Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 septembre 2011

Gender Studies ? Etudes de genre ou de gendres, id est de beaufs qui ont fait des études

 

 

            Chacun sait que les « gender studies » sont désormais inscrites au programme des Sciences de la Vie et de la Terre ou SVT (dites naguère « sciences naturelles ») des classes de première des lycées français et que le mot gender se traduit ou est transposé dans la NLF des médias et des cultureux par genre. Les « études de genre », dit-on avec genre sans déterminant, et non « étude du genre » des mots, comme à l’école communale de jadis, ce qui aurait fait ringard et bien sûr dépassé, archaïque, conservé dans le formol, passéiste, moyenâgeux ou inutilement insolent. En anglais, gender a deux sens. C’est, si l’on se réfère au Dictionnaire Oxford (Oxford Advanced Learner’s Dictionary of Current English) : « 1. grammatical grouping of words, nouns and pronouns, into classes (masculine, feminine and neuter). 2 sex (being male ou female) ». La moins mauvaise traduction de ces gender studies (ou theory) pourrait être « études (ou théorie) de sexe », ce mot étant entendu dans le sens de « sexuation » ou de « devenir sexuel ».

            Là, pourtant, n’est pas le problème, mais l’origine commune ou lointainement identique de genre ou en anglais de gender, au sens « d’ensemble d’êtres ou d’objets ayant la même origine ou liés par la similitude d’un ou de plusieurs caractères » (Trésor de la langue française, 1971-94) et de gendre, au sens de « celui qui a épousé la fille de quelqu’un, et à qui l’on donne ce nom par rapport au père et à la mère de la fille » (Dictionnaire de l’Académie française, 1762). Ces deux mots, qui se ressemblent, ont le même étymon latin ou indo-européen, l’un et l’autre ayant un rapport avec la génération et le sexe. Gendre se dit en latin gener (génitif generi) ; genre, genus (génitif generis). Le mot latin genus a pour sens « origine, naissance, lignée, famille, race, souche, extraction, sang » ou « peuple, nation » et par extension « espèce, genre, sorte, manière » ou « rejeton, fils, enfant », tandis que le gener (ou gendre) est celui qui, à la suite d’une alliance matrimoniale, donne des descendants à la lignée et fait se maintenir la famille, la race, la souche.

Dans l’histoire de la langue française, il est arrivé que genre se soit dit gendre : ainsi au début du XIIe siècle, le gendre, dans l’ancien française d’alors, n’était pas l’époux de la fille de la famille, mais avait pour sens « sorte » ou « type ». Ou encore, ce même mot a signifié aussi au XIIIe siècle « sexe », comme en anglais. Littré, dans la définition qu’il donne du « terme de grammaire » (Dictionnaire de la langue française, 1863-77), s’abuse quand il renvoie le genre (grammatical) au sexe : « propriété qu’ont les noms de représenter les sexes, et, dans certaines langues, l’absence de sexe », proposition qui n’a de validité que pour les noms désignant des êtres vivants. Elle ne se vérifie que pour quelques animaux : alouette est de genre féminin, même quand ce nom désigne un mâle. Elle ne se vérifie pas toujours chez les êtres humains : recrue et sentinelle désignent des êtres humains de sexe masculin, et les noms de fonction ont toujours été « neutres » pour ce qui est du sexe, en dépit de M. Jospin et de Mme Trautmann, qui ne fut jamais ministresse. La remarque finale de M. Littré est exacte pour ce qui est du fait : « les langues romanes ont supprimé le genre neutre qui appartenait au latin », mais aventurée pour ce qui est des causes : « qui en effet ne répondait plus à aucune distinction effective entre mâle et femelle ».

