Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 avril 2014

Adaptation

 

 

 

Emprunté au latin médiéval, adaptation est attesté au début du XVIe siècle dans le sens « d’ajustement », et cela en parlant de choses. Les académiciens le définissent par le nom application, synonyme au sens incertain, et l’illustrent d’un exemple au sens obscur : « l’adaptation de ce passage est juste » (1694). Dans les éditions suivantes de 1740 à 1835, la définition est fruste : « action d’adapter », c’est-à-dire « d’appliquer, d’ajuster une chose à une autre » (adapter un récipient au chapiteau d’une cornue). Quoi qu’il en soit, pour les académiciens, ce mot « n’est guère en usage » (1762, 1798, 1832-35), ce que répètent Féraud (Dictionnaire critique de la langue française, 1788 : « ce mot est peu usité ») et Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77).

C’est au XXe siècle que se mettent en place les emplois modernes. Le sens « action d’adapter » est illustré dans le Dictionnaire de l’Académie française (1932-35) par ces emplois : « adaptation d’un roman au théâtre ; adaptation d’un ouvrage dramatique à une scène étrangère » et par cet exemple tiré de la science, qui explique le succès d’adaptation au XXe siècle : « en termes de physiologie : l’adaptation d’un organe à ses fonctions ». Les auteurs du Trésor de la langue française (1971-94) renchérissent sur les académiciens. Adaptation est un terme de biologie et le sens biologique est défini en premier dans ce dictionnaire moderne : « appropriation d’un organe ou d’un organisme à l’accomplissement d’une fonction vitale dans des conditions données ». Les exemples qui illustrent ce sens sont tirés d’ouvrages de biologistes, comme Jean Rostand, ou de philosophes professionnels ou du dimanche (Renouvier, Ménard).

Des choses, le mot s’applique aux hommes et, de la biologie, il s’étend à la société, où il en vient à désigner le processus social par excellence. A quoi sert-il de s’indigner contre la sociobiologie si l’on applique sans examen à la société le vocabulaire de la biologie ? Le résultat est explicite : l’homme n’a plus de destinée, sa liberté est sans cesse réduite, il a à s’adapter à la société dans laquelle il est placé, souvent contre son gré. C’est le « processus par lequel un être ou un organe s’adapte naturellement à de nouvelles conditions d’existence ». Pour le géographe Vidal de la Blache, l'adaptation est l'effet du grand processus biologique : « l’adaptation équivaut à une économie d’efforts qui, une fois réalisée, assure à chaque être, à moins de frais, l’accomplissement paisible et régulier de ses fonctions » (1921).

Les philosophes modernes n’étant plus que des spécialistes de sciences sociales, l’adaptation devient le seul horizon qu’ils soient en mesure de penser. C’est « la modification des fonctions psychiques de l’individu qui, sans altérer sa nature, le rendent apte à vivre en harmonie avec les nouvelles données de son milieu ou un nouveau milieu ». En 1946, Mounier écrit ceci : « L’âge adulte est l’âge propre de l’adaptation. Mûrir, c’est trouver sa place dans le monde, l’aménager en renonçant à tous les impossibles, enrichir et assouplir indéfiniment la multiplicité de nos rapports avec le réel. Mais l’accomplissement de l’adaptation est un suicide vital, si l’adaptation joue trop serré ».

            L’adaptation, partie des choses, revient aux choses. En sociologie, c’est, en parlant d’une institution, la « rendre plus conforme à une situation ». Les auteurs du Trésor de la langue française citent les mots auxquels adaptation est fréquemment associé : c’est accommodement, accoutumance, ajustement, changement, concordance, conformation, coordination, déformation, déplacement, habitude, rapport (invariant), régulation, qui forment tous la même facette d’un même horizon social. A qui voudrait expliquer les lois de la « modernité » à des enfants, il suffirait d’exposer les sens du nom adaptation, tel qu’il est défini dans les dictionnaires du XVIIe siècle à aujourd’hui.

