Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 novembre 2009

Osmose et symbiose




Voilà deux mots que l'on peut tenir pour modernes, parce qu'ils sont récents, osmose étant attesté en 1865 et symbiose en 1888, et qu'ils sont savants et même très savants, comme la Modernité soi-même, étant deux termes de biologie et grecs ou anglais et grecs, empruntés de l'anglais, lequel les a empruntés du grec.

La définition d'osmose dans le Dictionnaire de la langue française de Littré (1863-77) est confuse et laborieuse : « nom de l'endosmose et de l'exosmose considérées ensemble », sans doute parce que Littré est obnubilé par le statut d'osmos, élément grec entrant dans la formation de mots composés et ayant le sens de « poussée », laquelle peut être dirigée vers l'intérieur (endosmose) ou vers l'extérieur (exosmose). En revanche, les académiciens, qui enregistrent ce nom à partir de la huitième édition (1932-35), en proposent une définition plus juste : « terme de physique et de biologie (qui) se dit du phénomène concernant les échanges entre deux solutions séparées par une membrane » (les échanges opérés par osmose dépendent de la nature des solutions et de celle des membranes) ; celle de la neuvième édition (en cours de publication) est plus claire encore : « phénomène par lequel l'eau d'une solution peu concentrée passe vers une solution plus concentrée, au travers de la membrane semi-perméable qui les sépare » (les échanges d'eau entre une cellule végétale et son milieu s'opèrent par osmose), aussi claire que celle du Trésor de la langue française (1971-94) : « phénomène caractérisé par le passage de la solution la moins concentrée vers la solution la plus concentrée, lorsque deux liquides de concentration différente sont séparés par une membrane semi-perméable, c'est-à-dire laissant passer le solvant mais non la substance dissoute ».

Symbiose, attesté en 1888, est, comme osmose, emprunté du grec, par le biais de l'anglais, langue dans laquelle il est en usage dès 1622 au sens de « vie en communauté » et comme terme de biologie en 1877, est enregistré pour la première fois dans la huitième édition (1932-35) du Dictionnaire de l'Académie française : « terme de biologie, association de deux ou de plusieurs organismes différents qui leur permet de vivre » (un lichen est la symbiose d'une algue et d'un champignon) et il est défini ainsi dans le Trésor de la langue française (1971-94) : « association durable entre deux ou plusieurs organismes et profitable à chacun d'eux ».

Si ces deux mots figurent dans ce dictionnaire critique de la NLF, ce n'est pas seulement parce qu'ils sont grecs, anglais et modernes, c'est aussi parce qu'ils révèlent un des fondements de la modernité, à savoir une vague religion, sans transcendance, mais toute sociale et scientiste, qui tient la science pour l'alpha et l'oméga et en fait le ciment de la société. En effet, ces deux mots ont suscité chacun une métaphore sociale, et chez deux écrivains, dont on peut dire qu'ils sont l'un et l'autre des romanciers de la société : Aragon et Proust. C'est Aragon, alors communiste bon teint, qui, dans Les Beaux Quartiers, emploie le premier osmose au sens « d'influence réciproque », métaphore fleurant bon l'occultisme social, que les rédacteurs du Trésor de la langue française glosent ainsi : « influence d'un phénomène matériel ou moral sur une personne, sur un milieu qui s'en trouve pénétré, imprégné » ou « mélange intime, fusion de deux éléments ; interpénétration de deux phénomènes » et les académiciens ainsi : « influence réciproque ; mélange intime de deux choses » (osmose entre deux civilisations ; vivre en osmose avec quelqu'un). Quant au mot symbiose, à peine entré dans la langue française, il devient chez Proust le cœur d'une métaphore : « Françoise vivait avec nous en symbiose » (Du côté de Guermantes, 1920), sens qui est glosé ainsi dans le Trésor de la langue française : « fusion, union de plusieurs choses ; association étroite et harmonieuse entre des personnes ou des groupes de personnes ». La symbiose de tous en un même corps est l'idéal dont ont rêvé tous les utopistes des XIXe et XXe siècles qui ont tenté d'établir ici ou là une société parfaite, à l'image de la relation fusionnelle entre une mère et son enfant qui vient de naître, où chacun serait en osmose avec tous et où tous vivraient en symbiose avec tous.