Gendre, terme de parenté, ne présente guère d’ambiguïté sémantique. Il en va différemment de genre. C’est un terme de taxinomie ou de classement qui consiste, non pas le mot bien entendu, mais l’opération intellectuelle à laquelle il réfère, à distinguer, séparer, discriminer, établir des classes et des hiérarchies et à y confiner des êtres humains. C’est ce que montre sinon une étude de genre, du moins un rappel de quelques acceptions, telles que « ce qui est commun à diverses espèces, ce qui a sous soi plusieurs espèces différentes ; on dit en termes de logique la définition est composée du genre et de la différence ; il se prend quelquefois simplement pour espèce ; on appelle genre humain tous les hommes pris ensemble ; il se prend encore pour espèce, mais dans un sens plus général, et il signifie à peu près sorte, manière ». Le mot désigne aussi des distinctions que l’on fait dans les arts : « genre signifie encore la manière, le goût particulier dans lequel travaille un peintre, un sculpteur ; il se prend aussi pour le style et la manière d’écrire ; la rhétorique divise le discours oratoire en trois genres, le démonstratif, le délibératif et le judiciaire ; la grammaire latine divise les noms en trois genres, le masculin, le féminin et le neutre ». Ou bien on désigne « par genre nerveux en anatomie tous les nerfs pris ensemble et considérés comme un assemblage de parties similaires distribuées par tout le corps » et en botanique, c’est « l’assemblage de plusieurs plantes qui ont un caractère commun, établi sur la situation de certaines parties qui distinguent essentiellement ces plantes de toutes les autres » (Dictionnaire de l'Académie française, 1762).  

            Le genre, c’est de la discrimination et des classements. Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77) le confirme : « caractère commun à diverses espèces ; ce qui comprend plusieurs espèces », surtout dans les exemples qui illustrent ce sens : « sous le genre être vivant, il y a deux espèces comprises, l’animal et le végétal ; genre supérieur, celui qui a plus d’extension qu’un autre ; genre suprême, celui qui ne peut plus devenir espèce relativement à un genre supérieur ». Les classements apparaissent dans le deuxième sens distingué par Littré : « terme d’histoire naturelle, assemblage de corps organiques ou inorganiques qui constituent des espèces, et qui se ressemblent par quelques caractères communs » (« dans le système de Linné, les classes se divisent en ordres, les ordres en genres et les genres en espèces et toute plante a deux noms, celui du genre et celui de l’espèce »). La consultation de l’article genre du Trésor de la langue française donne des résultats encore plus convaincants pour ce qui est de la nature taxinomique de genre. C’est « l’idée générale ou la classe d’êtres ou d'objets qui possèdent un ou plusieurs caractères communs » et, en taxinomie, biologie animale et végétale, le « niveau de la classification des êtres vivants, placé sous la famille au-dessus des espèces ». Cette citation, extraite d’une Histoire des sciences (1957), illustre ces emplois : « c’est à Charles de Linné, savant suédois, que l’on doit d’avoir mis de l’ordre dans l’énorme matériel zoologique et botanique que l’on possédait à son époque » ou « répartissant le monde animé en classes, ordres, genres et espèces, il aboutit à un rangement plutôt qu’à une véritable classification, mais qui rendait les recherches plus faciles ». Les locuteurs ont assimilé le principe classificateur qui est à l’œuvre dans genre, puisqu’ils emploient dans la langue courante d’innombrables locutions qui réfèrent à ce principe : être le genre de quelqu’un, du même genre, de tous (les) genres, de tout genre, en tout genre, en tous genres, dans tous les genres, dans le genre, dans, en + possessif + genre, dans le genre de, etc.

            De toute évidence, la théorie du « devenir sexuel » des êtres humains a été élaborée (« construite ») dans ces cervelles progressistes qui, conscientes qu’elles ne feront jamais la révolution sociale, la seule qui vaille, se sont rabattues sur des ersatz, où le risque de se voir défoncer le crâne à coups de piolet est nul et où l’on peut faire la révolution en pantoufles et robe de chambre : les sciences humaines, le langage, la littérature, les arts, la sexualité, etc. Le problème, justement, est que le progressisme affiché (faire table rase, tout se vaut, on ne discrimine pas, pas de distinction, etc.) est contredit par l’inconscient de la langue, à savoir, pour ce qui est de genre et de gendre, le retour à la lignée, la race, à la souche, aux classements, aux hiérarchies, à la distinction et aux distinctions de tout ordre. Cette révolution du « genre » est d’un genre impayable, comme on n’en a jamais vu encore. C’est le retour à l’archaïque. On fait la révolution pour revenir dare-dare là d’où le genre humain est parti. Beau programme de « déconstruction », à dire vrai.

