Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 novembre 2010

Le silence de la mer

 

 

Un processus est engagé depuis une trentaine d’années, dont l’objectif est de faire sortir la France de l’histoire – c’est-à-dire de faire en sorte que la France ne dise plus rien de neuf ou de vrai au monde et que les valeurs dont elle est porteuse depuis des siècles s’abîment dans le silence. Participent à ce processus des citoyens cyniques qui savent ce qu’ils font, ou des naïfs qui ignorent ce à quoi ils s’engagent, et qui, ou cyniques ou naïfs, composent l’élite. Ce processus trouve dans l’Union européenne, telle qu’elle se construit, et dans le monde sans frontières, un cadre idéal, parfaitement adapté à son développement. Il se lit, comme à livre ouvert, dans la culture ou dans la littérature, dans les arts, dans la pensée, transformés en champs de bataille.

Ce processus n’est pas inédit. Il s’est déjà produit entre 1940 et 1944. Dans le premier récit de résistance, imprimé et diffusé clandestinement en 1942, Le silence de la mer, Vercors fait exposer par l’officier allemand, Von Ebrennac, le projet que le Troisième Reich nourrit pour la France : la démanteler et, pour cela, en détruire l’âme, parce que, pour que l’Allemagne soit, il faut que la France ne soit plus. L’officier, qui se trouve dans la bibliothèque de ses logeurs, explique comment procède le nouveau pouvoir : amadouer les écrivains, leur offrir des hochets pour qu’ils se taisent, ne plus diffuser leurs œuvres, non seulement les écrivains modernes, Proust ou Bergson, mais aussi les classiques, Ronsard, Corneille, Racine, Voltaire, Hugo, etc. Nevermore : « plus jamais ça ». C’est alors que le narrateur prend conscience que la France risque de sombrer dans le silence des abysses marins. Parce qu’ils avaient compris que la littérature française est liée à une nation consciente d’elle-même, les premiers combattants de la France libre ont voulu, dès juillet 1940, allier la plume à l’épée, la réflexion à l’action, la pensée à la politique, afin que le lien entre la littérature et la nation ne se dénoue pas ; et parce qu’ils savaient qu’il est vain de risquer sa vie pour rendre à un peuple ses libertés publiques et nationales, si ce peuple n’a plus d’existence. C’est pourquoi aussi la France libre a été une école de pensée et qu’un auteur comme Raymond Aron y a donné sa pleine puissance. Dans L’homme contre les tyrans, recueil d’articles et de textes publiés dans la revue de la France libre, les analyses d’Aron sur la menace que représente le Reich, autrement dit l’Empire, pour les vieilles nations européennes et pour les libertés de leurs peuples, sont plus bien lumineuses, bien plus justes, plus d’actualité aussi que les ratiocinations que l’on nous assène depuis une trentaine d’années sur le nationalisme allemand ou sur l’idéologie nazie qui menacerait à nouveau l’Europe et la France.

 

Pour comprendre la situation réelle de la culture en France et en Europe, il convient de regarder en arrière. Il y a deux  siècles et demi, au milieu de ce XVIIIe siècle, dont on dit souvent qu’il est la matrice de notre modernité, parce que, pendant ce siècle, ont été élaborés les principes de la politique actuelle (droits de l’homme, démocratie, séparation des pouvoirs, laïcité, etc.), deux encyclopédies, opposées l’une à l’autre, ont défini l’Europe : le Dictionnaire universel, dit dictionnaire de Trévoux, œuvre des jésuites (plusieurs éditions publiées entre 1704 et 1771) et L’Encyclopédie de d’Alembert et Diderot, le monument des Lumières, publiée entre 1751 et 1765. L’Europe, pour eux, est un continent, nettement délimité, et dont les limites, de l’Atlantique à l’Oural, du Bosphore aux terres glacées du Nord, sont reconnues par tous. Ce continent se caractérise par la grande diversité de langues qui y sont parlées (langues latines, anglo-germaniques, slaves), par la grande variété des peuples qui y cohabitent à peu près paisiblement, par des coutumes innombrables, des façons de faire qui varient d’une région à une autre. Les auteurs qui décrivent cela s’en réjouissent : pour eux, cette diversité culturelle et linguistique fait le « génie » de l’Europe. Il existe pourtant trois caractères communs à tous les peuples, nations, pays, hommes : l’Europe est « blanche » (c’est le sens même du nom propre Europe, fille d’Agénor, enlevée par Zeus, princesse d’Asie mineure : en araméen, le mot signifie « blanche de visage »), elle est chrétienne, elle a fondé la civilisation la plus avancée qui soit. Il n’y a pas de place pour une identité européenne, sinon une identité minimale, renfermée dans ces trois caractères communs. Au XVIIIe siècle, les choses étaient ce qu’elles étaient et non pas ce que les hommes voulaient qu’elles soient.

