Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 janvier 2014

Répudier

 

 

 

 

« Je fais savoir que j’ai mis fin à la vie commune que je partageais avec Valérie Trierweiler », a déclaré M. Hollande.

Quelques rares Français ont été étonnés, non pas de la fin de ce sinistre vaudeville (il fallait qu’il cessât), mais des mots employés par M. Hollande. La vie de Mme Treierweiler et de M. Hollande étant « commune » ou supposée commune, bien que tout laissât penser que M. Hollande découchait, et « commune » signifiant qu’elle était propre à l’un et à l’autre – ce qu’indique aussi le verbe partager, qui résonne tel un slogan socialaud, comme il faut écrire maintenant -, on attendait que, d’un commun accord, ils convinssent de mettre fin à leur « couple ». Dans un pays civilisé et de haute culture, fortement ancré dans l’histoire du monde, le communiqué aurait contenu les phrases suivantes : « Mme Trierweiler et M. Hollande font savoir que, d’un commun accord, ils mettent fin à la communauté qu’ils formaient » ou « à la vie commune qu’ils partageaient ».

Le communiqué réel est tout différent. C’est M. Hollande qui fait savoir et c’est lui qui met fin au couple qu’il formait avec Mme Trierweiler. De toute évidence, la décision vient de lui et de lui seul. Dans ces conditions, le verbe « mettre fin à » qu’emploie M. Hollande est impropre ; ou bien c’est un euphémisme qui dissimule une réalité brutale, contraire à la loi et à toute morale, cette réalité ayant pour nom en bon français répudiation.

Répudier est attesté en français dès le XIIIe siècle comme verbe et non pas comme phénomène, puisque les auteurs de dictionnaires illustrent le sens de répudier de cet emploi : « la religion chrétienne défend de répudier sa femme ». Il est vrai que M. Hollande n’a que faire de la religion, sauf si cette religion est l’islam, encore moins de ce qui est chrétien, et n’a jamais eu de « femme » (au sens d’épouse). Les définitions des dictionnaires sont sans ambiguïté. Répudier, c’est « renvoyer sa femme, lui déclarer qu’on fait divorce avec elle » (Dictionnaire de l’Académie française, 1694, 1762, 1798, 1835). Certes, d’une édition à l’autre, la définition perd de sa brutalité : « suivant les formes légales », ajoutent les académiciens en 1798, 1835, 1932, ou encore Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77) : « Renvoyer sa femme suivant les formes légales ». Dans l’affaire de répudiation que subit la malheureuse France, il y a eu des « formes », impérieuses, brutales, discourtoises, mais pas « de formes légales ». Ce fut au bon plaisir du monarque – mérovingien, faut-il préciser, qui transformait épouses et concubines en jouets de ses caprices.    

Les auteurs du Trésor de la langue française (1971-94) distinguent la répudiation du divorce : « dans certaines législations, notamment antiques, renvoyer sa femme par une décision unilatérale selon des formes légales ou coutumières (par opposition au divorce qui suppose une décision de justice) ». Pour que tout soit dit, il faut rappeler l’étymologie, non pas de répudier, qui est emprunté au latin, mais du verbe latin repudiare, formé de « re et de pudere, avoir honte », écrit Littré. Oui, M. Hollande avait honte de Mme Trierweiler. Celle-ci n’a jamais été « la première dame de France », pauvre transposition du first Lady des Américains et statut ou honneur qui n’a pas d’existence dans les lois de la France, mais elle est la première répudiée de France. M. Hollande se tient pour un pacha turc, un cheikh égyptien et un gros musulman bouffi, que la loi islamique autorise à répudier leurs femelles, ce qu’ils ne se privent pas de faire. Il leur suffit de prononcer trois fois en public « je te répudie », ce en quoi M. Hollande ne les a qu’en partie copiés : il s’est contenté d’un seul communiqué.

Mme Trierweiler était un paquet « en souffrance », selon le prof d’hist-géo Falorni. La voilà répudiée. Elle entre dans l’histoire moderne de la France avec le titre de « première répudiée de France ». Les féministes se tiennent coites. Elles tremblent dans leur froc à l’idée d’affronter la Bête immonde. La ministre du droit des femmes et de l’égalité hommes femmes ne moufte pas mot : la répudiation, c’est dans sa culture. Enfin tout ce beau linge est « de gauche » - donc innocent, irresponsable, prétentieux, cupide, etc. Tout lui est naturellement dû, et surtout le « respect ».  Ô la Gauche, que de crimes se dissimulent sous ta probité candide et ton ample manteau blanc !

 

Les commentaires sont fermés.