Cette « révolution » dans les concepts se résume à deux ou trois propositions assez banales (banales par rapport au corpus théorique du progressisme), du type « ce sont les rapports ou les codes sociaux qui déterminent le sexe d’un individu ou le choix sexuel d’un individu » ; en bref, on ne naît pas mâle (ou femelle), on le devient. La même soupe idéologique a été servie il y a une vingtaine d’années dans la revue Social Texts et qui se ramenait à un brouet du type « les connaissances données par les sciences ne viennent pas des faits ou d’une étude des faits, mais des conditions sociales à un moment donné » ; en bref, c’est la société qui fait la science, ce qui n’est qu’une resucée des thèses de Staline, Lyssenko ou Mao. Il a suffi que deux véritables scientifiques (pas des sciencieux comme Latour), Sokal et Bricmont, démontrent l’absurdité de ces thèses (Impostures intellectuelles, 1997) pour que, d’un coup, elles apparaissent à tous pour ce qu’elles sont, de la fumée, de la bonne blague, du foutage de gueule, etc. Les gender studies sont de la même farine. Que des aigrefins essaient de les fourguer à l’Educ nat est dans l’ordre des choses. Le comique de l’affaire est le nombre infini de gogos qui se sont laissés prendre : des « inspecteurs » de SVT, des profs de sciences nat, des sciencieux et des cultureux, mais aussi quelques chercheurs, pas très nombreux, que l’on croyait vaccinés contre l’idéologie, Kahn et Picq, par exemple, dont la réputation de Tartarin des SVT est désormais bien établie. Ils sont les gendres de la grande famille idéologique - c'est-à-dire des beaufs, mais des beaufs instruits. 

 

 

Commentaires

Intéressant
l'ex ministre '''écolo'' planquée en sénatrice-maire , me Voynet
( ex-maîtresse d'yves Cochet , aussi déguisé en sénateur ) , avec des revenus ''' écolos'''
vient de """ marier"""
une lesbienne avec une lesbienne transsexuelle transformée chirurgico-hormonalement en faux mâle,
à Montreuil

Mots 15.09
--------
MOTS 15 Sept 2011
---------


Zizanie
éclater , éclatement

Mozarabe


Zendj révolte ( taboue , non enseignée en noeud-rope )

http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=8690907
Détail
il écrivit en 1697 un livre intitulé" le Détail de la France" dans lequel il proposait de diminuer la
multiplicité des impôts
Gendarmerie la gendarmerie a tout ruiné dans le
Perche Silva Pertica
Bazoches étymologie = Basilique basilica
- idem à Paroche Baroche
Rugles régule
La Vieille-Lyre lirica = idem à Risle
gaulois = cours d'eau
Saint-Martin d'écublei
Obsidional mentalité obsodionale
Epargne , épargner
Chie épargné à son procès , par son ancien bras droit

Chronos = dévorait ses enfants
Empirique
Reclassement , reclasser

Pavillon , pavillonaire
Processus
Diabolisation
La diabolisation de l’adversaire est une vieille constante des conflits qui ont secoué le monde. Allemands mangeurs d’enfants en 1871 ou 1914 ; Serbes “nazis” en 1992 ; Irakiens chimiques en 2003 ; snipers Syriens tirant depuis les toits sur des manifestants innocents en 2011, etc. poursuivent un but similaire : fédérer derrière soi une opinion publique en vue de préparer un conflit. À stratégies égales, époques – et donc techniques – différentes : celui qui dispose du plus grand nombre de chaînes de télévision peut d’ores et déjà être déclaré vainqueur. Si les causes des guerres sont restées les mêmes (peu reluisantes : expansions stratégiques ou contrôles des ressources naturelles et des matières premières…), il convenait donc pour les tenants du “camp du bien”, avides de guerres humanitaires et de “libération”, d’y mettre les formes. La modification sémantique aidant (ministère de la Guerre devenu “de la Défense”, la “bataille” cédant le pas à “l’intervention”, le “bombardement” au terme plus policé de “frappe”),
les manipulations les plus grossières pouvaient être données en pâture aux opinions occidentales qui ne demandaient qu’une chose : avoir bonne conscience. L’actualité syrienne et libyenne nous poussent ainsi à nous souvenir d’un trucage médiatique, modèle du genre, dont les ...
http://yerouchalmi.web.officelive.com/PDJuifs.aspx

