Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 décembre 2008

Impérialisme

 

 

Ce nom, dérivé de l’adjectif impérial, est attesté en 1832 au sens de « doctrine favorable au régime napoléonien » et, en 1846, à propos des réalités de l’antiquité, au sens de « système de gouvernement et de domination de l’Empire romain ». Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77) le définit comme « l’opinion des impérialistes », lesquels sont les partisans ou de l’ancien empire d’Allemagne ou du régime politique de l’empereur Napoléon 1er et de sa dynastie, sens que les rédacteurs du Trésor de la langue française (1971-94) ne mentionnent pas comme vieilli (« tendance favorable au régime impérial, à tel empereur ou à telle impératrice »), à la différence des académiciens, dans la neuvième édition (en cours de publication) de leur Dictionnaire, employant pour définir ce sens le passé composé : « il s’est dit également de la doctrine favorable à un régime politique impérial, notamment à celui du Premier Empire ».

C’est en 1880 et en 1900 que le nom impérialisme prend son sens actuel, emprunté de l’anglais imperialism : « expansionnisme dans des colonies, politique d’extension de l’Empire britannique », sens qui est défini ainsi dans le Dictionnaire de l’Académie française (huitième édition, 1932-35) : « esprit de domination chez un peuple », et que les rédacteurs du Trésor de la langue française exposent ainsi : « tendance à constituer un empire ; tendance d’un État à mettre d’autres États sous sa dépendance politique, économique, culturelle ; doctrine correspondante » (Impérialisme américain, soviétique, romain, anglais ) et qu’ils illustrent d’un extrait évoquant l’inévitable Lénine, d’autant plus ironique que Lénine et le régime qu’il a institué ont porté l’impérialisme à des extrémités auxquelles aucun empereur n’aurait osé aller : « dans son ouvrage l’Impérialisme, stade suprême du capitalisme, Lénine a montré que l’impérialisme est la continuation de toutes les propriétés fondamentales du capitalisme » : et surtout du socialisme, pourrait-on ajouter, quand on est instruit de l’histoire du monde, comme le rappelle l’article impérialisme du Dictionnaire de l’Académie française (neuvième édition) : « dans la doctrine marxiste, mouvement par lequel les États capitalistes (NDR : l'URSS et la Chine surtout), sous l’influence des monopoles et des cartels, sont portés à accroître continûment et violemment leur puissance hors de leurs frontières ».

Ce mot, étant moderne, peut s’étendre chez les modernes à toutes les réalités, même les plus incongrues, sans retenue : « toute suprématie exercée par quelqu’un ou quelque chose (institution, théorie) sur une personne ou une chose », comme cela est joliment dit par Mme de Beauvoir (1954) : « vous ne traitez jamais les gens à égalité (...) ; votre générosité, c’est de l’impérialisme » (et ses idées à celle, c’est quoi ?) et par l’incontournable sociologue de service (1967) : « l’histoire s’est saisie (...) de toutes les sciences de l’humain ; (...) elle s’est abandonnée à un impérialisme juvénile », l’impérialisme des sciences sociales, qui s’y est substitué, étant bien entendu sénile.

 

 

Commentaires

Puis-je, ô notre bon Maître, entamer une liste des petits impérialismes ordinaires de nos Etats sénestrisants, et que votre irréfragable Monsieur Amédée se fera grand plaisir à compléter ?

Esdéefisme
Journalisme
Freetibetisme
Tiersmondisme
Altermondialisme
Droitsdel'hommisme
Réchauffementdelaplanétisme
Brigadesinternationalesrevivalisme

........

Écrit par : P.A.R. | 03 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.