Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 mars 2009

Orientation

 

 

 

 

 

 

Encore un mot moderne. Il est attesté en 1834 (« action de porter sur une carte la direction des points cardinaux ») et il est enregistré pour la première fois dans le Dictionnaire de la langue française de Littré (1863-77) et dans la septième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1878). Il est dérivé du verbe orienter, plus ancien, défini ainsi dans la première édition du Dictionnaire de l’Académie française : « marquer l’orient sur quelque chose » (orienter une carte ; un plan) ; « on dit s’orienter pour dire reconnaître l’orient et les trois autres points cardinaux du lieu où on est » (1694). A partir de 1840, le nom s’enrichit de sens nouveaux : « détermination des points cardinaux d’un lieu ; détermination de l’endroit où l’on se trouve » (1890 sens de l'orientation ; 1895 table d'orientation) ; « fait d’être orienté de telle ou telle façon » (1865, au figuré, « action de donner une direction déterminée »). Les emplois sociologiques, qui flamboient comme les oriflammes de la modernité verbale, datent de 1922 (orientation professionnelle) et de 1938 (orientation scolaire).

A peine le mot est-il entré dans les dictionnaires, les sens et emplois prolifèrent. Littré se contente de la définition suivante : « art de reconnaître l’endroit où l’on est, en déterminant les points cardinaux » (« position d’un objet relativement aux pôles ; terme d’astronomie, disposition convenable des appareils d’observation ; terme de marine, disposition convenable des vergues et des voiles »). L’article qui y est consacré dans la huitième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1932-35) comprend cinq ou six acceptions : « détermination des points cardinaux du lieu où l’on se trouve » ; « tables d’orientation, tableaux de pierre placés dans des lieux le plus souvent élevés et qui, au moyen de lignes de direction, indiquent les points intéressants d’une ville ou d’une région » ; « position d’un objet relativement à l’orient, aux points cardinaux (orientation d’une église, d’un palais, d’un édifice) » ; « par extension, exposition en parlant d’une maison (orientation au Midi, au Nord) » ; « en termes de Marine, disposition convenable des voiles et des vergues » ; « il se prend aussi, figurément, dans le sens de direction (l’orientation de ses études, de sa carrière) ».

Le la est donné. Orientation est entré de plain-pied dans la modernité, comme l’atteste le long article (deux colonnes et demie, grand format) du Trésor de la langue française (1971-94), dans lequel, outre les sens exposés ci-dessus, sont relevés les emplois en astronautique (« position d’un engin spatial, déterminée par l’inclinaison de ses axes par rapport à un trièdre de référence »)et en mathématiques (orientation d'un arc géométrique, d’un espace vectoriel), les sens figurés (« action de donner une direction, une tendance déterminée à une activité ou une faculté spirituelle ou de s’orienter vers ; résultat de cette action » ; « orientation de leurs études et de leurs travaux » ; « orientation de quelque chose vers quelque chose » : l’orientation systématique de l’économie vers des productions de guerre), les emplois dans l’administration et le droit public (loi d’orientation : « texte organique de base définissant les principes, les objectifs et les étapes essentielles d’un ensemble de réformes »), en physiologie et en psychologie (« capacité de tout être vivant de se situer dans l’espace »), dans les sports de plein air (course, marche, parcours d’orientation), dans les sciences de l’éducation, la psychologie appliquée, le droit du travail (« ensemble des moyens mis en œuvre pour orienter un jeune, un adulte dans une voie scolaire ou professionnelle en fonction de ses aptitudes, de ses goûts et des débouchés » : orientation scolaire, professionnelle; conseil, cycle, test d’orientation, centre d’information et d’orientation, conseiller, conseillère d’orientation professionnelle ; « organisme, services s’occupant de l’orientation scolaire, professionnelle »). La modernité s’exprime dans des métastases sémantiques sans fin, dont la célèbre orientation sexuelle, toujours homo, est-il besoin de le préciser. L’orientation est aussi la « direction que prend une activité » (synonymes : inclination, infléchissement, tournure) et la « tendance doctrinale donnée à un ouvrage, un article, un exposé » (orientation politique, socialiste, donnée à des leçons).

La modernité se lit comme à livre ouvert dans ces innombrables sens qui ont proliféré en moins d’un siècle, comme si, aux citoyens désorientés d’un pays qui ne sait plus où est l’Orient ou l’Est (la Jérusalem), devenus zombies, il fallait prodiguer, comme pour pallier ces manques et leur indiquer leur position, tous les ersatz possibles et imaginables de l’Orient perdu.


Les commentaires sont fermés.