Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 décembre 2013

Inversion

 

Encore un mot de M. de Hollande et de ses porte-serviette.

Inversion, emprunté du latin, est attesté dans la langue française ca 1530. Pendant plus de quatre siècles, il a conservé le même sens, celui qu’il avait en latin, à savoir le sens familier à ceux qui ont quelques lumières en grammaire : la célèbre « inversion du sujet », le sujet du verbe évidemment, pas celui du cogito cartésien. C’est le seul sens que les auteurs de dictionnaires enregistrent jusqu’au milieu du XIXe siècle : « (terme de grammaire) transposition, changement de l’ordre dans lequel les mots ont accoutumé d’être rangés dans le discours ordinaire » (Dictionnaire de l’Académie française, 1694). D’une édition à l’autre de ce dictionnaire, la définition se répète quasiment inchangée : « Modification de l’ordre habituel des mots dans une proposition, une phrase » (neuvième édition, en cours de publication).

Dans les emplois qu’en fait M. de Hollande, l’inversion ne se rapporte pas au sujet du verbe, mais à la « courbe » du chômage, c’est-à-dire à une ligne continue définie par une abscisse et une ordonnée et qui est censée représenter l’évolution du chômage. Le chômage ne cessant de croître depuis 1981, M. de Hollande espère l’obliger à décroître. C’est ce à quoi il s’évertue, bien qu’il n’ait ni autre sésame ouvre-toi, ni autre formule magique que ceux de ses prédécesseurs socialistes, à savoir augmenter quasiment à l’infini le nombre des ayants-droit. En la matière, c’est un expert. Pendant plus de trente ans, de 1981 à 2012, il a suivi cette antique loi des parasites : vivre sur le pays ou prospérer sans jamais travailler grâce au travail des autres. S’il échoue, ce qui ne manquera pas d’arriver, sauf à tuer le pays, il lui restera quelques expédients : tronquer les chiffres, ne compter comme chômeurs que ceux qui se font inscrire dans les registres de chômage et, en dernier recours, présenter les graphiques tête-bêche, le bas en haut et inversement… Ainsi, l’inversion de la courbe sera effective.

Cette inversion attendue, espérée, souhaitée, annoncée, différée, etc. n’est que propagande dont l’écume est rapidement dissipée par un examen de la langue elle-même. Ce que nous apprennent les auteurs de dictionnaires, c’est que le vrai sens d’inversion n’est pas celui de la vieille grammaire, mais celui de la médecine. Les académiciens l’indiquent clairement dans la huitième édition de leur dictionnaire (1932-35) : « (médecine) anomalie consistant en ce fait qu’un ou plusieurs organes se trouvent du côté du corps opposé à celui qu’ils occupent normalement » (l’utérus par exemple) et « anomalie qui fait qu’un être du sexe masculin a des instincts sexuels féminins ou inversement ». Ce sens est confirmé dans le Trésor de la langue française (1971-94) : « anomalie selon laquelle un organe est situé du côté opposé à celui où il devrait se trouver » ; « mutation expérimentale du sexe au moyen d’hormones » ; « anomalie qui consiste à éprouver l’attrait sexuel pour une personne du même sexe ».

L’inversion est une anomalie qui dénote de profondes perturbations de l’être. Après le mariage pour tous, l’inversion pour tous (et toutes, évidemment). Pour un programme, ça, c’est un programme, qui va faire entrer MM. de Hollande, Ayrault de Saint-Herblain, Sapin et la baronne Taubira du Moroni à l’Académie Vermot, celle de bonne blague. Pour l’éternité et à la meilleure place sur la tribune.  

Commentaires

Mots
http://decadence-europa.over-blog.com/2013/12/mots-decembre.html

ps L'utérus est un mauvais exemple
d'inversion topographique
( étant de localisation médiane , centrale , qu'il s'inverse ou non ne change rien ; c'est comme si l'UMP tournait à "" gooche"" ou le PS à droiuèèètee , rien ne serait changé)


- prendre pour les cas de Situs INVERSUS comme exemple le foie , le rate , le coeur , des organes impairs en nombre et latéralisés

Écrit par : Amédée | 29 décembre 2013

Les commentaires sont fermés.