Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 août 2012

Terrorisme


 

 

Le mot terrorisme est attesté en 1794 et il désigne la « doctrine des partisans de la Terreur » en 1793 et 1794. Le phénomène est spécifique de la prétendue Révolution – « française », hélas, car si l’on peut contester que ce qui s’est passé entre 1792 et 1815 ait été une révolution, puisque les révolutionnaires n’ont fait qu’achever le processus de centralisation administrative commencé par la monarchie de droit divin au XVIIe siècle, on ne peut pas contester que ces événements aient été « français ». Ce n’est pas seulement une « doctrine », c’est aussi un mode de gouvernement, fait de « mesures d'exception pour maintenir un gouvernement, s'emparer du pouvoir, atteindre un but politique ».            

C’est ainsi que les auteurs de dictionnaires définissent le mot terrorisme, et cela dès 1798 (cinquième édition du Dictionnaire de l’Académie française : « système, régime de la terreur ») chez Barré (Complément au DAF, 1842) et chez Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77) : « système de la terreur, pendant la Révolution française ». C’est aussi la définition qu’en donnent les auteurs du Trésor de la langue française (1971-94) : « politique de terreur pratiquée pendant la Révolution », lesquels font de cette définition une définition historique, donc close. Hors de cette période de l’histoire, c’est « l’emploi systématique par un pouvoir ou par un gouvernement de mesures d’exception et/ou de la violence pour atteindre un but politique » et surtout, c’est, entendu dans un sens atténué ou dégradé « l’ensemble des actes de violence qu'une organisation politique exécute dans le but de désorganiser la société existante et de créer un climat d'insécurité tel que la prise du pouvoir soit possible ». De fait, le terrorisme n’étant plus spécifique de la France ou n’étant plus propre à une période de l’histoire, il peut désigner un peu n’importe quoi, même le prétendu terrorisme intellectuel, celui dont Sartre aurait été la victime.

En fait, c’est au XIXe siècle que les progressistes (prétendus, vrais ou faux), les révolutionnaires (en herbe ou de pacotille) et, plus généralement, tous les républicains se sont évertués à effacer le lien consubstantiel entre terrorisme et Révolution française. Il fallait nettoyer cette Révolution des taches qui la souillaient. C’est l’entreprise à laquelle s’adonne l’instituteur et lexicographe Pierre Larousse dans son Grand (et très engagé) Dictionnaire du 19e siècle. Pour lui, le terrorisme est un « régime de terreur politique » certes, mais qui n’a ni racine, ni origine, et qui n’est pas propre à la France. D’ailleurs dans l’exemple qui illustre cette définition, objectivement très sommaire, surtout dans un dictionnaire qui tient d’une encyclopédie, le terrorisme est renvoyé à un parti polonais dont les militants luttaient pour l’indépendance de leur pays, celui-ci ayant été dépecé et partagé entre les grandes puissances impériales du XIXe siècle, Russie, Prusse, Autriche. « Le gouvernement prussien se crut obligé de prendre des mesures énergiques contre le terrorisme du parti d’action polonais ». Le terrorisme n’est plus une affaire française ; ce n’est même plus l’affaire d’un Etat, mais de citoyens qui s’assemblent pour arracher à un Etat étranger leur liberté. Ou encore, dans cet exemple qui illustre le sens du verbe terroriser (« tenir sous un régime de terreur »), la terreur n’émane pas de l’Etat, ni d’un gouvernement, mais de l’Eglise (évidemment) qui fait un excellent bouc émissaire : « L’Inquisition terrorisait le pays » (le pays des chimères, sans doute).  

La manipulation de l’histoire est plus flagrante encore dans l’article consacré à terroriste, au sens de « partisan ou agent du terrorisme », sens illustré par cet exemple qui tient de la plaisanterie de potache ou de l’hagiographie : « les terroristes de 93 étaient d’une bénignité de mœurs extraordinaire ». Ils ont fait tuer et massacrer des dizaines de milliers (et même des centaines de milliers, en incluant les paysans de l’Ouest de la France) de citoyens innocents, et ils auraient eu des « mœurs » extraordinairement « bénignes ». Ils tuent plus férocement que des loups et ce sont des agneaux. Comprenne qui pourra. Cet article sinistre est suivi d’un bref exposé à prétentions « encyclopédiques », dans lequel les terroristes ne sont plus ceux qui ont « gouverné » la France par la terreur en 1793 et 1794, mais ceux qui, quelques mois après le 9 thermidor, c’est-à-dire après la chute de Robespierre, ont été emprisonnés et égorgés dans les prisons par des hordes de royalistes ivres de vengeance. Libérés bientôt pour ne pas mettre la « République » en danger, ces survivants se sont illustrés ensuite par leur patriotisme. La conclusion de M. Larousse, qui tient l’histoire pour un tour de passe-passe ou de l’escamotage magique, est lumineuse : « Là finit la dénomination de terroriste, qui fut remplacée, sous le Directoire, par celle d’anarchiste ». Le terroriste a imposé la République par la terreur ; il est désormais l’ennemi de la République. Voilà pourquoi la République est muette.

