Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 mars 2009

Commodité

 

 

Voilà un mot de l’ALF (ancienne langue française) dont les usagers de la NLF, de toute évidence, cherchent à se débarrasser ou qu’ils aimeraient faire disparaître dans les oubliettes de la langue. Dans la première édition du Dictionnaire de l’Académie française (1694), la définition de commodité se décline en sept acceptions ou emplois différents ; Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77) en distingue encore six ; les académiciens (huitième et neuvième éditions, 1932-35 et aujourd’hui), deux seulement. De fait, l’histoire de ce mot pendant quatre siècles se résume à une longue contraction, les emplois se restreignant au fil des siècles.

Il est vrai que tous les sens de ce mot, emprunté du latin commoditas (« convenance, facilité, opportunité »), sont attestés avant la fin du XVIIe siècle : au singulier, en 1409 l’expression avoir commodité ; en 1553, le sens « occasion favorable pour faire quelque chose » ; en 1663 « service de voiture » (tenu pour vieux du XIXe siècle) ; au pluriel, au début du XVIe siècle, « richesses » ; en 1601 « aises » ; en 1659, dans la langue des Précieuses, les commodités de la conversation (« les fauteuils ») ; en 1673 chaise de commodité ; en 1677, « lieux d'aisances ». Plus aucun sens nouveau n’est attesté après 1677. Aussi l’article commodité de la première édition du Dictionnaire de l’Académie française (1694) est-il presque complet : « chose commode ; état, situation commode, moyen commode » (un carrosse est une grande commodité, d'une grande commodité ; les lieux dégagé font toute la commodité d’une maison ; il y a bien des commodités dans cette maison-là ; les commodités de la vie coûtent ; prendre la commodité du messager, du coche, du bateau ; avez-vous une commodité pour aller là ?) ; « on dit d’un homme qui est extrêmement à son aise qu’il a toutes ses commodités » ; « on dit proverbialement on n’a pas toutes ses commodités en ce monde » ; « on dit encore d’un homme qui prend ses aises dés qu’il trouve l’occasion qu’il prend sa commodité où il la trouve » ; « on appelle chaise de commodité une grande chaise à bras, dont le dos est un peu renversé et qui est bien garnie de matelas, afin qu’on y puisse être plus à son aise » ; « il signifie aussi le temps propre, l’occasion » (prenez votre commodité ; faites cela à votre commodité) ; « il se prend aussi pour la proximité des lieux où l’on peut aller » (la commodité de l’eau, de la fontaine, du bois, de l’église, de la promenade) ; « on appelle les aisements (ou le privé ; latrina selon Nicot, 1606) les commodités d’une maison ».

D’une édition à l’autre de ce dictionnaire, jusqu’à la sixième édition (1832-35), la définition de commodité est toujours ample et elle ne varie guère, sinon en précision : « voiture établie pour aller d’un lieu en un autre ; prendre la commodité du messager, du coche, du bateau » ; « les aisances, les privés d’une maison » (1762, 1798, 1832-35) ; « il se dit aussi en général de tout moyen qui facilite quelque chose ; je me sers de la commodité que m’offre le départ de Monsieur un tel, pour..... » (1798, 1832-35). Chez Littré, l’article commodité garde de son ampleur : « qualité de ce qui est commode » (le voisinage du parc nous procure la commodité de la promenade) ; « au pluriel, aises, agréments » (les commodités de la vie) ; « fortune aisée » (vieux en ce sens) ; « facilité qu’offre le caractère » (la commodité de l’humeur) ; « temps opportun, occasion » ; « service de voitures ; occasion de message » ; « au pluriel, lieux d’aisances ». C’est dans les huitième et neuvième éditions du Dictionnaire de l’Académie française (1932-35, aujourd’hui) que les emplois se rétractent. Il n’y en a plus que deux, dont le second est jugé désuet : « tout ce qui facilite l’usage d’une chose et la rend utile et agréable ; ou cet usage même rendu utile et agréable » et « commodités, au pluriel, s’est dit des lieux d’aisances » (1932-35) ; « qualité de ce qui est commode, de ce qui rend la vie facile » ; « au pluriel, éléments de confort, de bien-être » (les commodités de la vie (vieilli), les agréments de la vie) et « spécialement, les commodités, les lieux d’aisances » (édition en cours de publication), sens que les académiciens actuels, contrairement à leurs prédécesseurs, non plus que les auteurs du Trésor de la langue française (1971-94), ne tiennent pas pour vieilli ou désuet. L’article commodité de ce dernier dictionnaire est un peu plus ample que celui de la neuvième édition (en cours) du Dictionnaire de l’Académie française, mais cette ampleur restreinte est due en partie au relevé des sens vieillis, dont ceux-ci : « faculté, possibilité » (« il lui était impossible de vivre sans qu’elle lui donnât commodité de la voir », Nerval, 1854) ; « trop grande facilité » ; « richesses, biens, fortune ».

On aimerait que les écrivains et tous les Français que la modernité béate hérisse redonnent à ce vieux commodité un peu de son ancienne jeunesse et qu’ils le préfèrent, par exemple, à confort, à facilités ou à confort moderne.


Commentaires

- articles bien lisibles

- 2 ils voudraient envoyer " commodités " aux " toilettes"

- 3 à noter, par contre l'abondance d'utilisation du terme
Commodity en globish .

4
Dol / Doléances

lu = " doléance douloureuse " ( sic )

5 Sédition ( lu = Cédition !!!! )

, et , en fait , utlisé pour exprimer = Sédation!!

Sédition / Sédation / ( souvent confondu Sédation , Cession , Céder ) d'ou le mot = Cédition !!

6 Pacotille

7 Pic ( pétrolier , etc... )

8 Bachoter

9 Sésame

10 Clause ( parfois écrit = Close : to close )

11 Frontalier
12 Jumelage

13 Hamel / Mesnil = beaux noms , mais en disparition sauf pour les toponymes anciens ( avant leur suppression )

14 Nazification

15 Hordes

16 Hardes ( parfois confondus)

17 bilanciel

18 crédence

19 REFONTE

20 Ugéo

21 vouet les vouet's

22 Chozal

23 Folaton Foulaton Les Folatons

24 Rampeaux

25 Linéaire = à toutes les sauces et rayons

26 dégrader

Écrit par : AA+ | 16 mars 2009

--------------------------------------------------------------------------------------
Actualisation
------------------------------------------------------------------------------
Césure
--------------------------------------------------------------------------------
Dérive
-----------------------------------------------------------------------------
Dilemne
------------------------------------------------------------------------------
Entrisme
------------------------------------------------------------------------------------
Fascisant ( dérive ...)
--------------------------------------------------------------------------------
Idéologue
--------------------------------------------------------------------------------------
INFLUER
----------------------------------------------------------------------------------
Licitation
--------------------------------------------------------------------------------------
Marché
--------------------------------------------------------------------------------
PALINODIE
--------------------------------------------------------------------------------------------------------
PIONNIER esprit ...
-------------------------------------------------------------------------------------
Pôle = usage à tout faire
---------------------------------------------------------------------------------------------
POSITIONNER
- Quelque chose, quelq'un

- se positionner
---------------------------------------------------------------------------
Praxie
------------------------------------------------------------------------------
Rémanence
-------------------------------------------------------------------------
RUPIN
-----------------------------------------------------------------------------------
Sociobiologisme
-----------------------------------------------------------

SUPPLICE
------------------------------------------------------------------------------------

Écrit par : AA | 17 mars 2009

Les commentaires sont fermés.