Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 mars 2011

Frappe

 

 

Ce mot, dérivé du verbe frapper, est attesté au XIIe siècle, mais il n’entre dans les dictionnaires qu’à partir de 1690 (Furetière, Dictionnaire universel) : « terme des monnaies, qui se dit de la marque qu’on imprime sur les espèces avec un marteau » (exemple : « la fausseté des monnaies est souvent connue à la frappe ») et dans le Dictionnaire de l’Académie française qu’en 1762, et dans le même sens singulier que celui que glose Furetière : « empreinte que le balancier fait sur la monnaie », y ajoutant en 1798 et 1835 le sens en usage dans l’imprimerie : « assortiment complet de matrices pour fondre des caractères d’imprimerie ». Trois sens sont distingués par Littré (Dictionnaire de la langue française, 1863-77) et par les académiciens après lui : « empreinte que le balancier fait sur la monnaie et sur les médailles » ; « la transformation d’une certaine quantité de métal en monnaie » ; « assortiment complet de matrices pour fondre des caractères d'imprimerie ».

Aucun de ces lexicographes ne recense les emplois qui font fureur actuellement dans les médias au sujet du bombardement à distance de sites militaires en Libye : « un week-end de frappes en Libye ». Les auteurs du Trésor de la langue française (1971-94) relèvent les emplois de frappe en dactylographie (« fait ou manière de taper à la machine à écrire »), en informatique (frappe en lacet), en fonderie (« opération de fabrication des monnaies et médailles; empreinte du poinçon sur la matrice »), en imprimerie (« assortiment complet de matrices pour fondre des caractères d’imprimerie »), en musique (« action de frapper un instrument de musique à percussion ou la touche d’un instrument de musique à clavier ; qualité du son produit par cette action »), en technologie (« pression de la platine ou du cylindre d’une presse à imprimer sur une forme »), dans les sports (football et boxe : « puissance du coup de poing que décoche le boxeur »).

 

Quel cheminement sémantique a conduit frappe de la fabrication des monnaies à la destruction à distance de chars ou de DCA ? Il semble que l’origine en soit l’emploi de frappe dans le vocabulaire de la boxe : « puissance du coup de poing ». Cette extension hors de la boxe et des sports a commencé lorsqu’il s’est agi de nommer la fabrication à des fins militaires de la bombe atomique. La force de dissuasion (elle ne doit pas servir, mais dissuader tout ennemi d’attaquer) a été nommée métaphoriquement force de frappe : « capacité d’intimidation et de défense que procure à un État la possession d’armes nucléaires à long rayon d’action, pouvant infliger à tout agresseur éventuel des destructions massives (on dit dans le même sens force de frappe ou force nucléaire stratégique) » (DAF, neuvième édition, en cours de publication). Les frappes aériennes, c’est-à-dire les missiles, qu’ils soient ou non de croisière, lancés d’avions volant à haute altitude ou de navires de guerres, s’apparentent à un violent coup de poing.

Il y a pourtant au moins deux différences entre les frappes aériennes et la force de frappe ou de dissuasion. Il était entendu que l’on ne se servirait pas de la seconde (et de fait, depuis soixante ans, elle n’a pas servi), alors que les premières sont utilisées à tout bout de champ : Serbie, Afghanistan, Libye. Qui sera la prochaine cible ? Un missile est censé mettre la Libye (et d’autres pays) K.O., comme un violent coup de poing. La seule incertitude porte sur le terme (quand surviendra le K.O. ?) et sur d’éventuels « dégâts collatéraux ». La force de frappe (nucléaire) est censée interdire toute riposte ; il n’en va pas de même des frappes aériennes, qui peuvent appeler des frappes en retour ou des vengeances aveugles.