            Les académiciens sont moins « idéologisés » que les lexicographes du Trésor de la langue française. Ils ne tiennent pas la société pour l’horizon indépassable de l’homme. Aussi évoquent-ils à peine le sens social d’adaptation, insistant sur le sens de ce nom en biologie : « propriété commune aux êtres vivants d’acquérir ou de développer les organes ou les fonctions qui leur permettent de vivre et de se reproduire dans différents milieux » ou les emplois dans les différents arts : « action de transposer une œuvre pour lui donner une nouvelle destination ; la nouvelle œuvre qui en résulte ; faire l’adaptation d’un roman au théâtre, au cinéma ». Ce qu’ils montrent, c’est qu’il est possible de libérer en partie la langue de la gangue sociale dans laquelle elle s’étiole.

22 avril 2014

Morelle

 

 

Morelle, plante vénéneuse.

 

Dictionnaire de l’Académie française (1835, 1878, 1935) : « Plante vénéneuse de la famille des solanées ».

Émile Littré, Dictionnaire de la langue française (1872-77) : « La morelle noire (solanum nigrum), plante vénéneuse ».

 

21 avril 2014

Socialisme

 

 

 

Le nom socialisme, dérivé de l’adjectif social auquel a été ajouté le suffixe isme, n’existe pas dans l’ancienne langue française, laquelle, pourtant, ne manque pas de monstres. Il est donc moderne, étant enregistré dans le Dictionnaire de l’Académie française à compter de la septième édition (1878).

Selon Littré (1863-77), c’est un « système qui, subordonnant les réformes politiques, offre un plan de réformes sociales ». A ce sens, Littré en ajoute celui de socialisme de la chaire (en allemand Katheder Socialism) : « doctrines socialistes soutenues par des professeurs d’économie politique ». Le socialisme français est aussi un socialisme de professeur. Vacher de Lapouge, « professeur socialiste » (du Parti Ouvrier et de la SFIO), a été, chargeons sa barque – et celle du socialisme – sans vergogne, le principal théoricien du racisme (ceci – le racisme – expliquant cela – le socialisme de la chaire). Pour les académiciens (1932-35), c’est une « doctrine qui préconise un plan d’organisation sociale et économique subordonnant les intérêts de l’individu à ceux de l’État ». Appliquée au socialisme réel, celui de M. de Hollande et de ses séides, cette définition semble assez juste.

En un siècle, le socialisme réel s’est étendu à tous les pays du monde. Les auteurs du Trésor de la Langue française (1971-1994) prennent acte de ce triomphe. En politique, c’est « l’ensemble de doctrines inspirées par des sentiments humanitaires, fondées sur une analyse critique des mécanismes économiques et parfois du statut politique de l'État, ayant pour objectif la transformation de la société dans un sens plus égalitaire ». Aussi distinguent-ils un « socialisme chrétien » d’un « socialisme scientifique » et ce dernier d’un « socialisme utopique » et tous ces socialismes du « socialisme industriel » ou de celui que Marx définit comme la « phase de transition entre le capitalisme et le communisme ». Tous ces socialismes forment le « socialisme réel » dans les pays où le marxisme est appliqué ; ailleurs, c’est un « socialisme à visage humain » ou le « socialisme non bureaucratique » (purement fictif, comme la licorne) ou le « socialisme à la scandinave ». A ces socialismes répertoriés, il faudrait ajouter ceux qui sont oubliés des auteurs de ce Trésor : le socialisme arabe, cubain, africain, chinois, asiatique, le socialisme national allemand, etc. Il n’est pas de tyrannie qui n’ait engendré son socialisme ou inversement.

Socialisme est attesté en français en 1831 au sens de « doctrine qui sacrifie l’individu à la société ». La définition est assez conforme à la réalité, si sacrifier est entendu dans un des sens que Littré y donne : « faire périr » un ou des homme(s), comme dans l’exemple « on a sacrifié les meilleures troupes pour une attaque inutile ». Il est attesté en italien en 1803, trente ans avant que les Français ne l’adoptent. En italien, il désigne « un conservatisme bienveillant et éclairé ». Cette définition n’est-elle pas meilleure, à condition de remplacer les adjectifs « bienveillant » et « éclairé » par leurs antonymes « malveillant » et « obscurantiste », quand on connaît le socialisme réel dans les pays de l’Est, que toutes les définitions qu’on peut lire dans les dictionnaires modernes ?

