Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 mars 2014

Stéréotype et stéréotypes

 

 

De plus en plus de pauvres, de plus en plus de sans-abri, de plus en plus de chômeurs, de précaires, d’illettrés, de victimes, d’affamés, de désespérés, de dominés, d’exclus… Face au désastre, que font les socialos ? Ils combattent les stéréotypes, ils luttent contre les stéréotypes, ils se battent contre les stéréotypes. « Mort aux stéréotypes, heraus, ouste, pas de ça chez nous, pas de stéréotypes à l’école, nulle part des stéréotypes ! ».

Il est plaisant de voir les principaux et même seuls pourvoyeurs de stéréotypes en toute chose, dans tout domaine, où que ce soit, à savoir les socialos, les cocos, les écolos, les gauchos, faire la chasse aux stéréotypes. Ils ne se rendent même pas compte qu’ils sont eux-mêmes la cible et la seule cible de leur combat.

Voilà qui justifie que l’on s’attarde sur ce mot récent et moderne, révolutionnaire évidemment, attesté en 1796. Cet enfant des socialos est un terme d’imprimerie et d’abord un adjectif : « adjectif des deux genres » (donc parfaitement socialo) et « terme d’imprimerie », est-il écrit dans le Dictionnaire de l'Académie française (1835), qui « se dit des ouvrages imprimés avec des pages ou planches dont les caractères ne sont pas mobiles (comme les socialos, dirait un humoriste) et que l'on conserve pour de nouveaux tirages ». Longtemps, stéréotype n’a eu d’emploi qu’en imprimerie : « Il se dit des ouvrages imprimés avec des pages ou planches dont les caractères ne sont pas mobiles, et que l'on conserve pour de nouveaux tirages » (Littré, 1863-1877) et « qui est imprimé avec des caractères stéréotypés » (Académie, 1935).

Dans la seconde moitié du XXe siècle, ce nom, qui était déjà « dans le vent » ou « à la mode », mais limité à l’imprimerie, devient vraiment moderne, à partir du moment où les gros consciencieux du social, psychologues et sociologues, se l’ont approprié. C’est devenu une « opinion toute faite » ou une « formule figée » : « Idée, opinion toute faite, acceptée sans réflexion et répétée sans avoir été soumise à un examen critique, par une personne ou un groupe, et qui détermine, à un degré plus ou moins élevé, ses manières de penser, de sentir et d’agir » (Trésor de la langue française, 1971-74). Il n’est pas de définition qui s’ajuste mieux aux « éléments de langage » de Hollande et de sa bande ou aux « discours socialistes ». Ces politiciens sont des stéréotypes ambulants : ça parle en eux, le ça étant l’immonde stéréotype qui sort en reptations lentes de leur bouche.

Les commentaires sont fermés.