Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 novembre 2009

Vaccin




Le mot est attesté en 1801 au sens de « substance organique propre à créer une réaction immunitaire contre la variole ». Le principe du vaccin est lumineusement expliqué par Pasteur : « un vaccin, c'est-à-dire un virus propre à donner une maladie plus bénigne » (1881). Le mot est emprunté de l'adjectif latin vaccinus, qui signifie « qui se rapporte à la vache », et cela d'après le nom vaccine, emprunté de vaccina et attesté en 1799 au sens de « petite vérole des vaches, qui, inoculée à l'homme, peut conférer l'immunité contre la variole » et en 1800 au sens « d'inoculation à l'homme de la petite vérole des vaches », emploi dans lequel ce mot sera remplacé par vaccin. Le lien entre la vaccine et le vaccin est clairement exposé dans le Trésor de la langue française (1971-94) à l'entrée vaccine : « maladie infectieuse des bovidés (synonyme cow-pox) et des équidés (synonyme horse-pox) dont le virus, semblable à celui de la variole, est cultivé en laboratoire et fournit un vaccin propre à immuniser l'homme contre cette affection ».

Vaccin entre assez rapidement dans le Dictionnaire de l'Académie française à compter de la sixième édition (1832-35), indice certain de la diffusion assez large de ce mode d'immunisation en France et en Europe : « terme de médecine, matière tirée de certaines pustules qui se forment au pis des vaches, ou de celles qui sont produites par la vaccination, et qu'on inocule pour préserver de la petite vérole » (même définition en 1878-79). Les académiciens emploient encore petite vérole plutôt que variole, alors que Littré (Dictionnaire de la langue française,1863-77) utilise le mot moderne : « virus particulier, doué de la propriété de préserver de la variole, ainsi appelé parce qu'il a été recueilli primitivement dans des pustules qui surviennent quelquefois au pis des vaches et qu'on appelle cow-pox ». Quant au vaccin jennérien, il est « pris de bras à bras, par opposition au vaccin de génisse ».

A partir de la seconde moitié du XIXe siècle, le principe du vaccin, tel que le définit Pasteur, est étendu à d'autres maladies que la variole : « substance organique propre à créer une réaction immunitaire préventive ou curative contre une maladie infectieuse » (1852). Ce sens étendu est relevé dans les dictionnaires du XXe siècle : « il se dit, par extension, de toute substance qui, inoculée à un individu, lui confère l'immunité contre la maladie parasitaire qui a produit directement ou indirectement cette substance » (le vaccin de la rage, de la rougeole) et « il se dit encore de tout microbe atténué ou même virulent ou de tout produit microbien qui, injecté à l'homme ou à un animal, le prémunit contre la maladie que ce microbe pourrait provoquer » (Dictionnaire de l'Académie française, huitième édition, 1932-35). Les académiciens prennent acte avec un peu de retard des avancées de la médecine, que les rédacteurs du Trésor de la langue française (1971-94) notent. Le vaccin est le « virus de la vaccine, inoculé à l'homme afin de l'immuniser contre la variole » et, « par extension », le mot désigne une « substance préparée en laboratoire à partir de microorganismes (tués, inactifs ou atténués) et qui, inoculée à un être vivant, l'immunise ou l'aide à lutter contre une maladie infectieuse (déterminée par le même microorganisme) grâce à la formation d'anticorps spécifiques » (vaccin antirabique, antituberculeux, antipolio, BCG, antitétanique, triple, immunisant simultanément contre trois maladies infectieuses, diphtérie, tétanos, poliomyélite, quadruple ou tétravalent, etc.).

Le principe, qui semble aller de soi, a frappé les esprits au XIXe siècle, au point que vaccin a suscité des analogies et que, par métaphore, il s'est étendu hors de la médecine pour désigner « ce qui préserve (de quelque chose) », comme dans cet extrait de Sainte-Beuve : inoculer le vaccin révolutionnaire pour éviter les révolutions, ou dans cette envolée sublimement grotesque d'Hugo : « grâce à la France pénétrante, grâce à notre idéal social infiltré à cette heure dans toutes les intelligences humaines, d'un pôle à l'autre, grâce à ce vaccin sublime, l'Amérique se guérit de l'esclavage, la Russie du servage » (Paris, 1867). Il semble pourtant à qui sait comment va le monde que ce vaccin devait être périmé quand il a été inoculé, vu que l'esclavage et le servage n'ont jamais été aussi florissants dans le monde que depuis que la France en a vacciné l'Amérique et la Russie. Faudrait-il recommencer ? Et louer les services d'un barde aveugle à la Hugo pour chanter les bienfaits de cette campagne de vaccination ?


