Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 janvier 2009

Inadapté

 

 

Dérivé du participe passé du verbe adapter, auquel a été ajouté le préfixe de sens négatif – in, ce mot est attesté comme adjectif en 1845 et en 1908, dans le Larousse mensuel, au sens de « qui n’est pas adapté à son milieu ou à son genre de vie » ; en 1957, il qualifie le nom enfant, dans le titre du livre L'Enfant inadapté. C’est en 1897 qu’il est employé aussi comme nom pour désigner une personne « qui ne peut s’adapter à son milieu ou à son genre de vie » et en 1957, il désigne, suivi de l’adjectif scolaire, un enfant qui présente un retard dans son adaptation au milieu familial ou scolaire.

Il n’est enregistré ni dans les éditions publiées du Dictionnaire de l’Académie française (celles de 1878 et de 1932-35), ni par Littré. Qu’il soit adjectif ou nom, il est donc moderne – et même de la dernière modernité. Dans le Trésor de la langue française (1971-94), les emplois sont distingués suivant que l’adjectif est suivi ou non d’un complément ou suivant qu’il se rapporte à des personnes ou à leur attitude ou à des choses. Ce qui apparaît nettement dans la définition, c’est l’hypostase du social, qui est devenu l’horizon indépassable de la France et qui produit donc des inadaptés : « qui n’est pas en harmonie avec son milieu, qui n’y est pas intégré ». Ces nouveaux malades sont assez bien décrits par Mounier, l’un des idéologues de cet horizon social indépassable : « les tempéraments anarchistes et libertaires se recrutent chez de grands nerveux aux enfances écartelées ; ils restent toute leur vie, envers la chose sociale, des adolescents inadaptés qui ne savent penser l’autonomie de l’individu que dans une perpétuelle et inquiète opposition envers toute société constituée ». Le nom, adjectif ou nom, connaît une immense succès : enfant inadapté (« qui est mal intégré, de manière passagère ou permanente, à la vie familiale ou à l’institution scolaire ») ; enfance inadaptée (« ensemble des enfants qui ont soit un handicap physique ou intellectuel, soit des troubles psychiques, qui empêchent leur intégration sociale ») ; inadapté mental, inadapté au réel, ou cet extrait de Bergson (1907) : « l’idée darwinienne d’une adaptation s’effectuant par l’élimination automatique des inadaptés est une idée simple et claire ». Le mot aussi se dit de choses : réglementations trop rigides et parfois inadaptées (celles qui régissent le système de santé), formes inadaptées aux nécessités nouvelles (celles du système éducatif) : nihil novi sub sole.

Ce qu’il y a de moderne dans inadapté, c’est surtout sa formation. Le participe passé adapté dont il dérive, comme le verbe adapter qui en est la matrice, ne se rapporte qu’à des choses, jamais à des personnes, sauf dans la langue moderne. Il s’applique à une comparaison, un vers, un passage (Dictionnaire de l’Académie française, première, quatrième, cinquième, sixième éditions, 1694, 1762, 1798, 1832-35 : comparaison bien adaptée ; vers, passage bien adapté) ; à un couvercle (sixième édition, 1832-35 : couvercle mal adapté à sa boîte) ; à un tuyau, au sujet (Littré, Dictionnaire de la langue française, 1863-77 : « un tuyau adapté à l’orifice ; style adapté au sujet »). Quant au verbe adapter, il a pour sens « appliquer, faire convenir une chose à une autre » (Dictionnaire de l’Académie française, 1694, 1762, 1798, 1832-35 : « adapter un récipient au chapiteau d’une cornue » ; « il se dit aussi de l’application qu’on fait d’un mot, d’un passage à une personne, à un sujet ») ou « ajuster une chose à une autre » (Littré, Dictionnaire de la langue française, 1863-77 : « adapter un robinet à un tonneau ; adapter des ornements avec goût ; adapter son langage aux temps, aux lieux »). Le premier sens relevé par les rédacteurs du Trésor de la langue française (1971-94) est celui de la technologie : « joindre un objet à un autre de manière à obtenir un dispositif fonctionnel ». Le verbe est en usage en biologie, en physique, en économie, en architecture, en littérature, au cinéma, en musique, etc.

Autrement dit, ce que célèbre de manière négative l’adjectif et nom inadapté, c’est l’extension aux personnes de processus techniques propres aux choses, c’est la technicisation des êtres humains, comme si le formatage, l’usinage, l’ajustage généralisés des individus étaient devenus le seul horizon, indépassable évidemment, de la nouvelle et grande religion sociale, qui s’est substituée à l’ancienne transcendance chrétienne. Heureusement, il y a des individus qui rechignent, regimbent, résistent à cet ordre social-là, qui applique, pour les nommer inadaptés, ses propres critères, tout techniques. Dans la neuvième édition (en cours de publication) du Dictionnaire de l’Académie française, les sens sont classés dans un tout autre ordre que dans le Trésor de la langue française : d’abord les emplois se rapportant aux choses (« qui n’est pas adapté à quelque chose, à une situation, qui est inadéquat. Des institutions inadaptées. Des moyens inadaptés aux besoins ») ; ensuite ceux qui se rapportent aux personnes : « en parlant de personnes, qui présente un défaut d’adaptation à la vie sociale. Des adolescents inadaptés. L’enfance inadaptée. Substantif. Un inadapté, une inadaptée ». On aimerait tant, sans trop s'illusionner, que cette inversion dans le classement des sens ne soit pas le fruit du hasard ou l’effet de l’inadvertance, mais qu’elle exprimât la réserve d’êtres humains, fût-elle exprimée du bout des lèvres, vis-à-vis de l’usinage de leurs semblables.

 

 

 

Commentaires

En ma qualité d'anarchiste de droite, je suis un être associal et inadapté au monde tel que le projettent un panel représentatif de citoyens. Statistiquement parlant, je me situe entre les limites de l'intervalle de confiance d'une courbe de distribution standard et le Néant. Un rebut de la social-démocratie.

Vous vous souvenez de ce que vous me disiez il y a 6 mois à propos du prix du brut, Monsieur Amédée ?

Écrit par : P.A.R. | 03 janvier 2009

Les commentaires sont fermés.