Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 février 2009

Centraliser

 

 

Comme le nom centralisation qui en est dérivé, ce verbe est un mot de la Révolution française. Il appartient donc en droit à la langue moderne ou à la NLF. Il est attesté pour la première fois en 1790 ou, selon d’autres historiens de la langue, en 1793 ou en 1794. Dans son ouvrage Néologie ou vocabulaire des mots nouveaux, à renouveler ou pris dans des acceptions nouvelles, publié en 1801, Louis-Sébastien Mercier indique que l’abbé Grégoire, l’inventeur de vandalisme, l’emploie dans un sens tout politique, à savoir « ramener à un centre, à une direction unique », ce qui peut être considéré comme une juste définition de toute révolution, qu’elle soit bolchevique ou socialiste nationale. Dans la cinquième édition (1798) du Dictionnaire de l’Académie française, la définition qui en est proposée est extrêmement vague : c’est « réunir dans un centre commun ». Aucun exemple ne l’illustre, qui aurait pu éclairer les lecteurs sur les choses ou les personnes (car le verbe est « actif », c’est-à-dire transitif) que l’on réunit dans « un centre commun », ni ce que peut être ce « centre » (un parti, un gouvernement, un organisme quelconque ?), dont il est dit qu’il est « commun » : à qui ? à quoi ? Il semble donc que les académiciens ne savent pas trop à quoi correspond exactement dans la réalité du monde l’action, « réunir dans un centre commun », désignée par ce néologisme, comme si, toute nouvelle, elle leur semblait quelque peu incongrue et incompatible avec la variété infinie des pays qui composent la France. Dans la sixième édition (1832-35), la définition n’est pas plus claire (« concentrer, réunir dans un même centre »), mais elle est illustré d’un exemple qui dit quelque chose aux modernes que nous sommes : centraliser l’administration. Il en va de même dans le Dictionnaire de la langue française (1863-77) de Littré. La définition est vague (« réunir dans un même centre »), mais elle est illustrée par des exemples parlants : « la fabrication de la monnaie a été centralisée à Paris » ; « l’action du pouvoir s’est centralisée » ; « à mesure qu’on s’élève dans la série des animaux, les fonctions du système nerveux se centralisent davantage ». Les académiciens, dans la huitième édition (1932-35) de leur Dictionnaire, prennent pour modèle Littré. La définition anodine (« réunir dans un même centre ») est éclairée par les exemples : centraliser l'administration ; la plupart des grands services publics sont centralisés à Paris ; c’est ici que tous les renseignements venant des pays étrangers sont centralisés et par cette remarque : « on dit par extension, et moins correctement, la France est un pays fortement centralisé » (« moins correctement », parce qu’un pays ou quelque autre étendue que ce soit ne peut être réuni dans un même centre : en fait, ce n’est pas le pays qui est centralisé, mais l’administration du pays), comme si, au fil des décennies, l’expérience du monde avait appris à ces lexicographes à comprendre en quoi consiste l’action de centraliser et surtout dans quels domaines, l’administration et la politique, elle a une validité.

Pourtant, en dépit de cela, les lexicographes actuels, les auteurs du Trésor de la langue française (1971-94) et les académiciens (neuvième édition, en cours, de leur Dictionnaire), continuent à répéter la définition canonique : « réunir en un même centre », pour les premiers, et « réunir dans un même centre », pour les seconds, comme s’il leur était difficile de se représenter le concept qui sous-tend ce verbe et y donne un sens. En revanche, les domaines d’application sont clairement définis dans le Trésor de la langue française : « Réunir en un même centre ; le complément désigne un pouvoir, généralement administratif ou politique » (exemple : « centraliser la conduite supérieure de la guerre au grand quartier général français », Joffre, Mémoires, 1931) ou « des renseignements, des écritures, etc. » (« centraliser dans une comptabilité toutes les opérations de recettes et de dépenses effectuées pour le compte de l’État par l’ensemble des comptables publics »). L’antonyme de centraliser est, surtout quand l’objet du verbe est le mot pouvoirs, est décentraliser. Les exemples cités par les académiciens sont un peu moins nombreux, mais ils illustrent clairement les emplois de ce verbe dans les domaines de la politique et de l’administration : « Ce service centralise les inscriptions, les commandes, les renseignements » et « spécialement », au sens de « réunir sous l’autorité d’un pouvoir central » : « La plupart des grands services publics sont centralisés à Paris ; une administration centralisée », et « par extension, un pays fortement centralisé ».

A ces emplois, les auteurs du Trésor de la langue française ajoutent ceux qu’ils ont relevés dans le « domaine abstrait de la vie psychique », où centraliser a pour synonyme concentrer, comme dans ces extraits de Gide (1930 : « un jeune homme aussi pur que je l’étais avec l’aide de Dieu, centralisant (...) sur une femme unique toutes ses aspirations latentes ») et de Michelet (Le Peuple, 1846 : « l’action, en tout genre, se centralise autour de quelque grande force, et bon gré malgré l’homme entre dans ce tourbillon »), ces extraits montrant que centraliser est sans doute mieux ajusté à la vie psychique (les aspirations du jeune homme se réunissent dans une même femme, comme les actions se centralisent dans une grande force) qu’à la vie publique et que l’emploi de ce verbe n’est pas limité au vocabulaire de la politique et à celui de l’administration, lesquels en France se confondent ou se réunissent en un même centre.

 


Commentaires

Un centre que l'on pourrait nommer umbilicus mundi ?

Je vous recommande cet article d'un auteur américain (et néanmoins éclairé) paru dans l'excellente revue Foreign Affairs, qui nous explique pourquoi et comment l'Europe est en train de perdre un avantage géopolitique lui ayant permis jusqu'ici de centraliser la pensée du monde:

http://www.foreignaffairs.org/20090101faessay88101/roger-c-altman/the-great-crash-2008.html

Écrit par : P.A.R. | 28 février 2009

ton article est interesdant, et ta facon de presenter les chose originale. braov :)

Écrit par : Wiki | 25 mars 2009

Les commentaires sont fermés.