Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 décembre 2010

L'école n'est pas un service public

 

 

 

            Et revoilà trente ans après Savary, surgie des profondeurs de l’échec et des renonciations à tout, la thèse du « service public d’éducation ». Cette résurrection serait risible, si l’école publique n’en était pas la vraie cible. En écho, les syndicats de la dite « gauche » et leurs satellites parendélèvistes exigent, eux aussi, une école qui soit un « grand service public ». Il est même des crétins qui rêvent de transformer l’université dans laquelle ils exercent en « service public de proximité », comme si elle était un bureau de La Poste.  

            L’école a été instituée pour instruire des élèves et former des citoyens libres. Institution, l’école publique, c’est-à-dire ouverte à tous sans exclusive, n’est pas un service, non plus que le suffrage universel, la justice, l’armée, les droits de l’homme ne sont des services. 

            Elle a été pensée comme une institution entre 1789 et 1880. Alors, ce que l’on appelle aujourd’hui services publics n’existait pas. Il n’y avait ni SNCF, ni EDF, ni France-télécoms, lesquels services publics ne peuvent pas servir de modèles à l’école. Les services, même quand ils sont publics, relèvent de l’économie. Des collectivités, des entreprises ou des individus les proposent à des usagers ou à des consommateurs. Aucun service n’est gratuit, fût-il ou non public. Consommateurs et usagers paient le service qui leur est fourni. L’école de la République est gratuite. Ce n’est pas une activité de service, ni une activité marchande. Elle relève de la politique, et non de l’économie. La loi n’oblige personne à prendre le train, ni à s’abonner au téléphone. Un consommateur peut préférer s’éclairer à la bougie ou à la lampe à pétrole plutôt qu’à l’électricité, et de ce fait, refuser le service que lui offre l’EDF. Inversement, la loi interdit aux services publics d’établir des discriminations entre les usagers. Chacun peut prendre le train, quel que soit son âge. Il suffit d’acheter un billet. Même un enfant de trois ans peut faire acheminer une lettre par la Poste, à condition que celle-ci soit affranchie. A l’opposé, l’école, qui n’est pas un service, est à la fois obligatoire et discriminatoire. Aucun enfant n’échappe à l’école ou à  l’instruction. C’est une contrainte qui s’impose à tous et qui a été décidée par le peuple souverain. L’école discrimine. Elle n’est obligatoire que pour les enfants âgés de cinq à seize ans. En-deçà et au-delà, l’obligation scolaire est abolie.

            Réduire l’école (et toute institution) au rang d’un service n’est pas innocent. Si l’école est un service, elle n’est pas différente des autres activités de service : restauration, assurances, banque, tourisme. Elle devient un gisement de profits, encore inexploité, mais pas pour longtemps. Dès lors, l’institution est pervertie. Y sont introduites des finalités qui y sont étrangères et qui excluent la liberté de l’esprit qui est la seule fin de l’école. Service, l’école est transformée en libre-service, souq, marché ou supermarché. C’est un lieu où se vendent des savoir-faire, des recettes, des diplômes, des options, des modules. Les enfants ne sont plus des élèves : des petits d’hommes que des maîtres aident à s’élever au-dessus d’eux-mêmes et de leur condition. Ils vont au souq choisir des matières à option. Diverses, ils ont le choix, celui d’un consommateur devant les étals qui regorgent de marchandises dans les supermarchés. Puis, ils en sortent, repus, saouls, la tête vide, mais l’estomac plein. Ils seront de bons consommateurs. L’école a pour fin la connaissance. Si elle est un service, elle transforme les élèves en consommateurs ou en usagers. Elle se nie elle-même.

