Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 juillet 2013

Décryptage des discours de ministre

 

 

 Inacceptable, intolérable, insupportable, etc.

 

 

Si l'on devait résumer par un mot la « pensée » politique de M. de Hollande et de ses ministres (pas de panique : c'est le degré zéro de la pensée, zéro ou en-dessous de zéro, et même jusqu'au zéro absolu), ce serait inacceptable, intolérable, insupportable, etc. ou tout autre adjectif formé à partir du même schéma : préfixe « in » de sens négatif + verbe transitif + suffixe – able (ou – ible), ce dernier signifiant à la fois la potentialité (ou la capacité) et le passif. Inacceptable, c'est ce « qui ne peut pas pas être accepté », intolérable « qui ne peut pas être toléré », insupportable « qui ne peut pas être supporté (au sens d'enduré) ».

Ces adjectifs sont les oriflammes du Socialisme, restauré le 6 mai 2012 avec son cortège habituel de langue de béton armé, de falsification des faits, de désinformation, de petites blagues, de répression sauvage, de censure, de bêtise immonde, de saloperies mafieuses, de vol d'argent public, etc. Le monstre pense par formes négatives. Il est « in », non pas au sens où il est dans le vent ou tendance, mais dans le sens négatif du préfixe : il nie et comme tout négation est une dénégation, il dénie. Le Socialisme restauré, c'est le déni de réel, le négationnisme, la négation de ce qui est et qui revient à affirmer que ce qui est n'est pas, que nous voyons ce que nous ne devrions pas voir et que le réel est invisible ou qu'il n'est visible que par quelques grands prêtres assermentés par l'Elysée.

Accepter, c'est dire oui et dire oui à quelque chose d'agréable : un cadeau, une invitation,. Tolérer ou être tolérant, c'est le summum du vertuisme. Supporter au sens d'endurer, c'est une preuve de grandeur d'âme. Ces sens positifs sont contraires au « in » négatif. La négation est à la fois un oxymore et un paroxysme. Entre le sens négatif du préfixe et le sens positif des verbes se creuse un abîme, qui ne sera jamais franchi ni comblé. D'un ministre, on attend qu'il dise « non » et non pas qu'il se répande dans les médias pour affirmer qu'il est impossible de dire oui. De dire non à dire que l'on ne peut pas opiner, s'étendent les sables mouvants de l'inconscient et les marais putrides de la mauvaise conscience. Les grands principes interdisent aux ministres d'opiner au racisme et au nazisme islamiques; d'ailleurs tout les en protège (privilèges, avantages exorbitants, argent qui coule à flots dans leurs comptes, beaux quartiers où ils résident, les policiers à leur service, etc.), mais les citoyens lambda ou « de souche » sont contraints, par des rapports de force en leur défaveur, à tout accepter, à tout tolérer, à tout endurer, lapidations, vols, blessés détroussés, policiers, pompiers, ambulanciers attaqués, etc.

Inacceptable se traduit donc ainsi : certes, les citoyens vivent dans l'enfer, mais qu'ils ne comptent pas sur M. de Hollande et ses ministres pour faire cesser cet enfer.

 

 

Les commentaires sont fermés.