Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 janvier 2010

Dépayser

 

 

Dérivé du nom pays, ce verbe est attesté au tout début du XIIIe siècle. Il a le sens qu'y donnent la formation même et le préfixe -, à savoir « quitter son pays », comme dans cet extrait d'une chronique ancienne (« il punit de tant cruelle famine que plusieurs dépaysèrent ») et chez Estienne : « les Florentins, principalement s'ils n'ont point dépaysé, ont une prononciation la plus éloignée de douceur qu'on saurait dire » ou chez un essayiste du XVIe siècle : « on connait toujours de quelle nation est un homme, ou par le langage, ou par sa façon de vivre ordinaire, ou par l'habillement, ou bien par quelque trait naturel de son ramage qui lui échappe quand il s'oublie, pour quelque dépaysé qu'il soit ». Cotgrave (1611), dans son dictionnaire du français et de l'anglais, traduit dépayser par « to drive out of his country » et dépayser le bétail par « to change their soil, to send them out of the country they were bred in ».

Le sens attesté au tout début du XIIIe siècle est toujours en usage selon les lexicographes actuels, ceux du Trésor de la langue française (1971-94 : « transporter quelqu'un hors du pays, du lieu où il est ordinairement implanté ») ou ceux du Dictionnaire de l'Académie française (neuvième édition, en cours de publication : « faire sortir quelqu'un du pays où il réside, pour un temps plus ou moins long »). Pendant plus de sept siècles, ce verbe a conservé ce même sens. Or, ce que l'on constate, c'est qu'il est, aujourd'hui du moins, d'un emploi restreint, surtout pour nommer ce processus, fort courant, « faire sortir quelqu'un du pays où il réside » ou « transporter quelqu'un hors du pays où il est ordinairement implanté » et qui pourrait être encore plus largement répandu, vu le nombre fort élevé en France de clandestins, dits sans-papiers, individus qui y résident ou s'y implantent sans y être invités et au mépris des lois en vigueur et qui devraient être dépaysés ou auraient dû l'être depuis une décennie ou plus. D'eux, quand ils sont renvoyés dans leur pays, on dit qu'ils sont expulsés ou « poussés dehors », alors que le terme juste est « dépaysés ».

Ce qui entrave l'emploi de ce verbe dans ces situations communes, ce sont, de toute évidence, les sens figurés qui se sont multipliés au cours des siècles. Pour Furetière (Dictionnaire universel, 1690), dépayser, c'est « faire sortir quelqu'un de son pays natal » (« les parents de ce jeune homme l'ont envoyé en Italie pour le dépayser ») ; c'est aussi « corriger quelqu'un des défauts, de l'accent, des mœurs du pays » (« on n'est pas un an à la cour qu'on y est bien dépaysé, qu'on y a pris un autre air de vivre et de parler ») ; c'est encore « faire changer de pays à un homme qui y est habitué, pour lui faire perdre ses connaissances, pour le mettre en lieu où il soit déguisé et inconnu » (« un supérieur dépayse un religieux qui a quelque mauvaise habitude et le transfère en un autre couvent » ou cet autre exemple qui laisse entrevoir que la France classique pouvait avoir des mœurs tumultueuses : « les femmes d'amour déménagent souvent pour se dépayser, pour se sauver des bretteurs » - des bretteurs ou des proxénètes ?) ; c'est enfin, comme dans la langue du droit actuelle (« au Palais », écrit Furetière), « tirer une affaire d'une juridiction en une autre plus éloignée » (« mes parties avoient trop de crédit en ce parlement ; je les ay fait évoquer ailleurs pour les dépayser »). Les académiciens reprennent ces significations, à l'exception de l'emploi dans la langue du droit, et ils glosent l'emploi figuré ainsi : « on dit aussi figurément dépayser un jeune homme, pour dire le déniaiser, le défaire d'une certaine simplicité qu'il a apportée de son pays »). Dans l'adresse au lecteur du Menteur, Corneille écrit : « j'ai entièrement dépaysé les sujets pour les habiller à la française » - autrement dit, il a transporté le sujet d'une pièce de théâtre du pays où il l'a emprunté en France. Dans les dictionnaires classiques, d'une édition à l'autre, les emplois se multiplient : « en matière de dispute, on dit aussi figurément dépayser quelqu'un, pour dire le mettre sur quelque sujet où il ne soit pas si profond, sur lequel il ne soit pas si préparé » (DAF, 1762, 1798, 1835) et « on dit aussi dépayser un homme pour dire lui donner de fausses idées, pour empêcher qu'il ait connaissance, qu'il ne soit au fait de quelque affaire » (DAF, 1762, 1798, 1835), au point qu'un érudit du XVIIIe siècle, parlant « d'un nouvel ordre d'architecture », écrit : « il faut qu'en considérant le tout ensemble, le spectateur accoutumé aux ordres dorique, ionique et corinthien, se trouve véritablement dépaysé, sans toutefois être égaré » (cité par Féraud, Dictionnaire critique de la langue française, 1788).

C'est dans la sixième édition (1835) du Dictionnaire de l'Académie française qu'est défini pour la première fois le sens figuré moderne : « dérouter, désorienter, faire qu'une personne ne sache plus où elle est » (le pauvre homme était si complètement dépaysé qu'il lui eût été impossible de retrouver son chemin). Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77) en donne une définition équivalente : « faire qu'une personne ne puisse retrouver son chemin » (« les sinuosités de la route le dépaysèrent tellement qu'il ne savait plus où il était ») et « il se dit aussi de choses auxquelles on donne une apparence qui les masque ». Le sens attesté au tout début du XIIIe siècle n'est pas jugé « vieux » ou « vieilli », bien qu'il semble d'un usage rare. En revanche, les sens figurés sont toujours vivants, aussi bien dans le TLF (« changer le décor habituel ou les habitudes de quelque chose ou quelqu'un » et « déconcerter quelqu'un en le transportant dans un cadre inhabituel, en modifiant ses habitudes » ; dérouter, désorienter, égarer ; antonymes acclimater, familiariser) que dans le DAF (« dérouter, déconcerter quelqu'un en le plaçant dans un milieu différent du sien, dans une ambiance inhabituelle : elle se sentait dépaysée au milieu de ces inconnus ; transporter en esprit dans un univers de fiction : un romancier habile à dépayser ses lecteurs).

 

 

 

Les commentaires sont fermés.