Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 novembre 2008

Commémoration

 

 

 

En latin classique, commemoratio a pour sens « action de rappeler, de mentionner » et « évocation ». Dans le latin de l’Eglise, il a pris un sens religieux, sens qu’il a conservé dans le mot français commémoration emprunté du latin au XIIIe siècle (XVIe siècle, Calvin : « vous ferez ceci en commémoration de moi », et Marguerite de Navarre : « la passion de notre Seigneur, dont la commémoration se faisait en ces jours-là »), avant qu’à la fin du XVIe siècle, il ne s’étende à d’autres réalités que religieuses, comme l’atteste la définition du Dictionnaire de l’Académie française, première édition (1694) : « ce qui se fait, ce qui se dit pour célébrer, pour renouveler la mémoire de quelqu’un, de quelque chose » (sens général) et « il n’est guère en usage que dans les choses saintes », comme dans ces deux exemples : « en commémoration de la mort de notre Seigneur » et « l’Eglise fait aujourd’hui la commémoration d’un tel Saint ».

Le sens de ce nom évolue dans la même direction que de nombreux autres mots propres à la religion : propagande, militant, création, animation, manifestation, révélation, etc., la direction en question étant l’effacement, plus ou moins lent, partiel ou total, du sens religieux, phénomène qui est sensible dans la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1762) : « signifie la même chose que commémoraison et il s’emploie particulièrement en parlant du jour des Morts » (exemple : « la commémoration des morts »). Dans la langue des XVIe et XVIIe siècle, ce qui faisait l’objet de la commémoration, c’était « notre Seigneur » ; dans celle de la seconde moitié du XVIIIe siècle, ce sont les morts. Féraud (Dictionnaire critique de la langue française, 1788) tente de distinguer les emplois respectifs de commémoraison et de commémoration : « ces deux mots ont la même origine et le même sens ; ils signifient mémoire, mais ils n’ont pas le même emploi. Le premier se dit de la mémoire qu’on fait d’un saint dans l’office divin et à la messe, le jour qu’on fait l’office en entier d’un autre saint. Cette commémoraison consiste à réciter une antienne, un verset et une oraison en l’honneur de ce saint dans l’office, et à dire l’oraison seulement à la messe... Commémoration ne se dit au propre que du jour des Morts ». La synonymie avec commémoraison, qui est une adaptation française de commemoratio (oratio étant traduit par oraison) et qui est enregistré dans cette même quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française terme dont on se sert en matière ecclésiastique, en parlant de la mémoire que l’Eglise fait d’un saint ou d’une sainte, le jour qu’on célèbre une autre fête » ; exemples : « l’Église fait commémoraison d’un tel saint ; la commémoraison des morts »), a sans doute favorisé le partage des tâches : à commémoraison (aujourd’hui désuet) la liturgie, à commémoration tout ce qui est cérémonie, qu’elle soit civile ou religieuse. De fait, ce dernier mot est employé « dans le style familier et en plaisantant », par exemple dans une phrase comme « nous avons fait commémoration de vous », « pour dire nous avons fait mention de vous » (1762, 1798, 1832-35 : « faire commémoration de quelqu’un, en faire mention »). C’est ainsi que dans la sixième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1832-35), il est noté l’emploi, civil ou religieux, qui est fait de ce mot : « cérémonie établie pour rappeler le souvenir de quelque événement important » (« on a chanté un Te Deum en commémoration de cette victoire ») et cet emploi est cité d’abord, suivi par l’emploi spécifiquement religieux : « la commémoration des morts, la fête que l’Église célèbre le jour des Morts ; il se dit aussi de la mention que le prêtre fait des trépassés à l’endroit de la messe appelé Mémento »).

Littré, qui était positiviste et agnostique ou même athée, minimise dans son Dictionnaire de la langue française, 1863-77, le sens religieux, qu’il glose ainsi : « cérémonie établie pour rappeler le souvenir d’un événement » et qu’il illustre de trois extraits, dont deux font référence au sens chrétien, de Bossuet : « la communion est une douce commémoration du sacrifice de la croix » et de Pascal : « encore que ce sacrifice soit une commémoration de celui de la croix ». L’important, selon lui, est le second sens, tout laïque : « en général, souvenir » (« je garde chèrement ce portrait en commémoration de notre ancienne amitié »). A l’opposé, les académiciens (Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition, 1932-35), qui observent généralement les leçons de Littré, refusent de le suivre dans la négation du sens religieux, qu’ils rétablissent : « terme de liturgie, cérémonie du souvenir établie par l’Église » et il se dit aussi de la mention que le prêtre fait des trépassés, à l’endroit du canon de la messe appelé Mémento des morts ».

