Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 juin 2013

Mon Dieu, quelle langue parlent-ils ?

 

 

Minimaliste

 

 

Le journal très bien pensant (pas d’affolement, pensant est incongru) Le Monde annonce, dans un articulet mis en « ligne » le premier juin 2013 à 9 heures 58, que « pour l’Elysée et le gouvernement, les vacances d’été seront minimalistes ». Cette phrase peut avoir deux ou trois significations différentes. Elle se traduit ainsi, dans la probable version gouvernementale du sens : ce ne sont pas les vacances de tous les Français qui seront réduites au minimum (encore que ce « malheur » leur pende au nez), mais celles du seul président et des seuls ministres. Dans l’article, il est indiqué ceci : « Les vacances, cette année, seront minimalistes, dit un conseiller. Seuls un ou deux conseils des ministres aoûtiens devraient être rayés de l’agenda ». Ce sabir étant difficile à entendre, il faut donc le traduire. Voici ce que cela donne. En août, devraient avoir lieu quatre conseils des ministres, puisqu’il y a quatre mercredis dans ce mois-là (les 7, 14, 21, 28 août). Il ne s’en tiendra pas quatre, mais deux ou trois, comme les années précédentes depuis les débuts de la Ve République, à moins que la durée de chacun de ces conseils ne soit réduite au minimum. Le changement, ce n’est donc pas maintenant.  

Pourtant, en dépit de ces nécessaires commentaires, les choses restent obscures, en particulier à cause de minimaliste. Les académiciens (DAF, neuvième édition, en cours de publication depuis 1994) établissent que minimaliste, adjectif ou nom qui n’était pas dans les éditions antérieures, de 1694 à 1935, a trois sens. Dans la langue de la théologie, c’est, en parlant de théories ou de courants ou de thèses, ce « qui tend à réduire le plus possible le nombre et la portée des articles fondamentaux qu’une Eglise propose à la foi des fidèles ». Cette théologie est, cela va sans dire, catholique ou chrétienne. En islam, elle est maximaliste. Quoi qu’il en soit, ce premier sens ne peut pas s’appliquer aux « vacances d’été », qu’elles soient des Français ou du gouvernement, sauf à croire que M. de Hollande est près de se suicider en annonçant une réduction importante de la durée des congés payés (cela ne saurait tarder pourtant). Le deuxième sens est glosé ainsi dans le DAF : « se dit, par opposition à maximaliste, et particulièrement dans le domaine de l'action politique, d'une personne qui se refuse aux solutions extrêmes, qui, par des prétentions ou des exigences réduites, favorise le compromis ». Les solutions extrêmes commencent à poindre certes, mais cela ne concerne en rien les ministres. En conséquence, ce sens ne peut pas expliquer les vacances minimalistes. Enfin, minimaliste signifie, en tant que terme propre aux Beaux-arts, « qui est relatif à l’art minimal ». Ainsi, d’Albers, le peintre des carrés jaunes, on peut dire qu’il est un artiste minimaliste et même un théoricien du minimalisme en peinture – seulement en peinture, pas dans les vacances des Français.

Il s’avère qu’à l’Elysée et au Monde, on écrit et on parle petit-nègre et que ce sabir doit être traduit pour devenir intelligible. Mais, dans ces hauts lieux de la langue malmenée, on ne se contente pas de cela. Pour faire savant, on recourt aussi à des termes de la théologie ou des Beaux-arts ou de l’idéologie. Minimaliste fournit un exemple éloquent de ce que signifie parler pour ne rien dire. Les ministres vont réduire la durée de leurs vacances, non pas la durée de leurs vacances de ministres, mais la durée de leurs vacances de citoyens lambda, car, pour les ministres, il n’y a pas de congés payés, pas de convention collective, pas de 35 heures, pas de limite du temps de travail, pas de pause-déjeuner, etc. et ce n’est pas M. de Montebourg qui va fonder un syndicat de ministres pour aligner la vie des ministres sur celle des Français. En bref, ce qu’annoncent le gouvernement, Le Monde, l’Elysée, les conseillers, etc., c’est que tout est semblable à ce qui a été, pareil au même, identique à ce qui sera, et que rien ne change sous le soleil de Satan, c’est-à-dire d’Allah. El hamdou loland.

 

Les commentaires sont fermés.