Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 juin 2012

Diversité (chroniques de la Restauration, an I)


 

 

La diversité est le nouvel horizon de la France et le seul. Il n’y en a pas d’autre. Foin de la liberté, de l’égalité, de la fraternité. La diversité est le nec plus ultra, l’alpha et l’oméga, la réponse à tout de Monsieur de Hollande et de Monsieur Ayrault de Saint-Herblain, de Libération, du Monde, du Nouvel Observateur, du CRAN, du PMF, des mosquées de Paris, Créteil, Lyon, Evry, etc., du NPA, du PCF, du PS, etc.

Emprunté au latin diversitas, dont l’éventail sémantique assez large fait qu’il se traduit en français par « variété » ou « différence » et par « divergence » ou « contradiction », il est attesté dans la seconde moitié du XIIe siècle. Il est enregistré dans toutes les éditions du Dictionnaire de l’Académie de française, de 1694 à aujourd’hui, dans lesquelles le seul sens retenu est celui de « variété » et de « différence » (1694 : « diversité de religion, de vie, de fortune, d’objets, d’occupations, d’esprit, d’humeurs, d’opinions »), le sens défavorable du latin, à savoir « divergence » et « contradiction », n’étant pas relevé. Est-ce volontaire ? Quoi qu’il en soit, Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77) définit la diversité comme les académiciens : c’est « l’état de ce qui est divers ». De l’état, la diversité innerve l’Etat. Elle était ce qui est, elle devient ce qui doit être. Elle était le fait, elle est le droit. Autrement dit, faire de la diversité le nouvel horizon de la France, c’est faire de la réalité une obligation. En France seulement, surtout pas au Maroc, ni en Algérie, ni au Mali, ni en Arabie évidemment, pays à qui la diversité fait défaut et qui auraient besoin, ne serait-ce que pour prouver qu’ils ne sont pas totalement barbares, de métisser leur uniformité obligatoire d’un brin de diversité.

Dans le Trésor de la Langue française (1971-94), le sens usuel de « état de ce qui est divers » est illustré d’un extrait éloquent des Principes de géographie humaine (1921) du géographe Vidal de la Blache : « l’homme s’intéresse surtout à son semblable, et, dès qu’a commencé l’ère des pérégrinations et des voyages, c’est le spectacle des diversités sociales associé à la diversité des lieux qui a piqué son attention ». L’ère des voyages et des pérégrinations commence en 1492 avec les découvertes de nouveaux territoires, aussitôt conquis, et la constitution des empires. De fait, c’est dans les empires, quels qu’ils soient ou aient été, coloniaux ou non, que la diversité est la règle. La diversité de l’Algérie, du Maroc, de l’Egypte, de la Turquie, etc. ont été balayées, en quelques années, par la purification ethnique. La Russie, qui continue tant bien que mal l’immense empire colonial tsariste, puis soviétique, a gardé de cette grandeur enfuie un peu de l’ancienne diversité de l’empire qu’elle a longtemps contrôlé. La diversité se marie à merveille à la tyrannie : tous divers, pourvu que ce soit l’échine courbe et la tête basse. La diversité est la règle, à condition qu’elle fasse allégeance. Il en allait ainsi à Vienne du temps des Habsbourg. Hitler s’accommodait de toutes les diversités, surtout de l’islamique. Le Reich pouvait être divers et varié, aux couleurs de l’arc-en-ciel, à condition qu’il fût sien et sans juif. Il est donc dans l’ordre des choses que la diversité soit le mot d’ordre de la pensée unique, de l’idéologie dominante ou des tout puissants de l’empire pub com media. Les candidats à la servitude volontaire exigent en chœur que la diversité (écrit même divers-cités : ça en jette) devienne l’essence de la France nouvelle, à condition qu’elle soit autre que française ou chrétienne ou gréco-latine ou européenne. Ainsi va le monde. En 1920, la diversité était une richesse coloniale : elle l’est toujours, mais colonies, colons, colonisateurs, colonialismes se sont échangé leurs rôles. C’est toujours une affaire coloniale, mais les colonies ne sont plus en Afrique et les colons ne sont plus les Français. C’est sans doute cela la ruse ou le retournement de l’Histoire.    

