Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 décembre 2013

Inclusion

 

 

 

            L’inclusion est un concept tout nouveau, produit dans les chaudrons de sorcières de Matignon et mis en vente (mais pas encore en solde) par un conseiller de cet Hôtel et de l’Etat, missionné par le chef du gouvernement. C’est un des nombreux avortons de M. Ayrault de Saint-Herblain, chef de la bannière socialiste du canton de Saint-Philbert de Grand-Lieu (sic), arrondissement de Nantes.

Tous les media à la botte s’en repaissent, comme ailleurs les vrais croyants ânonnent leur Allah akbar : « Inclusion, inclusion, inclusion, el hamdou li Allah ». Il est aisé de s’en gargariser, mais malaisé d’en établir le sens. Evidemment, ce qui saute aux yeux, c’est l’antonyme exclusion. L’inclusion est donc (mais en théorie) le contraire de l’exclusion, bannie de la République par la fameuse loi de Dame Aubry de Lille et de l’Or, des Trente-Cinq Heures et des Piscines homosexuelles (comprendre : réservées à un seul et même sexe, toujours le même, le sexe islamique). Comme personne ne sait ce qu’est l’exclusion ou comme l’exclusion est tout ce qui n’est pas inclusion, on est immédiatement à quia pour ce qui est de comprendre l’inclusion. Elle est le contraire de l’exclusion ! Et l’exclusion ? Le contraire de l’inclusion ! Il fallait y penser. M. Ayrault de Saint-Herblain n’est pas un serpent qui se mord la queue (encore que…), mais un penseur sachant penser sans son maître Hollande.  

            Trêve de plaisanteries ! Comme souvent en pareil cas, c’est la connaissance que l’on peut avoir de la langue (et il est aisé de s’en donner les moyens) qui établit le véritable sens, le sens caché ou impensé d’inclusion. Que les lecteurs s’accrochent à leur chaise ! Ils vont aller d’étonnements en surprises et vice-versa…    

 

            Le mot inclusion est emprunté du latin, langue dans laquelle il signifie « enfermement ». La France est censée être le pays des hommes libres ; et voilà qu’un chef de gouvernement et ses sbires leur imposent comme nouvel « horizon » (« indépassable », cela va de soi) un concept qui a pour sens fondamental « enfermement ». Dans la langue de l’Eglise, c’était la réclusion d’un ermite : mais la réclusion relevait du seul libre arbitre de l’ermite. L’enfermement du duo éro-tuo n’est pas une liberté, mais une sanction. L’intention cachée des sbires à Ayrault est-elle de transformer la France en une vaste prison et les Français en pénitents bagnards ?

            Les académiciens n’enregistrent ce mot qu’à partir de la neuvième édition de leur dictionnaire, celle qui est en cours de publication depuis 1994. Longtemps, ils se sont fait une certaine idée de la France et ils n’ont pas voulu y associer l’enfermement ou quelque autre monstruosité. Littré, en revanche, n’a pas ces scrupules. Dans le Dictionnaire de la langue française (1863-77), il relève inclusion comme un « terme de tératologie », la tératologie étant la science qui étudie les monstres. Que les tératologues prennent dare-dare pour objet d’étude Ayrault, Tuot et leurs sbires, ils vont avoir de quoi faire pendant plus d’un siècle. La « monstruosité par inclusion » est celle, écrit Littré, « dans laquelle un ou plusieurs organes d’un fœtus sont enfermés dans le corps d’un autre individu ». Tuot est-il enfermé par inclusion dans Ayrault, ou inversement ? Et ces deux sbires (et leurs innombrables acolytes en sciences sociales) sont-ils enfermés par inclusion dans Hollande ?  

            Il ne faudrait pas croire que le sens tératologique d’inclusion soit caduc : il appartient toujours à notre présent (la preuve : le duo éro-tuo), comme l’attestent les dictionnaires. Les lexicographes du Trésor de la Langue française (1971-94) illustrent le sens de « présence d’un corps étranger dans un ensemble homogène auquel il n’appartient pas » par ces emplois en biologie (« corpuscules extrêmement petits qui se rencontrent, à l’état normal, dans le cytoplasma de leucocytes neutrophiles ; leur nombre augmente sensiblement en présence de certaines maladies »), métallurgie (« élément étranger appartenant à un métal ou un alliage dont la présence est due soit à une réaction chimique naturelle au cours de son élaboration, soit à la présence d'un agent étranger durant la coulée ou le moulage »), en minéralogie (« corps solide, liquide ou gazeux d’une nature différente de l’ensemble dans lequel il se trouve renfermé »), médecine (« monstruosité consistant en la présence d’un fœtus à l’intérieur d’un autre fœtus jumeau, due, selon certains auteurs, à la fécondation d’un seul ovule par deux spermatozoïdes ou, selon d’autres, à l’emboîtement d’un ovule fécondé dans un autre ovule fécondé »).

            On ne va pas baisser le rideau sur ces belles choses. Remettons-en une couche extraite de la neuvième édition du Dictionnaire de l’Académie française : « Présence d’un corps hétérogène à l’intérieur d’un milieu donné et, par métonymie, ce corps lui-même ; inclusion fœtale anomalie due à la présence d’un reste de fœtus à l’intérieur d’un fœtus jumeau ; petit élément hétérogène qui, enfermé dans un métal ou un alliage, peut en altérer les propriétés ».

            Avec l’inclusion, on n’est pas dans la science politique, encore moins dans l’art de gouverner, mais dans la plus barbare et la plus sauvage des tératologies, celle que des monstres veulent transformer en fondement de la France nouvelle, la France d’après, la France sans les Français, la France de l’inclusion fœtale.   

 

Les commentaires sont fermés.