Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 août 2009

Médiation

Emprunté du latin mediatio, au sens de « médiation, entremise », ce nom est attesté au XIIIe siècle au sens de « division par deux » et surtout à la fin du XIVe siècle au sens religieux ou théologique « d’intermédiaire entre Dieu et l’homme ». Il est employé avec ce sens dans un mystère de 1518, Mystère du Vieux Testament : « Quant au regard de Eve, qui du forfait / Envers l’homme fut mediacion ». En 1541, Calvin, dans Institution chrétienne, l’emploie au sens « d’entremise pour concilier Dieu et l’homme » : « comme si Christ, s’étant acquitté d’une médiation temporelle, avait remis l’office éternel et à jamais perdurable sur ses serviteurs ».

L’histoire sémantique de ce mot est celle d’un rapide effacement de ces sens religieux au profit du sens profane, politique ou laïque (par exemple, en 1691, ce sens en astronomie : « moment de la culmination d’un astre ») et, à la fin du XXe siècle, dans le moment hypermoderne de ce siècle des ténèbres, au profit du sens social, le sens religieux se maintenant, mais dégradé, dans la musique liturgique : « pause faite au milieu des versets d’un psaume » (1701). Richelet (Dictionnaire français des mots et des choses, 1680) y donne le seul sens profane d’entremise, déplaçant vers le nom médiateur le sens religieux, lequel apparait dans l’exemple suivant : « il n’y a que Jésus-Christ qui puisse être médiateur entre Dieu et les hommes ». Furetière (Dictionnaire universel, 1690), comme Richelet, ne relève que l’emploi profane et politique : « entremise de celui qui accommode les parties qui sont en guerre, en querelle », faisant allusion à la religion – plus exactement à la politique du Pape – dans l’exemple « le Pape a offert sa médiation pour pacifier l’Europe », phrase si générale qu’elle peut s’appliquer à toute période de l’’histoire de l’Europe. Les académiciens, de la première (1694) à la huitième (1932-35) de leur Dictionnaire, ne relèvent que le sens profane « d’entremise », qu’ils illustrent d’exemples politiques ou sociaux : « cet accommodement a été fait par la médiation d’un tel prince ; on s’est servi de sa médiation ; on a accepté, on a refusé sa médiation » (1694, 1762, 1798, 1832-35) ; « entremise pour mettre d’accord deux personnes, deux partis » (« cet accommodement a été fait par la médiation de tel homme d’État ; on s’est servi de sa médiation ; il a offert, on a accepté, on a refusé sa médiation ») et « médiation armée s’est dit de l’acte de médiation dans lequel la puissance qui s’entremet entre les belligérants menace de faire la guerre à celle des deux parties qui n’acceptera pas ses propositions ».

Dans L’Encyclopédie (d’Alembert et Diderot éditeurs, 1751-65), médiation est un terme de géométrie, ainsi défini : « selon certains auteurs anciens d'arithmétique, c’est la division par 2, ou lorsqu’on prend la moitié de quelque nombre ou quantité ». Ce sens est attesté au XIIIe siècle (cf. ci-dessus), mais, selon les encyclopédistes, il « n’est plus en usage : on se sert plus communément de celui de bipartition, qui n’est pas lui-même trop usité ; et lorsqu’il s’agit de lignes, on dit bissection ». En revanche, le sens de médiateur en théologie est longuement exposé et illustré de nombreux exemples : « Dans les alliances entre les hommes où le saint nom de Dieu intervient, Dieu est le témoin et le médiateur des promesses et des engagements réciproques que les hommes prennent ensemble » ; « Lorsque Dieu voulut donner sa loi aux Hébreux, et qu’il fit alliance avec eux à Sinaï, il fallut un médiateur qui portât les paroles de Dieu aux Hébreux et les réponses des Hébreux à Dieu, et ce médiateur fut Moïse » ; « Dans la nouvelle alliance que Dieu a voulu faire avec l’Eglise chrétienne, Jésus-Christ a été le médiateur de rédemption entre Dieu et les hommes ; il a été le répondant, l’hostie, le prêtre et l’entremetteur de cette nouvelle alliance » ; « Saint Paul, dans son épître aux Hébreux, relève admirablement cette qualité de médiateur du nouveau Testament qui a été exercée par Jésus-Christ » ; « Outre ce seul et unique médiateur de rédemption, les catholiques reconnaissent pour médiateurs d’intercession entre Dieu et les hommes les prêtres et les ministres du Seigneur, qui offrent les prières publiques et les sacrifices au nom de toute l’Eglise. Ils donnent encore le même nom aux saints personnages vivants, aux prières desquels ils se recommandent, aux anges qui portent ces prières jusqu’au trône de Dieu, aux saints qui règnent dans le ciel et qui intercèdent pour les fideles qui sont sur la terre. Et cette expression ne déroge en rien à l’unique et souveraine médiation de Jésus-Christ, ainsi que nous le reprochent les protestants, qui, comme on voit, abusent à cet égard du nom de médiateur ».