 

De tous les lexicographes, les rédacteurs du Trésor de la Langue française sont les seuls à noter que le sens latin s’est maintenu en français : « caractère de ce qui est opposé, contradictoire ». Les synonymes en sont « divergence » ou « opposition ». Chez Maine de Biran, diversité a pour synonyme contrariété : « cette diversité ou contrariété des besoins ». Maine de Biran n’écrivait pas cela au XIIe siècle, mais au début du XIXe siècle : en 1816 exactement. Le philosophe Maurice Blondel illustre en 1893 ce sens, tenu à tort pour vieilli, par cette phrase : « par l’action s’entretient donc et se resserre l’unité du mécanisme vital, qui, formé d’un assemblage de parties, n’a de cohésion que par le concert idéal des fonctions ; par elle, la diversité des tendances antagonistes, sans être abolie, se fond en un accord au moins passager ». En latin, diversus, du verbe divertere (« se détourner, se séparer, divorcer, être différent »), dont dérive diversitas, est relevé dans le Dictionnaire Latin Français de Gaffiot avec deux sens : « à l’opposé d’un point » et « allant dans des directions opposées ou diverses ». Le nom diversitas a pour premier sens « divergence » ou « contradiction » et pour second sens « variété » ou « différence ». Or seul ce second sens est relevé dans le DAF et par Littré. Est-ce pour ne pas jeter la suspicion sur la diversité et ne pas ébrécher la belle statue pittoresque et coloniale qui en est sculptée que les auteurs de dictionnaires oublient le premier sens de ce nom, le plus ancien, celui du latin, à savoir « contradiction, divergence, contrariété », sens qui est attesté en français et que relèvent les auteurs du Trésor de la langue française ?

La diversité cache la guerre de tous contre tous. Des religions, des coutumes, des mœurs incompatibles ou situées à l’opposé les unes des autres, qui ont été importées de très loin pour coexister artificiellement sur un territoire exigu, lequel n’est pas le canton d’un empire colonial, sont les germes de haines inexpiables et de conflits sans fin. Voilà ce à quoi va aboutir la diversité obligatoire de MM de Hollande et Ayrault de Saint-Herblain. Il est vrai que leurs électeurs sont majoritairement des divers ou des issus de la diversité : imams, grenouilles de mosquées, (grands) frères musulmans fanatiques, et que la diversité leur permet de remercier ceux dont ils sont les obligés. Ils paient leur dette. Il n’y a pas d’imams ou d’électeurs du FIS, de PJD, d’En-nahda, des Frères musulmans, de Ouattara, de Gül, d’Erdogan ou de Wade, etc. établis en France depuis trente ans, qui ne croient qu’ils ont installé à l’Elysée le conseiller général de Tulle pour qu’il les couvre de privilèges. Il leur faut à tous et immédiatement des postes, des places, des sinécures, des emplois, des fonctions, des retraites dorées, des compensations, etc. pour leurs enfants et pour la tribu, le clan, la parentèle, les affidés, les coreligionnaires, etc., quels que soient leurs mérites et leurs talents, fussent-ils nuls. Il n’y en a que pour eux, leur temps est arrivé, etc. 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

"" LA """ diversité ( laquelle ??? )

être corse , mosellan , savoisien , picard
n'est pas divers , compte pour roupie de sansonnet
la diversité des provinces françaises ne compte pas
voire est même mauvaise
( 1793 extermination des vendéens )

être italien immigré , espagnol immigré , polak , yddish ,kabyles sépharades etc..
parmi les dix millions au bas mot venus en un siècle
participer à l'épuisement accéléré des ressources
de France ( mines sols terres bois etc..) ne compte pas ( ne compte plus ) n'est pas de la " bonne "
diversité
-----------
seule est diverse LA " bonne " diversité , la " vraie , la pure " ( celle dont le but est d'éliminer la mauvaise )

-
rital , espingoins , portos , bougnoles ( sic )
norvégienne ménopausée ( et pré-Alzheimer ) ignare en biologie - écologie -économie - physique - histoire

tous ceux-ci étaient de LA bonne diversité pour les fous des FAUX verts VRAIS bobos , escrocs démagos
-----
ça en jeTTE Deux t ?