En deux siècles et demi, les réalités n’ont guère changé : l’Europe ne s’est pas déplacée ; ses limites sont toujours les mêmes ; elle se caractérise par la même diversité de peuples, de langues, de nations, de coutumes, de mœurs ; elle est blanche, en dépit de quelques changements dans la population ; encore chrétienne, non plus à 95%, mais à 60 ou 70%, puisque la pratique religieuse n’est plus ce qu’elle a été  ; et encore à la tête d’une grande civilisation. Pourtant, il est impossible aujourd’hui d’énoncer ces réalités ou de vouloir les préserver. Ce serait devenir la cible des inquisiteurs. L’Europe n’existe plus comme réalité ; elle n’existe plus que comme « idée ». C’est une réalité idéelle, une réalité repeinte aux couleurs de l’idéal, une entité forgée par l’intellect. Elle tient de « l’idéologie » et produit une « idéocratie », malgré la volonté des peuples ou sans que les peuples en aient une claire conscience, avec un Etat nouveau, supranational et fédéral, qui absorbe et affaiblit les Etats existants, une constitution, des normes, des règles, des directives, des finances inépuisables, et dont l’objectif est de fabriquer un homme nouveau, homo europaeus ou homo europensis. De ce point de vue, elle est partiellement analogue à feue l’Union soviétique, une union et des conseils, commissions, organes, normes, directives, cherchant à effacer les nations, les arts, les pensées, les littératures. Dans cet ordre nouveau, ce qui est menacé, c’est la liberté de l’esprit, la vie intellectuelle, les arts, la culture, qui se sont épanouis jusque-là en France dans le cadre d’une vieille nation. 

Ce qui fait la littérature, ce sont les liens qu’elle entretient avec une nation ou un peuple. Il en va de même de la peinture et des autres arts. Soyons très attentifs au vocabulaire. Il existe une peinture hollandaise des XVIe et XVIIe siècles, comme il existe une peinture anglaise du XVIIIe siècle et du XIXe siècle, comme une peinture italienne du Quattrocento, toutes différentes les unes des autres et différentes de la peinture française du XVIe siècle (les portraits de Clouet, par exemple) ou de celle du XVIIe siècle (Poussin, Le Lorrain, La Tour, les frères Le Nain) ou du XIXe siècle : même si celle-ci est d’une grande diversité (néoclassique, pompier, réaliste, impressionniste, etc.), elle tient de la France ou de son âme ; elle est liée à une histoire ; elle véhicule une vision du monde propre aux Français. Or, aujourd’hui, il est impossible de parler de « peinture française » de la fin du XXe siècle, comme si l’adjectif était désormais proscrit et que la peinture n’eût plus de frontières, ni de lien avec la France. Il en va de même de la musique. Il a existé une grande musique française des XVIIe et XVIIIe siècles, illustrée par Sainte-Colombe, Marais, Couperin, Charpentier, Rameau, ou de la fin du XIXe siècle (Fauré, Ravel) ; il n’est plus possible de qualifier de « française » la musique que l’on entend aujourd’hui en France : world music, oui ; la qualifier de française, ce qu’elle ne veut plus être, serait tout aussi incongru que de qualifier de blanche, chrétienne et civilisatrice l’Europe. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, littérature signifiait « érudition » ou « doctrine ». Ce que l’on nomme littérature était alors belles lettres, lettres ou poésie. C’est en 1798, dans la cinquième édition du Dictionnaire de l’Académie française que littérature prend son sens moderne : « l’ensemble des productions littéraires d’une nation, d’un pays », sens qui tombe peu à peu en désuétude. L’heure est à la littérature-monde ou à la littérature européenne, sans frontières, métissée ou multiculturelle. Les idéologues ont réussi à convaincre des générations de potaches qu’il n’y avait de pensée digne de ce nom qu’allemande ou grecque. Or, il a suffi que l’éditeur Fayard publie les œuvres des philosophes de langue française, pour que l’on prenne conscience que penser n’était pas réservé aux seuls Allemands ou Grecs.