Au XIXe siècle, Barré (Complément au DAF, 1842) réunit dans l’article médiation de son dictionnaire les différents sens du mot, à l’exclusion du sens théologique, tombé en désuétude : « Acte de médiation (histoire), organisation de la Suisse, arrêtée et promulguée par le premier consul Bonaparte, le 20 février 1803 » ; « en astrologie, le milieu du jour, l’heure de midi » ; « dans l’ancienne géométrie, division par deux », Barré ajoutant : « ce terme n’est plus usité » (comprendre : en géométrie). Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77) relève, comme Barré, à une différence près, les mêmes sens de médiation, à l’exception du sens théologique ou religieux : « action de celui qui est médiateur » (La Fontaine : « Elle employa sa médiation // Pour accorder une telle querelle » ; Fénelon : « Il s’était réconcilié avec vous par la médiation de la reine mère » ; Voltaire : « L’Espagne et la France venaient de remettre leur querelle à sa médiation ») ; « Acte de médiation, organisation de la Suisse promulguée par Bonaparte en 1803 » (ça a dû être une belle catastrophe pour les Suisses) ; « terme de liturgie, partage de chaque verset d’un psaume en deux parties, l’une psalmodiée ou chantée par un côté du choeur, et l’autre par le côté opposé » ; « terme d’astrologie, le milieu du jour, l’heure de midi et moment de la culmination d’un astre ».

Ce qui apparaît dans le Trésor de la langue française (1971-94), c’est le triomphe fait à médiation dans la langue moderne des (prétendues) sciences, dites sociales et humaines : en philosophie, c’est « l’action de servir d’intermédiaire entre un terme ou un être duquel on part, et un terme ou un être auquel on aboutit », comme dans cet extrait de Blondel : « il y a, en moi, disproportion entre la cause efficiente et la cause finale ; et pourtant ni l’une ni l’autre ne peuvent être en moi ce qu’elles sont déjà, sans la médiation permanente d’une pensée et d’une action parfaites » ; en psychologie, c’est le « processus par lequel une connaissance sensorielle se transforme en une donnée intellectuelle » ; dans la langue du droit, c’est « l’entremise destinée à concilier ou à faire parvenir à un accord, à un accommodement des personnes ou des parties ayant des différends » (entreprise, offre de médiation ; médiation de l’O.N.U. ; médiation diplomatique), alors que la médiation armée est une « médiation dans laquelle la puissance qui s’entremet entre les belligérants menace d’employer les armes contre la partie qui n'acceptera pas ses propositions » : en ethnologie et dans l’histoire religieuse, seul vestige du vieux sens théologique, c’est « l’entremise d’un génie protecteur ou d’un prêtre auprès des humains pour les rapprocher des divinités » ; en musique (domaine du plain-chant), c’est le « partage de chaque verset d’un psaume en deux parties, la première psalmodiée ou chantée par un choeur, la seconde par un autre » ; en astrologie, c’est le « moment de culmination d’un astre ». On lit dans la neuvième édition du Dictionnaire de l’Académie française cette définition de la médiation, qui ne tient pas de la blague, mais qui est comme un vestige chu de quelque désastre ancien : « médiation se dit de ce qui institue une relation médiate entre des idées, des notions, des choses » et « spécialement (sic), mouvement dialectique par lequel l’opposition immédiate entre deux termes se conserve en se dépassant dans une unité plus haute ; ce qui sert ainsi d’intermédiaire », comme dans cet exemple : « selon Hegel, l’antithèse, négation de la thèse, constitue la médiation d’où procède la synthèse » (on ne saurait mieux décrire la médiation).

Ce qui est nouveau et a échappé aussi bien aux très savants lexicographes du Trésor de la langue française) qu’aux distingués académiciens (DAF, neuvième édition, en cours de publication), c’est la prolifération des emplois de médiation dans la langue des prétendus « travailleurs », dits sociaux, des assistantes sociales, de tous ceux qui sont payés pour s’interposer entre des groupes ethniques et éviter qu’ils ne règlent leurs comptes à la kalachnikov. Elle prend alors des formes innombrables, que des épithètes tentent de cerner : judiciaire, familiale, du crédit, bancaire, consumériste, conjugale, ethnique, raciale, islamique, des imams, citoyenne, environnementale, économique, culturelle, interculturelle, etc. Mais quel que soit l’adjectif, elle est par nature sociale, puisque le social a détrôné depuis plus de deux siècles la théologie ou la religion. Jadis, la médiation se faisait par le Christ ; désormais, elle relève de la seule responsabilité d’assistantes sociales, lesquelles, dans certains quartiers, sont remplacées par les imams.