 

 

Commentaires

1 " mois sacré """"

avez vous remarqué l'apparition de plus en plus fréquente par les journaleux collabos
des expressions
a )LE mois sacré ( sacré ou CON sacré ? )
b) mois sacré du ramadan
c ) mois sacré du ramadhan avec un H
le mot progressivement est rearabisé avec un H pour mieux faire muslim
d )LE mois sacré comme s'il était donc OFFICIEL
dans la ripoublique RPR-UMP-PS Sarkollande

e ) LE comme s'il n' y en avait qu'UN seul
Aucune autre religion n'existant ou n'ayant une période sacrée
f ) d'ailleurs Pâques ou Noel n'ont quasiment jamais droit à l'adjectif complémentaire renforçateur " sacré "
g ) LE mois comme si CE mois était une évidence pour tout " vivant en France "
( ne plus utiliser : français )
Un couple a été placé en garde à vue à Aigues-Mortes (Gard) après l’agression d’un groupe de jeunes qui fêtaient le ramadan, selon une information d’RTL.

Selon la radio, un homme, accompagné de sa femme, serait venu une première fois proférer des insultes à caractère raciale envers des jeunes réunis pour fêter le mois sacré sur le parking d’une supérette. Selon la version du gardé à vue, les individus lui aurait entravé le passage ce que l’enquête ne confirme pas à ce stade, précise RTL
------------
2 ) REGROUPEMENT ( familial )
grande traîtrise des saloperies Chirac Ziscard
( sans destin )
mais "" regroupement " que dans UN seul sens
direction France en cours d'être ruinée par ces ordures élues par les merdes
il faudrait inventer ( je le fais ) le mot
RUINAISON
il y a la fenaison , la moisson
et la période de Ruinaison

3 ) ASL
Armée Syrienne Libre
a ) est-ce une armée sens de ce mot
b ) Syrienne ????
avec organisation par les saloperies mercenaires françaises de la DGSE , conseillers spéciaux
avec salafistes , islamistes venus de Libye
mercenaires et troupes des Saoud et du Qatar etc...
c ) Libre ??? ( sous influence salafiste et avec but final d'exterminer chrétiens et alaouites et chiites )
et toutes les saloperies journalopes de répéter ces trois lettres
------------
4 Nazi dès 1944 1945 les traîtres Communistes et leurs alliés de fausse droite ' Gaullistes ' ont immédiatement à inculquer au bétail que les nazis étaient
de droite
d'extrême droite
de droite extrême ( la ligne 2 ne suffit plus)
bientôt = d'extrême-droite-extrême ????
et que c'est les cathos et le pape qui étaient des monstres collabos et exterminateurs

une des plus escroqueries historiques
est la reprise en langue française du terme NA ZI
avec le NA en premier , faisant comprendre à tout francophone qu'il s'agit de NAtionalistes ( donc monstrueux ) le ZI n'a aucun sens pour le vulgum du bétail moyen
il serait intéressant de " sonder" un échantillon
d'admis au bac sur le sens complet du mot
--

Hors pour traduire vraiment en français il aurait fallu traduire en ZI NA ( ou mieux SOZI NA )
l'Allemand met la primeur sur le deuxième mot et c'est bien NAzional soZIalismus avec primauté de
soZIalismus qu'exprime ce mot en allemand

pour en bien rendre le sens vrai
il aurait donc fallu inverser en français
( ce que je fais toujours ) en disant
SOCIALISTE national
les cocos-et gogo-gaullistes n'avaient pas trop intérêt à une juste traduction
----

Écrit par : amédée | 12 août 2012

Bonjour,

J'ai passé un bon moment à lire vos billets. Je ne parviens cependant pas à trouver l'index alphabétique de tous les termes que vous avez commentés. Je suis un peu obligé de remonter l'ordre chronologique de toutes vos publications. Il manque peut-être une rubrique "recherche" pour faciliter la navigation sur votre blog. Cela reste un détail, continuez à écrire et à informer !

Écrit par : Hadrien | 20 août 2012

Les commentaires sont fermés.