Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 décembre 2009

Emission


 

Il suffit de comparer l'article émission de la première édition du Dictionnaire de l'Académie française (1694) à celui de la neuvième édition (en cours de publication) pour prendre conscience que le scientisme, lequel est consécutif à l'importance de plus en plus grande prise par les sciences et les techniques, définit, mieux que tout autre trait spécifique, la NLF. Les modernes sont scientistes : c'est ce à quoi ils se reconnaissent et c'est la marque qu'ils impriment dans leur langue.

En 1694, émission est un « terme dogmatique » (comprendre : un terme savant) emprunté au latin emissio (« action de lancer ») et qui n'a qu'un seul sens : « action par laquelle on pousse quelque chose au dehors », les académiciens précisant qu'il « se dit principalement des rayons de lumière » (exemples : L'émission des rayons du soleil ; quelques-uns ont cru que l'action de la vue se faisait par l'émission des rayons visuels). Aujourd'hui, les académiciens distinguent les cinq sens que voici : « action d'émettre, de projeter, de répandre un liquide » (émission d'urine, sanguine, d'un liquide) ; « action de produire un son » (émission de voix, d'un son, des vœux) ; « (en physique) le fait d'émettre une substance, des particules, des radiations » (émission de particules radioactives) ; « (finances) création et mise en circulation d'un titre de paiement, d'une monnaie » (émission de chèques, d'effets, d'actions, d'obligations, de billets de banque, de timbres poste) ; « télécommunications) production et diffusion, au moyen d'ondes électromagnétiques, de signaux, de sons, d'images » (antenne d'émission radiophonique, station d'émission de télévision) et « par métonymie, programme radiodiffusé ou télévisé » (émission littéraire, en direct, en différé, enregistrée en studio).

Le premier emploi de ce nom se rapporte à la physiologie : c'est l'émission de semence, comme dans cet exemple du XIVe siècle : « Ainsi (Vulcain) épandit son germe en terre ; un enfant que l'on clame (appelle) Erichtonios naquit de cette émission », ce qui explique sans doute l'exemple cité par Furetière (1690, Dictionnaire universel : « l'émission involontaire de la semence n'est point criminelle »), lequel fait aussi allusion à la vieille croyance dans une analogie entre l'œil humain et le soleil pour expliquer la vue : « les anciens croyaient que l'action de la vue se faisait par l'émission des rayons visuels », thèse de physiologie pittoresque qui est clairement exposée, pour être infirmée évidemment, dans L'Encyclopédie (d'Alembert et Diderot, 1751-64) : « les platoniciens se servent de ce terme pour exprimer l'action par laquelle ils prétendaient qu'il sort de l'objet et de l'œil certains écoulements, qui se rencontrent et s'embrassent les uns les autres à mi chemin, d'où ils retournent ensuite dans l'œil, et portent par là dans notre âme l'idée des objets ». A la différence des académiciens, Furetière relève aussi l'emploi d'émission dans le domaine de la religion, emploi jugé vieilli par les lexicographes actuels, ce qui, vu l'état de la religion, n'est guère étonnant : « émission se dit figurément en choses spirituelles : ce novice n'a pas fait encore l'émission de ses vœux », emploi qui est défini avec rigueur dans L'Encyclopédie : « (jurisprudence) profession que fait le novice et engagement qu'il contracte solennellement d'observer la règle de l'ordre régulier dans lequel il entre » (« la mort civile du religieux profès se compte du jour de l'émission de ses vœux »). L'emploi d'émission dans le domaine des finances publiques est attesté pour la première fois en 1789 : c'est l'action de « mettre en circulation du papier monnaie », que les académiciens définissent ainsi en 1832-35 (sixième édition) : « action d'émettre de la monnaie, etc. » (émission de nouvelles pièces de monnaie, de papier-monnaie, de billets de banque).

Celui qui a fait d'émission un terme de science, c'est encore Newton (on ne célèbrera jamais assez Newton pour avoir été l'un de ceux qui ont forgé la langue française des sciences) ou, pour dire les choses plus exactement, celui qui, en 1720, nommé Coste, a traduit le Traité d'optique de Newton. C'est le fait, pour des corps, de projeter au dehors des particules, des radiations. Bien entendu, dans L'Encyclopédie, un très long article est consacré à émission : « on appelle ainsi, en physique, l'action par laquelle un corps lance ou fait sortir hors de lui des corpuscules. C'est une grande question que de savoir si la lumière se fait par pression ou par émission, c'est-à-dire si elle se communique à nos yeux par l'action du corps lumineux sur un fluide environnant, ou par des corpuscules qui s'élancent du corps lumineux jusqu'à l'organe ». Peu à peu, les lexicographes intègrent les connaissances apportées par Newton non pas dans les définitions, mais dans les exemples qui illustrent ces définitions : ainsi l'odeur est l'impression que fait sur nous l'émission des corpuscules émanés des corps odorants (DAF, 1762, 1798, 1832-35, Féraud 1788). Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77) fait état de « débats » sur la lumière qui agitent les milieux scientifiques de son temps, mais il se garde bien de prendre parti : « (l'émission) est un « système dans lequel on suppose que le soleil lance des corpuscules lumineux, par opposition au système de l'ondulation qui attribue la lumière à des ondes dans un milieu nommé éther ». Quant à l'emploi d'émission dans le domaine de la radio, il est attesté en 1928 chez Malraux (Les Conquérants).

En dépit de cela, les académiciens, dans la huitième édition de leur dictionnaire (1932-35), ne se montrent pas très empressés à enregistrer l'extension du nom émission aux nouvelles réalités établies par la science : c'est un « terme didactique » qui signifie « action d'émettre ou résultat de cette action ». Dans les exemples, prudents et limités, se lisent à livre ouvert les réserves que les académiciens éprouvent vis-à-vis de la modernité, si bien que les suspicions dont ils sont l'objet (« ringards », « dépassés », « traditionnalistes », conservateurs », etc.) peuvent sembler légitimes. Ce sont les mêmes exemples qui illustrent la définition d'émission depuis au moins un siècle et demi, comme si, pour les académiciens, rien n'avait changé dans le monde en ce laps de temps : l'odeur est l'impression que fait sur nous l'émission des corpuscules émanés de certains corps ; émission de voix ; émission de nouvelles pièces de monnaie, d'un emprunt, de billets de banque, de timbres poste, d'obligations, de valeurs. A l'opposé, les rédacteurs du Trésor de la langue française (1971-94) recensent tous les emplois, scientifiques ou techniques d'émission : en phonétique et en musique (émission de la voix, d'un son (par un instrument, etc.) ; en médecine (« fait d'émettre (une humeur) » ; émission séminale, de sang) ; en physique (« fait d'émettre (une radiation, une substance, un rayonnement) » ; émission de neutrons, d'énergie, électronique, lumineuse, photoélectrique, de gaz et de vapeurs, de photons) ; en anatomie et en botanique (la greffe Richter (...) sert à fendre l'écorce des porte-greffes au moyen des dentures de façon à faciliter l'émission des racines) ; dans les télécommunications (« action de transmettre au moyen d'ondes électromagnétiques » ; antenne, poste, station d'émission) ; « production d'un message selon un code spécifique » ; « partie d'un programme radiodiffusé ou télévisé » ; dans les finances et la philatélie (émission d'actions, de billets, de chèques, de timbres poste). Dans ce dictionnaire se lit à livre ouvert la modernité triomphante.

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.