Selon Proudhon, qui est souvent lucide, le socialisme bouleverse l’ordre métaphysique. Il n’assigne pas l’origine ou la cause du Mal à l’homme, mais à la société, l’homme étant bon par nature. Le péché originel est transféré à la société. Proudhon écrit : « l’immense majorité du socialisme, Saint-Simon, Owen, Fourier, et leurs disciples, les communistes, les démocrates, les progressistes de toute espèce, ont solennellement répudié le mythe chrétien de la chute pour y substituer le système d’une aberration de la société ». Certes, mais quelque quatre-vingt dix millions de malheureux ont été sacrifiés sur l’autel. Ont-ils été tués par un système naturellement bon ou intrinsèquement mauvais ? Et pourquoi ont-ils été sacrifiés ? Pourquoi les a-t-on fait périr, quel que soit leur âge ou leur sexe, qu’ils soient femmes, enfants ou vieillards ? Avant le socialisme, le baptême ou le repentir effaçait le péché. Le socialisme triomphant ne s’embarrasse pas de ces filandreuses considérations. Il tue, il sacrifie, il fait périr les coupables – tous ceux qui ne sont pas élus par Marx ou ses disciples, tous ceux qui continuent à être jugés mauvais et qui, pour cela, paient de leur vie ce péché. Le socialisme n’est que la énième ruse de la raison grâce à laquelle les hommes accomplissent sans vergogne et sans retenue ce qu’ils se targuent d’abolir.

 

 

16 avril 2014

Réaction et réactionnaires

 

 

 

Dans le latin des universités du Moyen Age était en usage le terme scientifique, reactio, qui n’est pas attesté en latin classique, ni en bas latin. Dérivé du nom du latin classique actio, il a donné en anglais reaction et en français réaction.

Ce terme de physique est attesté pour la première fois en 1616. Furetière l’enregistre (Dictionnaire universel) en 1690 : « action du corps qui pâtit contre le corps qui agit ». Les académiciens le relèvent dans leur Dictionnaire à compter de 1740 : « Terme de physique, résistance du corps frappé à l’action du corps qui le frappe ». Dans L’Encyclopédie (1751-1772, d’Alembert et Diderot éditeurs), le sens physique est clairement exposé : « (pour les péripatéticiens) la réaction est l’impression que fait un corps sur celui qui l’a affecté, impression qu’il exerce sur la partie même de l’agent qui l’a affecté, et dans le temps que l’agent l’affecte ; comme fait l’eau jetée sur du feu, qui en même temps qu’elle s’y échauffe, éteint le feu. C’était un axiome dans les écoles qu’il n’y a point d’action sans réaction […]. Mais on ignorait que la réaction est toujours égale à l’action. C’est M. Newton qui a fait le premier cette remarque, et qui nous a appris que les actions de deux corps qui se heurtent l’un l’autre, sent exactement égales, mais s’exercent en sens contraire ; ou, ce qui est la même chose, que l’action et la réaction de deux corps l’un sur l’autre produisent des changements égaux sur tous les deux ; et que ces changements sont dirigés en sens contraires ».