Commentaires

-----------------------------------------------------
AXIOME - AXIOMATIQUE
----------------------------------------------------
TRAUMATISME / / TRAUMATIQUE / TRAUM
--------------------------------------------------------------------
MYRIADE
----------------------------------------------------------------------
Délit
-------------------------------------------------------------
ANNOTER / / ANNOTATION
--------------------------------------------------------------------



---------------------------------------------------------------------
CONTEMPORAIN


----------------------------------------------------------
CONTINGENT
1 adj 2 nom le CONTINGENT de l 'immigration algérienne
------------------------------------
CONTINGENCE
-------------------------------------------------------
CONTENIR
----------------------------------------------
BOULIN
-----------------------------------------
RATONNADE ( ratonnades d'août 1973 , Marseille = 11 morts )
------------------------------------------
ARABICIDES , une chronique française 1970-19991 / ( livre )
------------------------------------------------------------------
BICOT = utilisation en disparition ( à mon impression )
----------------------------------------
CATECHISME ( Marxiste , socialo , UMP, haussier )
----------------------------------------
ARGUMENTAIRE
-------------------------------------------------

-------------
HUMILIATION
----------------------------
HALCION DAYS
-----------------------------------
ANNEXION
-----------------------------------
BREZHONEG
----------------------------------------------
FRASQUE
----------------------------
FRESQUE
-----------------------------------------------
CELESTE
-------------------------------------------
CELESTIN
---------------------------------------------------
MEDIATHEQUE
-----------------------------------------------
LUDOTHEQUE ( bien de l'époque )
-------------------------------------
La médiathèque de Reims , massacrant complètement les abords de la cathédrale :
verrue de ferraille , alu , verre en cours de dégradation
-
idem = massacre du site à Dinan , en face de Saint-Sauveur!
béton , ferraille , vitraille , mépris de la nature & environnement
parking , pas de végétaux , démesure
-----------------------------------------

ANTIFRANCISME ????
-----------------------------
ANTIGALLISME ?????
---------------------------------
pas de :
- Antichristianisme !!!
- christianismophobe !!!!

pour ceux qui le sont : ces mots ne sont pas créés & appliqués
------------------------------------

HORSAIN
---------------------
un Hâ
----------------------------------
LAMIER
-----------------------------------------------
Droit de Colombier
----------------------------------------------------
un FLI
------------------------------------------
RENDEMENT = mot de nôtre société
- obligation , emprunt
- terre , hectare
-----------------------------------------------
REALISTE / REALISME ( The realist School )
-----------------------------------------------------------------------
INTERACTION / INTERAGIR
----------------------------------------------------
ASSERTION = assertionner ??? assertionniste ???
-----------------------------------------------
Préconçu / Préconception
-------------------------------------------------------
SEDITION
----------------------------------------
EXPECTATION
------------------------------------------------
EXPECTORATION
------------------------------------------------
CHASTEté : Chastity
--------------------------------------------------------
CHALLENGE / / CHALLENGER
----------------------------------------------------------------------
CHALONGE / / CALUMNIA
----------------------------------------------------
CALOMNIE / CALOMNIER
---------------------------------------------------
INFANTILISATION
------------------------------------------
SATANISER
le gouvernement satanise les pommiers , que l'on incite à arracher
( fin 19ème s )
---------------------------------------------------
BESSON
--------------------------------
MUCRE
-------------------------------------------
égaluer
----------------------------------------------------
MESNIE
---------------------------------------------
Queval
-------------------------------------
Pèsson
-------------------------------------
un Châtroux
-----------------------------------------
enquérauder
----------------------------------------------
écueil : par endroits surgissent des écueils, croupes calcaires......
-----------------------------------------------

Holocène
---------------------------------------
HABITAT
---------------------------------------------
HABITUS
-------------------------------------------------
DISRUPTION
( the great Disruption ; Paul GILDING )
-------------------------------------------
INFLEXION
-------------------------------------------
HARANGUER
( some people harangue me via e-mail ..)
------------------------------------------------
La piétaille de la BNP ( qui galère )
------------------------------------------------------
Galérer
----------------------------------------------------

PULLULATION / PULLULER ( to Swarm )
------------------------------------------------------------
RIBAMBELLE ( a Swarm )
--------------------------------------------------------------

INDUSTRIALISME
------------------------------------------------------------------------

Écrit par : ABC | 09 août 2009

Les commentaires sont fermés.