Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 février 2010

Diversité (retour)

 

 

La diversité est le nouvel horizon de la France, surtout de la France d'après : le nouvel et le seul. Il n'y en a plus aucun autre. Foin de la liberté, de l'égalité, de la fraternité. La diversité est le nec plus ultra, l'alpha et l'oméga, la réponse à tout de Mme et M. Sarkozy, de Mmes Royal, Aubry, Buffet, de MM Bayrou, Sabeg, Besancenot, du CRAN, du PMF et UOIF, des grandes mosquées de Paris, Créteil, Lyon, Evry, de la LCR, du PCF, du PS, etc.

Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77) définit la diversité comme « l'état de ce qui est divers » : de l'état, la diversité va à l'Etat. Elle est ce qui est, elle va devenir ce qui doit être. Elle est le fait, elle sera le droit. Autrement dit, faire de la diversité le nouvel horizon de la France, c'est faire de la réalité une obligation. En France seulement, surtout pas au Maroc, ni en Algérie, ni au Mali, ni en Arabie évidemment, pays à qui la diversité fait défaut et qui auraient besoin, ne serait-ce que pour prouver qu'ils ne sont pas totalement barbares, de métisser leur uniformité obligatoire d'un brin de diversité.

Dans le Trésor de la Langue française (1971-94), le sens usuel de « état de ce qui est divers » est illustré d'un extrait éloquent des Principes de géographie humaine (1921) du géographe Vidal de la Blache : « l'homme s'intéresse surtout à son semblable, et, dès qu'a commencé l'ère des pérégrinations et des voyages, c'est le spectacle des diversités sociales associé à la diversité des lieux qui a piqué son attention ». L'ère des voyages et des pérégrinations commence en 1492 avec les découvertes de nouveaux territoires, aussitôt conquis, et la constitution des empires. De fait, c'est dans les empires, quels qu'ils soient ou aient été, coloniaux ou non, que la diversité est la règle. La diversité de l'Algérie, du Maroc, de l'Egypte, de la Turquie, etc. ont été balayées, en quelques années, par de grandes politiques de purification ethnique. La Russie, qui continue tant bien que mal l'immense empire colonial tsariste, puis soviétique, a gardé de cette grandeur enfuie un peu de l'ancienne diversité de l'empire qu'elle a longtemps contrôlé. La diversité se marie à merveille à la tyrannie : tous divers, pourvu que ce soit l'échine courbe et la tête basse. La diversité est la règle, à condition qu'elle fasse allégeance. Il en allait ainsi à Vienne du temps des Habsbourg. Hitler s'accommodait de toutes les diversités, surtout de l'islamique. Le Reich pouvait être divers et varié, aux couleurs de l'arc-en-ciel, à condition qu'il fût sien et sans juif. Il est donc dans l'ordre des choses que la diversité soit le mot d'ordre des tout puissants de l'empire pub com media. Les candidats à la servitude volontaire répètent en chœur que la diversité (écrit même divers-cités : ça en jette) soit la France, à condition qu'elle soit autre que française ou chrétienne ou gréco-latine ou européenne. Ainsi va le monde.

De tous les lexicographes, les rédacteurs du Trésor de la Langue française sont les seuls à noter que le sens latin s'est maintenu en français. Certes, il est précédé de la mention vieilli : « caractère de ce qui est opposé, contradictoire ». Les synonymes en sont divergence ou opposition. Chez Maine de Biran, contrariété est le synonyme de diversité : « cette diversité ou contrariété des besoins » (1816). Une phrase du philosophe Maurice Blondel (1893) illustre ce sens vieilli : « par l'action s'entretient donc et se resserre l'unité du mécanisme vital, qui, formé d'un assemblage de parties, n'a de cohésion que par le concert idéal des fonctions ; par elle, la diversité des tendances antagonistes, sans être abolie, se fond en un accord au moins passager ». En latin, diversus, du verbe divertere (« se détourner, se séparer, divorcer, être différent »), dont dérive diversitas, est relevé dans le Dictionnaire Latin Français de Gaffiot avec deux sens : « à l'opposé d'un point » et « allant dans des directions opposées ou diverses ». Le nom diversitas a pour premier sens « divergence » ou « contradiction » et pour second sens « variété » ou « différence ». C'est ce second sens qui est relevé dans les différentes éditions du Dictionnaire de l'Académie française (1694, 1762, 1798, 1835) : « variété, différence » et illustré par les exemples : « diversité de religion, de vie, de fortune, d'objets, d'occupations, d'esprit, d'humeurs, d'opinions ; étrange, agréable diversité ; quelle diversité ! »

Est-ce pour ne pas jeter la suspicion sur la diversité et ne pas ébrécher la belle statue pittoresque et coloniale qui en est sculptée que les auteurs de dictionnaires oublient le premier sens de ce nom, le plus ancien, celui du latin, à savoir « contradiction, divergence, contrariété », sens qui est attesté en français et que relèvent les auteurs du Trésor de la langue française ? La diversité cache aussi la guerre de tous contre tous. Des religions, des coutumes, des mœurs incompatibles ou situées à l'opposé les unes des autres, qui ont été importées de très loin pour coexister artificiellement sur un territoire exigu, lequel n'est pas le canton d'un empire colonial, sont les germes de haines inexpiables et de conflits sans fin.

 

 

 

 

 

Commentaires

Le programme proposé est donc de contrarier sa nature, voire la nature. La promotion de la diversité suppose donc la définition de ce qui est réputé pareil, voire normal (blanc), et là on tombe dans du Coluche. Finalement, les apôtres de la diversité ne sont que des compléxés de la supériorité de leur pedigree. Ils n'adorent la diversité que dans la mesure où leur identité et celle de leurs homologues les effraie. La diversité, c'est déjà du masochisme.

Écrit par : Maximilien FRICHE | 01 février 2010

Les commentaires sont fermés.