soirée " organisée à l'occasion du R "
Iftar ( léger )
Collation
Malouf tunisien
Africaniser
présentiste ( génération )
paradis multira
Exaction
" donner raison à l'extr....."
Non-droit
Mic-Mac indiens
édifiant , édifier
Altérité
Brassage
Absoluisation
Asiatiser
Tribolinéaire
Delendi sunt
Immigrophile
Showbiz
Chantage
Camarilla
Volapuk
Satrape Nabab Goyim goim Koufar
Salamalec Salamalek
Hallalicité Hallalaicité
Establishment
Impero
Austère Austérité pas encore
austériste austérisme ( ça va venir , patience )
Pathétique
' quartier charien '
Instar
Ingérence
Anticiper
Aubaine
Dar al-sulh
Dar al-Harb
Dar al-Is
Amen
Handicap
payer le voleur ne l'empêche pas de voler
La crise, cette accoucheuse de l'histoire
' Harmonisation ' ( de la répartition des immigrés'
'Harmonisation européenne '
'' apaiser LES tensions " ( ne pas dire lesquelles )
Homosexualisme
Ce n'est pas toi qui décide qui est ton ennemi, c'est
lui " Carl Schmitt
Celui qui recherche la paix à tout prix n'aura que la guerre Averroes
Munich ethno-culturel
Laicard

Linéaire , linéarité
Exploit ( de Dieu ) mer morte
Ghettoisation
"France multicolore, celle des français divers , multiples, différents
( Sar )
Frénésie migrationniste
" Poingt vilain, il te oint; oint vilain,il te poingt"
Régularisation
débouter
dévoiement
' faire suer le burnous'
Radoter
Hébraique
Ethnopluraliste
Xénophile
provocateur
bobard
Assomption ( de l'homophilie )
Fascisation
Ouvriériste
Ouvrier Oeuvre Oeuvrer
Ouvrir ouvrier celui qui ouvre
' le DEVOIR d'être terre d'accueil '
Histoire personnalisée
Thème thématique
Suppression des programmes
Dimitri CASALI
Altermanuel d' histoire de France
ce que nos enfants n'apprennent plus
Clovis sacre de Reims
Louis XIV au programme fin juin
Napoléon Austerlitz
Bonaparte consul reste au programme
Histoire = institutrice de la vie Cicéron
François 1er naturalisation des enfants étrangers
1515
l' histoire sert à comprendre le présent et à
affronter l'avenir
Matelas Tempur
02 12 2005 Chirac refuse de célébrer le
200 è centenaire d'Austerlitz ' lobbies noirs Cran
Minauderie
Pieve Pievan Pievanie
Inventivité ( permanente de nouveaux impôts )

Esbaudir

coercition ( a coercion )

Exciter

Indigner , indigné

Criticalité ( auto-organisée )

Urbanité

Défendu

Blackbirding
Peace and Love

Sélectif diminution sélective
Chie est ' diminué ' pour un procès
mais Apte pour le salaire mensuel du
conseil constitutionnel
----------

Fort-Michilimackinac
---------------
Maison 400 à 1200 kilos de métaux
---------------
Chauffage inexistant = vieillissement X 10
-----------

Écrit par : Amédée @@ | 15 septembre 2011

retour sur des zémeutes déjà
gommées des merdias
-
LONDON RIOTING déjà les merdias les évacuent et n'en causent plus !
mes petites idées
--

Bien sûr , pas un seul politicard , ou journalope n’a fait le rapprochement
avec le PO , la fin du gisement de la Mer du Nord ( PO vers 1996 )
et le Meltdown énergétique en préparation au UK ( et en EX-Fwance )

Hors ,un BLackout électrique est prévu et possible depuis qq années
Il est même craint chaque hiver et prévu , au plus tard , vers 2014

EB a publié d’ailleurs FIN JUILLET ( juste avant les émeutes )
un excellent article juste une semaine avant !
———
les fondamentaux sous-jacents sont donc bien à l’oeuvre
-
les émeutes sont les ” détails de l’ Histoire ‘ ( xxx , je risque la taule pour cette expression )
sont inconnus : le jour , l’heure , le lieu précis ( rue X ou Y )
—-
mais l’équation de base est inéluctable
-
On peut encore admirer l’incurie d’un Cameron
( parti en vacances en Toscane , comme
Fillon tiens , tous les xxxx vont en Toscane ??? ) je croyais que les cloches volaient à Rome

alors même qu’il aurait du , pour un vrai chef , être à bord et ne pas quitter le navire en pleine crise
Churchill était-il en vacances à l’étranger entre 1940 et 1945 ??? -
( idem pour nos clowns )
—–
On peut admirer la bêtise des 30 dernières années des politicards godons
– acharnés à prévoir un royaume-DES-uni à 70 millions d’inhabitants
comme pour l'ex-fwance

