Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 novembre 2009

Lumière des livres 21

 



Philip Roth, La Tache, Gallimard 2002 ; en anglais The Human Stain, 2000



page 403


"Je suis la fille de mon père, le fille d'un père très pointilleux sur l'usage des mots; or, au fil des jours, les mots que j'entends employer me paraissent de moins en moins décrire la réalité. D'après ce que vous me dîtes, tout est possible, aujourd'hui, dans une université".


 

 

Commentaires

Elle est bien cette fifille: elle devrait lire Nietzsche, Schopenhauer, Kant et les autres pour savoir que la réalité n'existe pas et que tous les mots à disposition ne parviendront jamais à exprimer ce que l'on vit en lieu et place.

Écrit par : P.A.R. | 27 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.