par élimination de la classe moyenne par une imposition forcenée (alors que c'était la seule à pouvoir faire bouillir la marmite pour tout le monde),
pt 4: par les constructions pharaoniques que certains politiciens font réaliser pour tenter d'inscrire leur règne dans l'histoire; même remarque pour les mesures sociales irréalistes destinées à impressionner leur clientèle potentielle.

We're dumped !

Écrit par : P.A.R. | 12 octobre 2008

denhhd

Écrit par : azdze | 12 octobre 2008

denhhd

Écrit par : azdze | 12 octobre 2008

ACTIVISME / VISTE ANTICIPATION ANTICIPER ( romans ) j'ai entendu ce Dimanche un des grands lèche-c.... de mr Sarko , le franc-maquereau Bertrand en débat avec Valls n'a pas cessé de répéter Anticiper ... alors que justement RIEN n'a été anticipé AUTOCRATE BILAN BILANTER BLANC-SEING BLUFF BOUC-EMISSAIRE BRAVADE ( bravitude ?? ) CAISSE ( des dépôts ) CATIMINI action en catimini CINDYNIQUE CHAOS théorie du Chaos CONFISCATOIRE CONSIGNATION CONSIGNE CONSIGNER DEFICIT DEPENS DEPENSES DEPOT DEPOSANT ( petit ) ( dépossédé ??? ) ESBROUFFE EXPIATION EXPIATOIRE FINANCER FINANCIER FINANCEMENT INTENTIONS ( de vote , de ... ) INTENTIONNEL GLORIFICATION ( du chef ) LENIFIANT MONETISATION MONETISER ( dette ) NORME NORMATIF bientôt NORMATIONNER NORMATIONNALISER ??? PARTITION PREDILECTION FONDNESS PROPOSITION RECAPITALISER REPARTITION RE(partition ? ) SAUVETAGE BAILOUT TARTUFFERIE UBUESQUE UNIVERSALISME VULGATE dominante , degoooche , de droeeeeete


RELANCE

SENSIBILISER

Écrit par : Amédee | 13 octobre 2008

1 après l 'état -PROVIDENCE
apparition de
l'Etat-ASSURANCE sarkozyste
( assurance donnée à des escrocs , par 1
état en faillite !!! )

2 liquidité

3 solvabilité

4 ASSURER ASSURANCE

Écrit par : Amédée | 13 octobre 2008

Si vous persistez à regarder la téloche européenne le dimanche, vous allez vous faire du mal. Passez à CNN ou CNBC, c'est plus relaxant.

Écrit par : P.A.R. | 14 octobre 2008

cher PAR
1
JE n'ai pas la télé , personnellement , at home

2 je la visionne en hébergement professionnel !
( je travaillais donc Dimanche ( à tarif non doublé ) )

je ragarde ainsi les chaines disponibles !

Écrit par : amédée | 14 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.