Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 juin 2013

Les efforts écrasants selon M. Ayrault de Saint-Herblain

 

 

 

 

Selon Féraud (Dictionnaire critique de la langue française, 1788), écrasant, employé comme un adjectif, était, à la fin du XVIIIe siècle, un « néologisme ». De fait, le mot n’est enregistré dans le Dictionnaire de l’Académie française qu’à compter de 1842 (le Supplément de Barré) et de 1879 (septième édition). Féraud n’en glose pas le sens, qu’il tient sans doute pour une extension du verbe écraser. Il se contente d’en illustrer l’emploi de cet exemple : « Cette somme modique (de trente mille ducats), qu’un seul marchand aurait pu fournir quelques années auparavant, parut alors écrasante pour la ville entière (de Milan) ». A ce sens propre « qui écrase », Barré, un demi-siècle plus tard, ajoute un sens figuré : « qui étourdit, qui humilie » (exemple : « l’insolence de la politesse froide, dit le prince de Ligne, est cent fois plus écrasante que la hauteur »). Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77) expose ces deux sens, « qui écrase » (« en termes de guerre, forces écrasantes, forces de beaucoup supérieures ») et « qui étourdit, qui humilie » (« le ridicule est d’un poids écrasant chez la nation qui aime le plus à rire en Europe »). Tandis que les académiciens en 1879 se contentent du seul sens propre relevé par Littré : « en termes de guerre, forces écrasantes, forces très supérieures », en 1935, ils indiquent les deux emplois : « dont le poids est tel qu’il peut écraser » (une charge écrasante) et au figuré, « une preuve écrasante ; le poids écrasant des affaires ».

Dans l’ancienne France, personne n’étant écrasé, personne ne se sentait écrasé, quoi qu’on en ait pu dire ultérieurement, comme s’il fallait absolument accabler rétrospectivement les Français d’avant en leur infligeant anachroniquement les tares de la France « moderne ». En revanche, s’il fallait caractériser la modernité, celle qui rend si fiers d’eux-mêmes les imbéciles, de quelques adjectifs, l’un des plus justes serait écrasant. Les dictionnaires gardent la trace de ces écrasements innombrables, et pas seulement « en termes de guerre ». L’entrée consacrée à écrasant est cinq ou six fois plus longue dans le Trésor de la langue française (1971-94) qu’elle ne l’est chez Littré et beaucoup plus longue dans la neuvième édition du Dictionnaire de l’Académie française (en cours de publication depuis 1994) que dans celle de 1879. Le sens propre (« qui exerce une forte pression, qui peut écraser ») comme dans poids, masse, fardeau, choc écrasant(e) est tenu pour « rare » dans le TLF. Les seuls emplois qui s’étendent à toutes les réalités sont figurés : les impôts, la chaleur, la lumière, le sommeil, le soleil peuvent être qualifiés d’écrasants ; le mépris aussi, ainsi que l’amour, le poids des mots, la hauteur des montagnes, un spectacle grandiose, un gratte-ciel, le score, la supériorité, le succès, la victoire, la majorité, les dépenses, les fonctions exercées, les arguments, etc. A la fin du XVIIIe siècle, écrasant était un mot nouveau à l’emploi très restreint ; depuis le milieu du XXe siècle, il n’est rien qui ne puisse être écrasant.

M. Ayrault de Saint-Herblain, ce génial logothète, a étendu à de nouvelles réalités l’emploi d’écrasant. Au sujet de la réforme des retraites, il a solennellement déclaré, de ce ton suffisant qu’affectionnent tous les Monsieur Prudhomme de la politique, ceux qui enfoncent des portes ouvertes et enfilent les perles, les clichés et les évidences avec la componction des pénitents qui portent le Saint Sacrement, que les efforts à faire ne seront pas écrasants. C’est un emploi étrange. Ce ne sont pas les efforts qui peuvent être qualifiés d’écrasants, sauf à penser que M. le Premier Ministre de l’An II de la Restauration socialiste entend ce mot au sens de « charges ». D’ailleurs, comme tout cela sera couronné par une diminution des revenus, sauf pour les nantis, les politiciens et leurs clients, c’est un allègement que constateront les Français, à l’exception de la clientèle, qui est, comme la smala d’Abdel Kader, avide et innombrable. Le fardeau prétendument écrasant sera d’abord une réduction ou une soustraction.

Quant à M. Ayrault de Saint-Herblain, parlant pour lui et de son cas personnel, cette réforme sera moins qu’une charge très légère. Agé de 63 ans, il jouit de sa pension d’enseignant que l’on imagine élevée, à force de promotions hors-classe dont il a bénéficié grâce à ses relations, de celle de son épouse ; il jouit de sa pension de député, l’une des plus scandaleusement avantageuses qui soient (député pendant 26 ans, voilà qui rapporte gros, plus qu’au loto) et qu’il n’entend surtout pas ramener à la loi commune ; il jouit aussi de sa pension d’élu local. En plus de cela, il y a le traitement de ministre, sans parler de la vie qu’il mène depuis près de trois décennies « tous frais payés », même une partie des frais de bouche. Autrement dit, il ne court pas le risque de voir ses revenus diminuer, fût-ce d’un euro : même pas de quelques centimes. L’écrasement, ce sera pour les autres. C’est d’ailleurs ce à quoi sert une carrière politique : on préserve ses intérêts personnels et ceux de la famille, on les fait prospérer, on les multiplie et on en multiplie les bénéficiaires, on case ses enfants dans des sinécures, et pour payer tout ça, on demande aux autres, les pauvres, les ploucs, ceux qui travaillent ou qui ont beaucoup travaillé, de nouvelles charges qui, elles, vont être écrasantes au point de finir par les écraser.

 

 

Les commentaires sont fermés.