Dans le Dictionnaire de l’Académie française (1740 et 1762) et chez Furetière, la définition de réaction est expédiée en une phrase courte et sommaire. Dans la huitième édition (1932-35), les académiciens distinguent neuf sens ou emplois : en chimie, en physique, en physiologie, en équitation, dans le langage courant (« émotion que provoque un reproche, une menace, une nouvelle heureuse ou fâcheuse, etc. »), en science sociale, en politique. A partir du XIXe siècle, siècle de la bêtise et du scientisme aveugle, réaction (cf. Trésor de la Langue française, 1971-1994) s’étend à toutes les sciences, qu’elles soient dures ou molles, exactes ou humaines : chimie (« action d’un corps agissant sur un autre corps et pouvant entraîner une ou des transformations chimiques » ; réaction en chaîne, réactions photochimiques »), en cybernétique, électronique  (« retour sur un circuit précédent d’une partie de l’énergie plus ou moins en phase »), en mécanique (« action qu’un corps exerce en retour sur un autre corps », barre de réaction, réaction d'appui, propulsion à ou par réaction, avion ou moteur à réaction »), en médecine et en pathologie (« modification de l’organisme sous l’effet d'un agent étranger, faire une réaction; réactions neurovégétatives, organiques, inflammatoires, thermiques ;  résultat de toute méthode visant à un diagnostic ; la méthode elle-même, réaction immunitaire, réaction de dégénérescence, réactions tuberculiniques, cuti-réaction, réaction négative, positive »), en physiologie (« réponse à un stimulus »), en psychologie (« comportement qui répond à une excitation »), en psychanalyse (« réaction thérapeutique négative : forme de résistance à l’analyse qui se traduit par une aggravation, là où on attendrait une amélioration, et qui semble liée à un sentiment de culpabilité inconscient du sujet »), en physique nucléaire (« phénomène provoquant la modification d’un ou de plusieurs noyaux, réaction en chaîne, réaction nucléaire, réaction thermonucléaire »).

C’est dans la seconde moitié du XVIIIe siècle que l’extension triomphale de réaction commence, alors que ce mot était circonscrit à la physique. Féraud (Dictionnaire critique de la langue française, 1788) en témoigne : « ces mots (réaction et d’autres termes de science), d’abord employés en physique seulement, sont devenus à la mode, et sont employés dans des écrits sur toutes sorte de matières. La plupart des écrits modernes ne sont remplis que de sommes, de masse, de calculs, de combinaisons et de réactions ». Le phénomène est illustré de cet exemple : « la Pologne a souvent éprouvé les pertes qu’elle essuie aujourd’hui, et autant de fois elle a recouvré tout, en réagissant avec courage contre la violence étrangère ».

Pendant la Révolution, le mot colonise le vocabulaire politique (Dictionnaire de l’Académie française, 1798, 1835) : « réaction se dit figurément d’un parti opprimé qui se venge et agit à son tour ». Ce terme de physique, devenu terme de société, était « neutre », au sens où une action déclenche une réaction opposée, mais d’égale force. Il avait une valeur explicative, la société étant régie (ou supposée l’être) par les mêmes lois que la nature, comme chez Mirabeau en 1790 : « la réaction est un mouvement d’opinion qui agit dans le sens opposé au mouvement d’opinion qui a précédé ». Aucun jugement moral n’était porté sur ce « mouvement » : il n’est ni bien, ni mal, il est. Littré, qui était progressiste et engagé, l’applique aux partis qui ne sont pas tenus pour progressistes : « après la chute de Robespierre, la réaction royaliste fut très violente dans le midi de la France ». Il couronne le sens neutre d’un jugement de valeur : « plus particulièrement », la réaction est « le parti conservateur considéré comme s’opposant à l’action de la révolution ». La réaction n’est plus une force naturelle, transposée dans la société des hommes, c’est un principe a priori maléfique, parce qu’il s’oppose en fait à la nouvelle religion sociale. Le sens engagé de réaction justifie la Terreur, les procès politiques, les nettoyages ethniques, les génocides, les camps de concentration ou de la mort, les crimes d’opinion, et toutes les horreurs sans nom de la modernité : il suffit d’accuser de réaction ceux dont on tranche la tête. C’est le mot le plus réactionnaire, le plus conservateur, le plus archaïque qui soit.

Dans le Trésor de la langue française est rappelée la religion idéologique, qui donne à ce mot son sens moderne : « courant d’idées hostiles aux principes libéraux issus de la Révolution française de 1789 » (si les auteurs de ce dictionnaire très progressiste emploient libéral dans un sens positif, c’est pour diaboliser la réaction) et « mouvement politique ayant pour but de rétablir l'état politique et social existant avant 1789 ». Parmi les écrivains et idéologues qui ont fait en sorte que le sens idéologique sature l’éventail sémantique de réaction, il y a Hugo, qui faisait tourner les tables : « Soyez le journal acceptant pleinement la Révolution (…), combattant la réaction littéraire comme la réaction politique » (1868), et Clemenceau, qui a fait tirer par l’armée sur des mineurs en grève : « les partis de réaction ont de trop puissantes racines dans ce que l’ancien régime nous a laissé d’oligarchies cléricales et militaires pour s’accommoder sans de vives résistances au triomphe de l’impartiale justice sur la violence et sur l’arbitraire » (1899). On ne saurait mieux dire que réaction est l’autre nom du Mal ou du Diable ou de Satan ou du Malin.