 

Commentaires

----------

---
mots 23 .12
---------

LIBERTE

EGALITE

FRATERNITE

AMPLEUR

DEFAUSSER

INDEMNISER ( un passager ) INDEMNE

infanticide néonaticide

crétin crétinisation

Ténébrion ( Camus )

Jackpot

vaseliner ( le capitalisme )

azimut azimuté

Incipit
Pavlovien

Diktat

Transcendantal

Narcose Narcotique

Héroine : sens 1 sens 2

Sésame

Vétéran

dérogation

tricard

Niqab ( amende annulée pour la conductrice à la Niqab
= donc autorisation juridico-politique à l'islamisation , de fait )

Fair-play

Esbrouffe

dogme

l'Euro va exploser à un moment ou à un autre NDA

Monnaie surévaluée en France de 30 % au moins
( par rapport à l'Allemagne )

pays sans euro Suède Pologne UK Danemark

Intervenant

Colloque Un colloque anti-I fait l'objet de vives protestations Le Monde 18.12.2010

Parallèle ( un parallèle entre les prières de rues et l 'Occupation allemande )
Ovation Ovationné par le public Oskar Freysinger

Accidental ( orchardist )

cocasse ( Fillon qui se défausse sur Météo-France )

se défausser
faux-cul, faux-jeton , lâche , chien de son maitre

anicroche
PROCESSION the procession of Marvels

Rhapsodie ( dreamed rhapsodically of flying like birds )

Pharaon pharaonique

FRACTION

Futilité

Combine Combinard
to combine pas de : combinisme

Entaille to Entail

--------

--






----------

---




LIBERTE

EGALITE

FRATERNITE

AMPLEUR

DEFAUSSER

INDEMNISER ( un passager ) INDEMNE

infanticide néonaticide

crétin crétinisation

Ténébrion ( Camus )

Jackpot

vaseliner ( le capitalisme )

azimut azimuté

Incipit
Pavlovien

Diktat

Transcendantal

Narcose Narcotique

Héroine : sens 1 sens 2

Sésame

Vétéran

dérogation

tricard

Niqab ( amende annulée pour la conductrice à la Niqab
= donc autorisation juridico-politique à l'islamisation , de fait )


Fair-play

Esbrouffe

dogme

l'Euro va exploser à un moment ou à un autre NDA

Monnaie surévaluée en France de 30 % au moins
( par rapport à l'Allemagne )

pays sans euro Suède Pologne UK Danemark

Intervenant

Colloque Un colloque anti-I fait l'objet de vives protestations Le Monde 18.12.2010

Parallèle ( un parallèle entre les prières de rues et l 'Occupation allemande )
Ovation Ovationné par le public Oskar Freysinger

Accidental ( orchardist )

cocasse ( Fillon qui se défausse sur Météo-France )

se défausser
faux-cul, faux-jeton , lâche , chien de son maitre

anicroche
PROCESSION the procession of Marvels

Rhapsodie ( dreamed rhapsodically of flying like birds )

Pharaon pharaonique

FRACTION

Futilité

Combine Combinard
to combine pas de : combinisme

Entaille to Entail

--------

--

Écrit par : @@ | 24 décembre 2010

-----------

--

MOTS 30 NOVEMBRE
------------

Les souvenirs de Nicolas S.

A ° se "" souvient "" de la triste soirée du 9 novembre 1970 , ou il apprit AVEC TOUTE la France la mort du Général
( qui ne fut révêlée que le 10 !!! ) , mais Nicolas S se souvient bien de ce triste soir !
discours à Colombey en 2010

B ° se souvient avoir attaqué à coup de pioche le mur de Berlin la nuit du 9 Novembre
1989 ( avec Juppé qui était alors présent ailleurs )
Nicolas S était à Berlin AVANT même que ne se produise l'événement !!

Plantage

Fissa

Troika

Originel ( habitants originels )
Aborigènes

Pagaille

Cocaine ( 2ème drogue en Fwan après Cannabis )

Cannabis ( 1ère drogue en Fwan )

Dette ( Debt ) endetter

louvoiements ( du PS ) Loup

Fayot
-------

-------

Écrit par : @@ | 26 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.