Les modernes sortent la commémoration de la liturgie et des églises et en font une affaire principalement civile : « cérémonie en souvenir d’une personne ou d’un événement, religieuse ou non » (Trésor de la langue française, 1971-94). Les objets nouveaux de la commémoration sont une « victoire », une « bataille », le centième anniversaire de la mort d’un écrivain, etc. Les objets anciens de commémoration ne sont pas totalement effacés : les morts, la Passion, l’Annonciation. Dans la neuvième édition (en cours de publication) du Dictionnaire de l’Académie française, il est pris acte – définitivement, semble-t-il – de la suprématie du sens social sur le sens religieux. L’article commence par le sens profane, laïque, civile : « action de commémorer ; cérémonie ayant pour objet de célébrer l’anniversaire d’un évènement » (la commémoration de l’armistice de 1918 est marquée chaque année par une revue militaire » ; « en commémoration de, en souvenir de, en mémoire de » ; « en commémoration de la libération de Paris en 1944 »), tandis que le sens de la liturgie catholique est exposé en second, comme s’il était devenu un appendice ou une extension du premier sens : « la commémoration de tous les fidèles défunts, fête que l’Église célèbre le 2 novembre, le lendemain de la Toussaint » et « spécialement, mention que le prêtre fait des morts à l’endroit du canon de la messe appelé Mémento des morts », tandis que commémoraison, encore défini dans ce dictionnaire, est propre à la seule liturgie catholique : « simple mention que l’Église fait d’un saint le jour de sa fête, lors d’une célébration plus importante » et par extension commémoraison des fidèles défunts ».

Cette origine religieuse de la commémoration se perpétue en partie lors des commémorations officielles du 11 novembre ou du 8 mai, quand un office religieux précède la cérémonie civile et l’hommage rendu aux morts.

Commentaires

----------------------------------------------
ADULER / ADULATION


------------------------------------------------------------------------------
AGUICHER AGUICHEUR [ PROGRAMME ....]


-------------------------------------------------------------------------

AUTO-REALISATEUR [ EVENEMENT ..........]
------------------------------------------------------------------------------------
CHAMBARDEMENT



----------------------------------------------------


CHAMBOULER CHAMBOULEMENT
-----------------------------------------------------------------

COLLOQUE [ SINGULIER OU NON ]
---------------------------------------------------------------------------------------

CONTAGION

----------------------------------------------


COQUELUCHE [ DES MEDIA - VALORISANT !!! ]
--------------------------------------------------------------------

CRURIFRAGIUM [ LE]
----------------------------------------------------------------
CYCLE
------------------------------------------------------------------
CYCLE générationnel
---------------------------------------------

Délire c'était du délire .
-------------------------------------------------------


DISCRETIONNAIRE
-----------------------------------------------------------------------

DITHYRAMBE / DITHYRAMBIQUE
-------------------------------------------------------------------
égalitarisme
--------------------------------------------------------------------

EMBLEME EMBLEMATIQUE DE .........

--------------------------------------------------------

ENFEU
-----------------------------------------------------------------

ETHNICISATION
-------------------------------------------------------------------------

FRUGALITé

------------------------------------------------------------------

GELASTIQUE
-------------------------------------

GLAMOUR / GLAMOURISER
-----------------------------------------------------------------------------

IMPATIENCE
-----------------------------------------------------------------------------

INNé [ le FEU INNé ]
-------------------

INVOLUTION

---------------------------------------------

LIER / UN LIANT [ FOU A LIER ]

---------------------------------------------------------------------------


MANIPULER [PASSé des Mains au cerveau ]
---------------------------------------------------


MODAL
--------------------------------------------------------------------

OBSCURANTISME / OBSCURANTISTE
--------------------------------------------------------------------

OPPROBRE [ JETER ]
-------------------------------------------------------------------

ORIEL [ EN DISPARITION ]
--------------------------------------------------------------------

planétaire ( élection Obama = Rêve planétaire)
------------------------------------------------------------------------

PLASTICITé [ mentale , comportementale .........]
----------------------------------------------------------------

POSTULAT

--------------------------------------------------------------
PROSPERITé
-----------------------------------------------------------------------

RACIALISME
-------------------------------------------------------

SUAIRE [ TERME EN DISPARITION ]
----------------------------------------------------------------------

SUBTERFUGE
----------------------------------------------------------------

TRANSFEREMENT # TRANSFERT
-------------------------------------------
TRIVIAL [ PURSUIT ]

-----------------------------------------------------------------------------

--------------------------------

Écrit par : AMEDEE | 12 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.