- plus de 550 000 étrangers encore entrés en 2010

- sur un territoire moitié de la France

- dont la moitié nord est peu propice à des densités fortes

- d'ou tout sur le sud ( moitié de la moitié )

– pour un pays sans ressources énergétiques et minières
– les faux chiffres des fausses réserves restantes ( pléonasme ) de charbon
ayant été balayés et l’épuisement quasi total du charbon UK a été confirmé

– acharnés à détruire industrie et agriculture ( locale )

– pour remplacer par des criminels bancaires – que ducxx
nous a tant vantés
—————
c’est mathématique et physique
-
le résultat de l’équation est devant nos yeux
-
même calcul à faire pour l’EX-Fwance -
-------
Et bien sûr , il y a eu très peu de rapprochement ( sauf pour s’inquiéter )
entre
A = émeutes 2011
B= JO jeux faussement olympiques de Londres 2011
-
Hors si un pays obtient B , c’est qu ‘il est très mal gouverné , mal dirigé

les JO sont le symbole même , l’indicateur suprême de l’aveuglement , de la corruption , de la médiocrité , du court-termisme de gouvernement
—–
faites l’expérience
– parlez en public ,devant un parterre de veaux
– dites que les JO c’est de la Cxxxx
– au mieux les veaux ( vos collègues de travail , les cousins lors d’une réunion familiale )
vont sourire :
Axxx est toujours aussi barjot , aussi allumé ,vous êtes un doux dingue
-
si vous insistez un peu , certains deviennent méchants
– le beauf ou beau-frère est prof de gym , les JO sont sa raison de vivre , son nouveau dieu
– tartanpion est vendeur d’articles de spoooooooort
– machine vend des tickets de voyages aériens
tous sont PRO-JO et PRO-intoxication collective
——-
Hors = Obtention des JO = clair indicateur de corruption , de lobbies du béton, des travaux publics , de politicards chercheurs de paraitre , de scoops , de bling-bling
———
Un pays bien dirigé , écologiquement viable , dirigé sur le long terme
n’a surtout PAS de JO
——
Dès qu’un pays , une ville , une région cherchent à avoir les JO
c’est qu ‘il y a incompétence , corruption etc..

le résultat est TOUJOURS le même
Grenoble 1968 = endettement massif de la ville , bétonnisation, mauvaise croassance , orientée vers la destruction de la ville ( sur le long-terme )
Athènes Grèce = Y a qu ‘ a voir

Johannesburg Afrique du Sud = la réalité est une catastrophe

Mexico = idem etc , etc…
—-
Hors LONDON 2012 a bien obtenu les JO
au lieu de faire du long-terme durable
fric gaspillé pour des stades
pendant qu’il y a des quartiers , des buroughs entiers de très très pauvres
( vu de mes yeux vu dès 2003 )
——–
Idem fric anglais gaspillé en Afghanistan , Irak , et maintenant Lybie
sur les odres de Bernard Henri Lévy et Nicolas

au lieu de s’occuper des Tiers et Quart-Monde , à 2000 mètres
à vol d’oiseau de la résidence royale de pacotille
——-
a rapprocher également du ” mariage de l’année entre un prince à la noix et sa nouvelle pxxx ” , diffusé sur toutes les télés mondiales ,

sans enquête sur la Vraie
situation du Royaume d’opérette pendant que les noirs des caraibes,

autorisés à venir s’agglutiner en masse ,

comme parasites ( et cocus non prévenus )

du système d’ Etat-Providence ,sont chômeurs
——-
Ils veulent du pain, Majesté
s’il n’ y a plus de pain, donnez leur des
brioches
( phrase incertaine , je crois )
--------

Écrit par : Amédée @@ | 15 septembre 2011

Pour un service public du lavage de slip
ma pétition de 2006 n'a pas été mise en application
( comme 99 % des promesses du xxxx)

je l'espère enfin pour 2012 !


http://decadence-europa.over-blog.com/article-6515756.html

-

Écrit par : Amédée | 17 septembre 2011

Les commentaires sont fermés.