Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 avril 2010

Pygmée

 

 

 

 

Ce mot est emprunté au latin, lequel l'a emprunté au grec. En grec, il signifie au sens propre « grand d'une coudée », la coudée ou en grec « poing » étant égale à 18 doigts et valant 33 centimètres, précise Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77), du coude à la naissance des doigts. Dans l'antiquité, l'existence des pygmaei tient du mythe : ces peuples étaient censés vivre dans diverses régions du monde. Dans L'Encyclopédie (1751-64), Jaucourt démystifie ces croyances : « peuples fabuleux à qui les anciens ne donnaient qu'une coudée de hauteur ; ils ont mis de tels peuples dans l'Inde, dans l'Ethiopie et à l'extrémité de la Scythie. Des voyageurs modernes mettent à leur tour des Pygmées dans les parties les plus septentrionales de l'univers. Il est vrai que quelques nations qui habitent les terres arctiques, comme les Lapons et les Samoyèdes, sont d'une petite taille ; mais quelque petite que soit leur taille, ils ont plus de deux coudées ; les Pygmées d'une coudée n'existent que dans les fables des poètes, dont les anciens écrivains s'amusaient, sans en croire un mot. Strabon regarde absolument les Pygmées comme un peuple imaginaire, car il ajoute qu'aucune personne digne de foi ne soutenait en avoir vu... » Le seul géographe ou naturaliste de l'antiquité qui ait évalué à peu près correctement (à plusieurs centaines de kilomètres près) le lieu où vivent des pygmées est Pline, qui « dit simplement que quelques-uns avaient rapporté que les nations des Pygmées habitaient dans les marais où le Nil prenait sa source ».

En français, le nom pygmée est attesté à partir du milieu du XIIIe siècle sous la forme pigmain ou pigman ou pigmeon ou sous celle du diminutif pigmeau : « Ces gens ont pour nom pigmains /Et sont tout petits comme nains » ; « Et en maint lieu, la où nous fûmes / Géants horribles de grandeur /Pimains et gens de grande laideur / Vîmes » ; « Pour ce sont li pigmeons petits parce qu'ils sont engendrés de petites mères ». Il entre dans le Dictionnaire de l'Académie française dès la première édition (1694), mais la connaissance sur laquelle repose la définition (« petit homme qui n'a qu'une coudée de hauteur ») tient encore des mythes antiques et même, dans l'exemple « les Anciens ont dit que les Pygmées combattaient avec les grues », des mythes bibliques : « il est souvent fait mention des Pygmées dans l'Ecriture... Il semble... que les Pygmées obligés de céder à la guerre continuelle que leur faisaient les grues s'étaient retirés sur les côtes de Phénicie pour se mettre au service des habitants de Tyr, qui les placèrent sur leurs tours, comme si de pareils soldats avaient pu faire l'ornement d'une ville, qui, selon le prophète Ezéchiel, avait dans ses troupes des soldats de presque toutes les nations ». Jaucourt, dans L'Encyclopédie, ne croit pas à ces fables ; les académiciens, à compter de la quatrième édition (1762), non plus : « petit homme que l'Antiquité a feint n'avoir qu'une coudée de hauteur » (1762, 1798) ; « nom que l'antiquité donnait à de petits hommes qu'elle supposait n'avoir qu'une coudée de hauteur » (1832-35) ; « nom que l'antiquité donnait à un peuple légendaire d'Afrique ou d'Asie, que l'on disait composé d'hommes d'une coudée de haut », non plus que Féraud (Dictionnaire critique de la langue française, 1788 : « Au propre, et selon la Fable, petit homme qui n'avait qu'une coudée de haut »), Littré (op. cit. : « nom d'une nation fabuleuse dont le peuple n'avait, suivant les poètes, que la hauteur d'une coudée, et qui guerroyait contre les grues ») et les rédacteurs du Trésor de la langue française (1971-94 : « (antiquité) individu appartenant à une population légendaire de très petite taille localisée aux sources du Nil ou en Éthiopie »).

Ce que notent les lexicographes, c'est l'extension de ce nom aux nains : « on appelle aussi pygmée un nain ou un fort petit homme » (DAF, 1694, 1718, 1740, 1762, 1798, 1832-35, 1879, 1932-35), Féraud (op. cit.) précisant que, employé dans ce sens, le terme est plaisant : « parmi nous, on donne ce nom, en style plaisant ou critique, à un nain, à un fort petit homme ». De là, le nom s'étend à des personnes qui sont « petites » par l'absence de talent : « pygmée se dit aussi, figurément et par mépris, de tout homme sans talent, sans mérite ou sans crédit, qui s'efforce vainement de nuire à quelqu'un d'illustre ou de puissant ; il méprisa les attaques de ces pygmées littéraires » (DAF, 1832-35, 1879, 1932-35) ; « figuré, homme sans mérite ou sans crédit qui attaque, comme les Pygmées attaquent les grues, quelqu'un d'illustre ou de puissant » (Littré, op. cit.) ; « par analogie, individu insignifiant, sans talent ou sans crédit ; les pygmées de la littérature » (TLF, op. cit.).