La littérature, l’art, la pensée ne sortent pas du néant, ils ne descendent pas du Ciel non plus.  L’homme pense dans un héritage ; la langue dans laquelle il écrit lui est transmise. Il a besoin de lecteurs qui partagent ses références pour être compris, lu, écouté. C’est un « animal politique » : sans cadre, il s’étiole. Les nazis qui ambitionnaient de détruire l’âme de la France en détruisant sa culture l’avaient compris. Les œuvres de l’esprit, tout ce par quoi nous les hommes, nous exprimons ce que nous sommes, ce que nous pensons, nous voulons, ce à quoi nous aspirons, etc. dépendent d’un cadre politique, dans lequel chacun de nous trouve à la fois sa liberté et des semblables ou des interlocuteurs.

Or, ce cadre politique est en train de changer ou, plus exactement le cadre millénaire est remplacé par un ordre nouveau, ou ordine nuovo, disent les Italiens, celui de l’Union européenne, qui exige de nouveaux arts, de nouvelles formes, de nouvelles idées, qui soient en harmonie avec cet ordre nouveau. Il est attendu des Français qu’ils se conforment à une identité européenne, qu’ils écrivent une littérature européenne, qu’ils parlent une langue européenne, qu’ils élaborent un art européen, etc., et que, pour cela, ils renoncent à ce qu’ils sont : français. C’est cela sortir de l’histoire. Pour que l’Union européenne soit ou qu’elle ait une existence, il faut que la France ne soit plus ou que son âme soit détruite. Cela prend des formes variées. Ou bien, tout est fait pour que la France n’ait plus conscience d’elle-même, que les élites ne prononcent plus son nom, que plus personne ne dise France, mais ce pays ou la République. C’est ce que l’écrivain Richard Millet nomme dans L’Opprobre (Gallimard, 2008) « apartheid mental », quand il est interdit aux écrivains de saisir l’essence d’un pays qui n’existe plus ou qui est menacé de disparaître. Ou bien, ce qui est publié comme de la littérature, c’est l’insignifiance. Ainsi les Editions de Minuit, fondées en 1942 par Vercors pour imprimer Le Silence de la mer, se sont spécialisées dans la publication de romans minimalistes. La peinture minimaliste aux Etats-Unis, c’est un carré jaune : le tableau est de forme carrée et il est couvert d’une couche de peinture jaune. La littérature minimaliste, c’est une phrase faite d’un mot ou de deux mots, suivie d’une autre phrase tout aussi sommaire, puis d’une troisième, d’une quatrième, etc. toutes traitant de choses banales, de salle de bain ou de travaux ménagers. Ou bien, les romans publiés n’ont pas d’autre objet qu’eux-mêmes : ce qui est raconté ou représenté, c’est l’écriture du roman. La littérature se borne à sa propre fabrique. Ou bien, c’est de « l’autofiction » : la seule réalité du monde dont elle parle, à la première personne évidemment, c’est le je qui écrit. Il n’y a pas d’autre réalité que « et moi, et moi, et moi ». Ou bien, la littérature se soumet aux oukases du multiculturalisme, que les idéologues d’Amérique du Nord ont inventé pour faire oublier que leur pays est fondé sur une injustice faite aux peuples premiers et qui perdure. Eux, les Français doivent se sentir coupables de ne pas être des immigrés dans leur propre pays. Ces idéologues auraient tort de se gêner, puisque, en France, d’autres idéologues leur prêtent main forte et vont plus loin dans la haine de soi. Plus la littérature est insignifiante ou anodine, meilleure elle est ; portée aux nues, elle est le modèle que les jeunes gens sont incités à suivre, même si elle conduit au néant ou parce qu’elle est le grand silence de la mer. Il n’est plus question de critique du réel, encore moins question de la France, cette vieille chose qui est près d’être jetée dans les poubelles de l’histoire. La France s’est construite autour de ses écrivains, de ses légistes, de ses érudits, de ses historiens, dans la littérature, par la littérature. Les écrivains qui regimbent contre cet ordre sont « stigmatisés ». Les chiens de garde des media instruisent leur « cas » pour les obliger à se taire. Nevermore. C’est la fin de l’espace littéraire français. Les maîtres d’école sommés de participer à ce processus n’enseignent plus rien aux élèves. Il faut faire table rase du passé, rabaisser la langue française en persuadant les élèves ou leurs parents qu’elle n’a plus d’avenir ou que son avenir est d’être un patois ethnique ou racial, parlé dans des fragments de territoire en concurrence avec d’autres patois ethniques et raciaux, l’avenir étant à l’anglo-américain ou à l’arabe ou au chinois.