-----

Écrit par : Amédée | 02 juin 2012

Origine
je mangeais, ce midi une bonne pomme Pink Lady
( j'ai beaucoup augmenté ma conso de pommes fruit français excellent )
une pomme par jour éloigne le docteur
j'ai quasi totalement cessé d'ingurgiter des merd.. lointaines oranges , bananes etc... venant de 2000 ou 20 000 kilomètres , bourrées de chlordécone DDT et autres cochonneries
sur le paquet mon regard a été attiré par les mots suivants
Origine France
Ursprung Frankreich

j'ai repensé à ce mot en notant que l'allemand exprime bien ce sens d'origine par cette notion de Saut
sauter , venir de sprung , springen
-
j'ai toujours trouvé aussi que le mot Frankreich désigne mieux " CE " [ NE PLUS DIRE Notre ) pays
que France , avec le sens plus originel de
reich royaume des Francs saliens
---
je notais qu' un Bac+M....
confondait Intact & Intègre
utilisant intègre , intégrité pour dire = intact
interrogé par moi , il était incapable de voir la différence de sens et d'ursprung
--
et bien sûr , incapable de connaître l'étymologie
In tangere & IN teger
-
REDRESSEMENT
PRODUCTIF Kézaco ?
-
Mr monte et bourre ( Audrey ) va-t-il
redresser le pays ou simplement son membre

- Mr Monte et bourre , qui n'a jamais risqué un seul kopeck de sa propre poche
petit avocaillon réfugié en politique , comme moults
clones du barreau et qui n'a jamais créé une seule entreprise industrielle ni pris aucun risque en son nom personnel
va donc REDRESSER !!!
--

Écrit par : Amédée | 02 juin 2012

NOUVEAU dictionnaire


Dico de mise pendant toute fièvre électorale qui se propage en France :

quelques exemples de la novlangue (nouvelle langue; ou langue de bois)

… On ne dit plus clandestin mais candidat à l’immigration (Figaro)

… On ne dit plus gitans, rôdeurs, Monte en l’air, mais gens du voyage (Tous les médias).

… On ne dit plus clandestin, immigré illégal, ni même sans-papiers, mais privés de papiers (La Dépêche)

… On ne dit plus quartier à majorité immigrée mais quartier populaire (Tous les médias)

… On ne dit plus crimes, agressions, violences, mais plutôt actes de délinquance ou incivilités et encore mieux bêtises(Le Parisien) ou faux-pas (France 2). Récent : les inconduites (CNRS)

… On ne dit plus émeutes ou guerre des gangs mais incidents (Partout)

… On ne dit plus immigration mais mobilité européenne (Frattini, commissaire européen)

… On ne dit plus bandes mais identités de quartier (LCI.fr)

… On ne dit plus Des bandes de noirs et d’arabes mais Des jeunes qui se regroupent souvent sur des considérations ethniques

… On ne dit plus enfants d’immigrés mais enfants issus de familles d’éducations éloignées

… On ne dit plus attraper les voleurs mais lutter contre les délits d’appropriation. (Midi Libre)

… On ne dit plus des vauriens font des graffitis mais des graffeurs habillent la ville de couleurs

… On ne dit plus un voyou notoire mais un individu connu de la police

… On ne dit plus mosquée mais centre culturel et religieux

… On ne dit plus fusillade mais bagarre par balles (TF1)

… On ne dit plus invasion mais excès d’immigration (Claude Guéant, notre ministre de l’intérieur)

MAIS SURTOUT…On ne dit plus

un Français attaché à son Pays, à sa Culture, à ses Traditions et fier de son Drapeau, mais un Raciste!!



---------------



-

Écrit par : Amédée | 02 juin 2012

La diversité ? N'est ce pas ce qui nous enrichit de "faits divers" ?

Écrit par : NeverMore | 12 juin 2012

Les commentaires sont fermés.