En fait, il faut attendre le XXe siècle pour que, la connaissance des peuples du monde progressant, la définition de ce nom sorte de la fable poétique ou des mythes. Littré, qui faisait de la science et était un positiviste convaincu, répand encore ces mythes : « par extension, nom donné à quelques races d'hommes très petits », illustrant ce sens d'un extrait de l'Essai sur les mœurs, dans lequel Voltaire reprend à son compte des supputations de Strabon : « ce vaste pays (id est la Laponie, voisin du pôle, avait été désigné par Strabon sous le nom de la contrée des Troglodytes et des Pygmées septentrionaux ». Dans la huitième édition du DAF (1932-35), une  connaissance à peu près rigoureuse commence à se mettre en place : « par extension, nom donné par les explorateurs modernes à quelques tribus d'hommes de très petite taille, qui sont presque des nains ; les pygmées du Congo, de la Patagonie ». Les rédacteurs du TLF (1971-94, op. cit.) se fondent sur les connaissances établies, non plus par les explorateurs, mais par les ethnographes, pour définir à peu près correctement le nom, c'est-à-dire pour établir les peuples ainsi désignés, sans préjugés, parmi les peuples du monde : « individu appartenant à certaines populations naines d'Afrique centrale et méridionale ou d'Insulinde ». Ils ajoutent certes, ce qui affaiblit leur science,  que pygmée, entendu dans ce sens, a pour synonyme négrille, sans préciser que ce dernier terme a été forgé à la fin du XIXe siècle par les spécialistes d'anthropologie physique, dont AC Haddon, Les Races humaines et leur répartition géographique, ou Hamy.

 

 

Commentaires

------------
VINDICTE

BONMOSS

LOISIR

Villégiature

Sélénite

ARTIFICIALISATION des terres , du sol

Régolite

ATLANTISTE

MODULE

NODULE

Novélisation

PARANORMAL

CLASHER ( Sark a clashé )

Rebéllionnaire

Désolation ( une magnifique désolation ... )

HARDEUSE

SPORE

SPORADIQUE

LATITUDE

FIERTEL

LATITUDINAIRE

Jolité


Suprématie

POSTICHE Façade

PION DAMER

BLANC MOUSSI

MODULATION

SPOT

Néo nazi néonazi

CALICE

CASELLE

Théorie des " DEUX CORPS DU ROY "

la RUMEUR est CONSUBSTANTIELLE au pouvoir

Il faut mépriser les bas n repriser les hauts Chie raque

SHUNT SHNUTER Sarcon a shunté

réquisitionnaire ( Le r ... BALZAC °

tard-avisé

SAFARI ( ZISCARD le viandard )

Rétif


PYROMANE

GOLEM

CIRCATA

PERQUE

"Savoir sa croix de par Dieu"

MIQUELOT

MODILLON

PUCELAGE ( fontaine du Mausolée LeTENNEUR °

divergence

REBONDISSEMENT

VAINQUEUR VICTIME VICTOR VICTIS

OIsiveté ( de Chie rac 2ème quinquennat )

SOLIDAIRE Solidarité Macif

CONTENTION Middle East & African wars are diminutive in scale to the contention that lies ahead....

DIMINUTIF # diminutive

Dérivatif produit dérivé

FONDATION { Asimov }

ignorance ignorance is bliss

ABAQUE

MONSTRE the coming monster

GARGANTUESQUE Gargantuan

CONSENSUS

the consensus is the suburbs will surely not survive ...

COHORTE Nonetheless , Obama and his cohortes have recklessly decided ...

le développement du Râble

GARGARISER se

SBIRE

SUBVERSIF

ESTAMPILLER ( HQE )

mordicus

passéiste

électricité USA

1 Coal 53 %
2 Gas 15%
53 + 15 68 Fossil fuels Not renewable

3 Nuke 21 % Not renewable

1+ 2+ 3 = 89 % Not renewable
4 Hydro 7% need Oil
5 Others 2% need Oil
+ 98 %


LAXE ( with lax ( if any ) conservation regulations )

DESTITUER to destitute

ABANDON

ABANDONNIQUE / ABANDONNISME

ARROGANCE civilized arrogance

ZONE NOIRE ---- devient --- ZONE de solidarité

MUSELER

égide = AEGIS

a Palmette

a GADROON

Précaire precarious

BUOY MODEL

BUOY Bouée BUOYANCY Flottabilité


ASTRONOMIQUE astronomical

Mots en disparition :
DEXTRE SENESTRE

SINISTRE
SINISTRER Sinistré

pech

pratiquant

CASELLE

SUBMERSIBLE

ESCIENT bon

villégiature

Noétique

UFOLOGUE

Fêlé Fêler

Contemporanéité


NOBLIAUX

Commensal

Bythinelle

MIGRATION

CHAOS CHAOTIQUE

Béguinage BEGIJNHOF

TROMPERIE

IMPERATIF ( français )

GUINGUETTE

GUINGOIS ( en perte d'utilisation )

atermoiement

suiveur

--

Écrit par : Amédée | 17 avril 2010

Les commentaires sont fermés.