 

Commentaires

"Un bonheur insoutenable", Ira Levin, 1969.
Roman d'anticipation contre-utopique, selon Wiki.

Écrit par : P.A.R. | 01 décembre 2009

Je viens de découvrir votre site et je vous félicite pour votre analyse. Je risque fort de me servir dedans de temps à autres pour mon propre blog: http://lejardindefrance.eklablog.com, qui mène un combat proche du vôtre.

Bien à vous (j'utilise l'espace commentaire car je n'ai pas trouvé de rubrique "contact")

Écrit par : Luc | 02 décembre 2009

M. Arouet écrit encore à la plume d'oie et son ironie n'en est que plus qu'incisive. De rubrique "contact" point, en effet: M. Amédée (à la fois mentor et factotum) est chargé de recopier sur papier de soie les commentaire, qu'on lui fait ensuite parvenir par de petites montgolfière quand le temps s'y prête.

Écrit par : P.A.R. | 02 décembre 2009

de l'osmose , je connais le pouvoir osmotique .
je m'en suis tapé beaucoup d'exercices de calcul dans mes études .

--------------
Alors m'sieu Pa... frustré ???

Vous n'aurez pas d'autre minaret ( pour l'instant ! )
quelle perte multiculturelle de ne pas subir les hurlements du muezzin cinq fois par jour
------------------------------------------

marrant Genêve ( Genf ) aurait la même origine que Gênes Genova
et l'ancien nom d'Avranches ( pays des abrincates )
Ingena = emplacement à l'embouchure ( d'un lac , golfe fleuve estuaire )
la commune de Genêts a la même origine ( pas de rapport avec le buisson )
bizarre , hein !
-----------------------------------------
marrant = l'ex madame Ciganer-Albeniz-Martin-Nagy-y-bocsa-Sarkozy-Attias ( and co... )
s'était installée dans le paradis aberrant et non durable , de corruption écologico-économique , c.a.d Dubai .

prenant bien sûr un immense appart , le vendeur ou loueur lui avait visiter en dehors des heures de hurlement -

-------
prenant ensuite possession des lieux avec son nouveau chéri et le fiston de notre roitelet ,
elle s'aperçut qu'elle était à côté du minaret :


------------------------------------------------------------

étant actuellement dans l' Avranchin , j'ai rendu visite à la relique d'Aubert à Saint-Gervais
, dans une église presque déserte .
---------------------------------------------------

VIDAME
-----------------------
L'ambition et la galanterie étaient l'âme de cette cour
------------------------
GALANT
----------------------------------
VERT-GALANT ( Ziscard ??? )
---------------------------
PROLOGUE
----------------------------------------------
Antiquité / Antiquités
-------------------------------------------

Révélation ( la Révelatio de Saint-Aubert )
-----------------------------------
Invention ( de la relique d'Aubert )
---------------------------

DESSEIN # DESSIN # DESIGN
----------------------------------
le " dessein intelligent '
----------------------------------------------
il avait vu tant d'obstacles insurmontables au dessein qu'il avait d'épouser Mlle de Chartres....
-------------------------------------------

coût d'un sEUL soldat US en Afghanistan = 1 Million de Dollars
------------------------------------------------
30 000 = 30 millions de Dollars
-----------------------------------------------

Écrit par : @@à | 02 décembre 2009

Monsieur à m'aider, l'histoire des minarets illustre le ridicule de la démocratie à caractère totalitaire.
Elle débute dans deux petites localités de Suisse teutone, où la communauté musulmane avait des envies de mosquées. Devant l'ampleur des projets, la population regimbe et se tourne vers les autorités bien-aimées. Ces dernières (plutôt à senestre) répondent qu'en fonction des lois sur la liberté de croyance et de cultes, ont ne peut enpêcher l'édification des buildingues. Or, en Helvetistan, existe le droit d'initiative et un certain parti (plutôt à dextre) s'est fait de la pub avec la chose, a récolté les 100'000 signatures nécessaires et le peuple a voté, comme vote le peuple enchaîné dans la caverne de Platon. Voilà, c'est tout.
A vous.

Écrit par : P.A.R. | 03 décembre 2009

Les commentaires sont fermés.