Dérivé du nom réaction, entendu, non pas dans son sens scientifique ancien, mais dans son sens politique apparu en 1790, l’adjectif et nom réactionnaire est attesté pour la première fois en 1794 au sens de « partisan de la politique de réaction » (c’est-à-dire de l’arrêt de la Révolution). Il est, selon Littré (1863-77), un néologisme. Comme adjectif, il qualifie, dans son sens propre, ce « qui coopère à la réaction contre l’action de la révolution » (« pouvoir réactionnaire ») et, comme nom, il désigne ceux qui s’opposent à la Révolution. Dans le Trésor de la Langue française (1971-94), la définition de réactionnaire, adjectif ou nom, terme de la politique, est précédée de la mention péjoratif, laquelle suppose que les réalités qualifiées de réactionnaires ou les personnes nommés réactionnaires font l’objet de jugements a priori, d’ordre moral ou moralisateur, qui dévaluent les réalités ainsi qualifiées ou les personnes ainsi désignées : elles ne font pas partie de l’Empire du Bien ; elles sont même le Mal en personne ou le Diable. Autrement dit, ce qui donne à réactionnaire ce sens déprécié, c’est la seule idéologie, quelle que soit la réalité évoquée. Est réactionnaire qui est opposé au changement ou qui cherche à restaurer le passé, comme si ce qui est passé pouvait être autre que passé ou révolu ou fini. Ainsi l’idéologie trace un champ (ou un camp) manichéen : d’un côté, les idées, lois, mesures, opinions, livres, journaux, gouvernements, partis réactionnaires ; de l’autre, le Bien.

            Le nom réactionnaire, un peu long, a produit par apocope le très péjoratif réac, entendu dans le sens de ce qui n’est pas moderne ou de celui qui regimbe contre la domination absolue, dans les idées ou dans les mœurs, du nouvel ordre social, si anticonformiste qu’il est devenu la seule conformité tolérée : « la fidélité, en face de la liberté sexuelle, ça sonne anachronique. Et même un peu « réac », comme le militarisme ou l’impérialisme » (Elle, 1970).

En l’espace de quelques décennies, réactionnaire et réac ont désigné ce qui n’est pas conforme au iota près à l’injonction postmoderne, c’est-à-dire ce qui s’écarte de la nouvelle religion, sociale, solidaire, occultiste et qui ne se soumet pas à ses dogmes. En bref, le réactionnaire est révolutionnaire : il rompt avec l’ordre nouveau et avec tous les actionnaires à qui cet ordre verse des dividendes élevés. 

 

 

05 avril 2014

Algérie, algérien

 

 

 

 

 

            Nom et adjectif, algérien est attesté dans l’édition de 1721 du Dictionnaire Universel, dit de Trévoux. Il a pour sens « qui est d’Alger ». Aujourd’hui, c’est le mot algérois qui porte ce sens, les deux sens « qui est d’Alger » et « qui est d’Algérie » étant soigneusement distingués. Dans ce Dictionnaire, le sens « qui est d’Alger » est illustré par cet exemple éloquent, qui en dit long du passé de l’Algérie avant 1830 : « les Algériens, ou les pirates algériens, n’ont osé attaquer les vaisseaux français depuis que le Roi a fait bombarder Alger ». En revanche, algérien, qu’il soit employé comme adjectif ou comme nom, n’est relevé dans aucune des éditions publiées du Dictionnaire de l’Académie française, de 1694 à 1932-35.