Pendant des siècles, il allait de soi qu’un pays, quel qu’il soit, ait une littérature, des arts, une pensée qui lui soient propres. C’était une marque de la diversité de l’humanité : l’humanité est une, mais elle n’est pas uniforme ; elle se réalise de différentes façons sous divers modes suivant les climats. Il semble que ce droit soit concédé aux Français de plus en plus chichement, à contre cœur, comme une tolérance des maîtres de l’ordre nouveau, et provisoirement, en attendant que ce droit s’éteigne un jour, faute d’ayants droit. Alors que, dans l’ordre nouveau européen, la seule revendication qui soit légitime est celle du « droit à » ou des « droits à » (droits à tout, droits devant, tous droits dehors, des droits pour tout le monde, droit au logement, etc.), il est une réalité qui échappe à cette légitimité absolue : c’est la France. Le grand silence de la mer est le terme du processus qui l’affecte et où elle sombre peu à peu, sans même penser à se défendre.

 

Commentaires

MOTS 3 SEPTEMBRE

http://decadence-europa.over-blog.com/article-mots-3-septembre-60261720.html



.

Écrit par : @@ | 04 novembre 2010

à propos de Vercors ( livre que je possède , très beau , qui le connait encore ? )

connaissez-vous le site du village détruit en 44
( toute la population tuée ) par les nazis

Valchevrière Isère

http://decadence-europa.over-blog.com/article-valchevriere-village-detruit-60330949.html

un petit diaporama ( pas de moi)

j'y avais randonné un samedi après-midi
souvenir encore vivace .

Écrit par : @@ | 05 novembre 2010

après avoir visité le village de Liré ( musée du Bellay , le château en ( très grande ) ruine de Joachim à La Trumelière

Indiquant cette visite à ma fille ( malgré le Bac +...)
je découvris qu'elle ignorait le nom même du Sieur
Joachim Du Bellay

selon elle , n'a jamais été à son programme de lycée ??? !!!!

( idem Clément Marot et plusieurs dizaines d'autres apparemment)

pensez-vous celà crédible ???

être """ bachelier"""" et avoir cette ignorance crasse !

Écrit par : @@ | 05 novembre 2010

Bel article.

La lecture d'une tribune "nauséabonde" publiée dans Le Monde vient de me le remémorer...

http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/11/25/pour-un-musee-
de-l-histoire-en-france_1444980_3232.html

Écrit par : Aneskur | 26 novembre 2010

Les commentaires sont fermés.