Commentaires

La variole ou petite vérole
étant le SMALL-POX

vérole
vérolé

-
j'ai vu récemment en Octobre la maison d'enfance de Pasteur à Dole le long du canal des tanneurs
( comme les Weavers de Canterbury , surtout Huguenots )

avec ce magnifique passage des lépreux .

et sa statue dans un parc très poignante

presque 1500 photos faites !

Écrit par : @@@médée | 19 novembre 2009

mr PAR

quel mollasson vous faites!

l'équipe d'Algérie ( préférée de Zidane ) ( de Al-Fwance ) footeuse ayant successivement perdu puis gagné ces jours-ci :

je ne vous ai vu

ni voler un supermarché ( rayon HiFi )
ni bruler de voitures , de bateaux
ni casser et voler de vitrines
ni casser abribus ( toujours en identité entité Fwance )

ni menacer , insulter , hurler en araba

vous n'avez pas crié Allahou Akbar
attention couic-couic bientôt

quel KOUFAR vous faites !

Écrit par : @@@médée | 19 novembre 2009

M. Dédé, dites à M. du Rouet que les pandémies sont cycliques et que cela ne sert à rien de s'exciter, puisqu'à tout moment une maladie ou l'autre peut être en phase de résurgence et, que pour ne pas souffrir de cet état permanent d'instabilité on peut, soit relire les classiques taoïstes, soit prendre du Prozac.
Vous pensez qu'il va comprendre la métaphore ?

Écrit par : P.A.R. | 19 novembre 2009

----------

hospitalité
respect des rèles de l'hospitalité
( dans un pays par exemple )
-------------------
hôte
-------------------------

vérification :: vérificateur
--------------------------------
chantre
-------------------
faille
-----------------

délictuel
---

camarilla
---------------------
dénonciateur whistleblower
------------------------
Plain vieux françois
plainness
------------------
vindicte
-----------------------
péripéties ( associatives de mr Dray )
-------------------------

bla-bla ( voir = Elysée )
---------------------------
ratelier
--------------------

pasionaria
-------------------------
aliéniste ( sens français )
--------------
Alienist# Nativist ( sens US )

Alien Nation
----------------------
pas de nativiste en français
???
---------------
hALLALI
--------------------------------

quelques mots enrichissants :

Madrasa
Charia
Taqyia
----------------

Quelles nouvelles des émeutes au pays du " consensus "
à Martigny et au Pâquis ?????
----------

Dispatcher
" So that they were dispatched and very few escaped "
( massacre des indiens par les premiers " puritains" )
---------------------
Réserve sens français , sens US
----------------
Reservation = idem
----------------------------

Écrit par : @@@médée | 20 novembre 2009

Camus au Panthéon

pour notre petit zouave d'opérette de rupture ???

( soi-disant de """" droite """" )

http://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Camus

------------

Absurdisme
-----------------

eNGLUER
-------------
Zouave
-----------------
colmatage
( emprunt en Arabie )

---------------

Soumis
------------------
Pandit
--------------
drastique
--------------
sabordement
-------------------
sabordage
---------

Écrit par : @@@médée | 20 novembre 2009

Pâquis = pacage ?

Écrit par : P.A.R. | 20 novembre 2009

"Selon le "Daily Telegraph", une loi de police de la ville de Paris interdit aux femmes de porter des pantalons, étant donné qu'elles ressemblent aux hommes en les portant. Ce texte édicté par le Préfet de Police de Paris en 1800 et n'a pas été aboli et reste encore en vigueur aujourd'hui."

Renmin Ribao, 20.11.2009

(vous devriez lire la presse chinoise, Monsieur Amédée, il y a plein de choses intéressantes)

Écrit par : P.A.R. | 20 novembre 2009

Mr PAR
cette loi est encore en vigueur

je le sais déjà

parmi les dizaines ' ou centaines ' de milliers de lois votées par nos véreux

plus de 14 000 lois je crois pour le code des impôts

des centaines des milliers se contredisent

dans ce FOUTOIR elles ne sont plus annulées

---------

INDEMNISATION
-------------
MONITEUR ( plus beaucoup de journaux avec ce nom )
---------------
SUPPORT

SUPPORTER

--------------------
Pléthore pléthorique
----------------------

Écrit par : @@@médée | 20 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.