Littré, dans son Dictionnaire de la Langue française (1863-77), ignore le nom et ne recense que l’adjectif, auquel il ne donne pas de sens ethnique, à la différence des auteurs du Dictionnaire de Trévoux. C’est « qui a rapport à l’Algérie ». Le rapport à l’Algérie alors était économique et financier, du moins si l’on en croit les exemples : « la Société générale algérienne, nom d’une société fondée en exécution d’une loi du 12 juillet 1865 et d’un décret du 18 septembre 1865 », « les obligations algériennes, titres émis par cette société ». Il est vrai que l’Algérie était française et qu’elle était habitée de Français, d’Européens et d’indigènes – non d’Algériens. De fait, le nom propre Algérien au sens d’habitant de l’Algérie, n’a pas d’existence dans la langue. Ou bien Littré se borne à constater une réalité (l’entité Algérie n’a pas d’existence), ou bien il se plie à l’idéologie de l’époque : si le nom propre Algérien avait signifié « habitant de l’Algérie », c’eût été reconnaître que les premiers ou les plus anciens habitants d’Algérie (les indigènes, comme on disait alors) étaient les seuls qui aient une légitimité à le revendiquer comme leur.

La langue conserve les traces de l’histoire des hommes. L’Algérie étant indépendante, il existe donc des Algériens, qui peuvent être fiers ou non de leur pays (ALJ compatit à leurs malheurs) et de ce qui s’y passe de tragique ou de bouffon depuis cinquante ans. Le Trésor de la Langue française (seize volumes publiés entre 1971 et 1994) a été conçu et rédigé après l’indépendance de l’Algérie : il y est tenu compte de la situation que cet événement a produite. Algérien, « substantif », désigne « celui qui habite l’Algérie ou qui en est originaire » et, adjectif, il a pour sens « ce qui est relatif à l’Algérie ou à ses habitants ». Du dictionnaire de Littré, il n’est conservé qu’une partie de la définition de l’adjectif : « ce qui est relatif à l’Algérie ».

 

Le nom algérien, qu’il soit masculin ou féminin, a pris au cours de la période française d’autres sens : « voiture publique de Paris, du genre de celles qu’on appelle omnibus » (1842), préparation culinaire dite « à l’algérienne », « étoffe à rayures de couleurs », « écharpe faite de cette étoffe ». Ces sens, c’est ce qui reste dans la langue des cent trente-deux ans de présence française outre Méditerranée. Au fil des décennies, ces sens s’éteignent, en même temps que les traces que la France a laissées là-bas. Ainsi, les auteurs de dictionnaires notent que le nom algérienne, au sens relevé en 1842 de « voiture publique de Paris », était tombé en désuétude à la fin du XIXe siècle et remplacé par omnibus. Ce sens disparaît dans la neuvième édition (en cours de publication) du Dictionnaire de l’Académie française, dans lequel les sens retenus sont « relatif à l’Algérie » pour ce qui est de l’adjectif (les académiciens oublient « et à ses habitants ») et, pour ce qui est du nom : « personne originaire d’Algérie ou qui a la nationalité de ce pays », « dialecte arabe parlé en Algérie » et (au féminin) « tissu à rayures multicolores ». En réalité, le « dialecte » parlé en Algérie est une langue berbère mâtinée d’arabe et de français ; et l’algérienne ou « tissu à rayures multicolores » a disparu des étals.

Les sens divers se réduisent peu à peu à un seul sens : habitant de l’Algérie ou qui en est originaire. En perdant ses sens anciens, ce nom s’appauvrit.

Souhaitons aux Algériens que le destin de leur pays ne soit pas à l’image de celui de leur nom. Les élections qui se profilent n'augurent rien de bon. 

 

 

02 avril 2014

Reniement

 

 


Après "Le chant "je mens", c'est maintenant", voici le nouveau slogan : "le remaniement" ou "le remaniement, c'est maintenant".

Dans le "remaniement", tel que le conçoivent M. de Hollande et ses séides, il y a de toute évidence une syllabe de trop. Ce n'est pas "nie", puisqu'ils sont spécialistes de "négation" et qu'ils passent leur temps à "nier" la réalité. Ce pourrait être "ment", puisqu'ils ne savent que mentir, mais ce "ment" a déjà servi dans "le chant "je mens"".

C'est donc "ma". Il suffit d'ôter ce "ma" qui offusque la réalité, et le vérité sort du mot : le reniement. C'est le reniement pour tout, pour tous et, évidemment, pour toutes.